Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bertrand Betsch - La traversée

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

La traversée

Bertrand Betsch

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Entre Alex Beaupain pour la voix chagrine et Alain Souchon pour les mélodies douces-amères et nonchalantes, Bertrand Betsch publie un douzième album porté par les arrangements riches et soyeux de Marc Denis. C’est une alternance régulière de morceaux gais et de morceaux tristes qui ponctue cette Traversée riche en émotions. D’un côté, on retiendra la harpe angoissée de la chanson qui donne son titre au disque, ou encore la description d’une vie ratée dans Le Bus 51, mais aussi la fragilité de A la nage, avec son beau dialogue entre un piano Wurlitzer au timbre intime et un violon déchirant. D’un autre côté, on citera l’optimisme tranquille et simple de A la dérobée (« C’est presque rien, mais ça fait du bien »), avec ses flûtes caressantes et son piano badin. Bertrand Betsch dessine également une éclaircie dans Rendez-vous, au rythme et aux paroles proches d’une ronde d’antan, et porté par un célesta rayonnant et un solo de clarinette souriant. L’album se conclut assez logiquement par une synthèse des sentiments contradictoires qui animent le chanteur : il y fait un éloge du Bonheur, mais au futur antérieur (« Dans les grandes largeurs / On aura eu du bonheur »). © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

La traversée

Bertrand Betsch

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
À la nage
00:03:28

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

2
À la dérobée
00:04:11

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

3
L'échappée
00:02:47

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

4
Rendez-vous
00:02:35

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

5
La vie remue
00:03:20

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

6
Les embardées
00:03:10

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

7
À la fin
00:02:58

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

8
Le bus 51
00:02:06

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

9
La relève
00:03:35

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

10
Le bonheur
00:02:59

Bertrand Betsch, Composer, Author, Artist, MainArtist

2020 Microcultures 2020 Microcultures

Descriptif de l'album

Entre Alex Beaupain pour la voix chagrine et Alain Souchon pour les mélodies douces-amères et nonchalantes, Bertrand Betsch publie un douzième album porté par les arrangements riches et soyeux de Marc Denis. C’est une alternance régulière de morceaux gais et de morceaux tristes qui ponctue cette Traversée riche en émotions. D’un côté, on retiendra la harpe angoissée de la chanson qui donne son titre au disque, ou encore la description d’une vie ratée dans Le Bus 51, mais aussi la fragilité de A la nage, avec son beau dialogue entre un piano Wurlitzer au timbre intime et un violon déchirant. D’un autre côté, on citera l’optimisme tranquille et simple de A la dérobée (« C’est presque rien, mais ça fait du bien »), avec ses flûtes caressantes et son piano badin. Bertrand Betsch dessine également une éclaircie dans Rendez-vous, au rythme et aux paroles proches d’une ronde d’antan, et porté par un célesta rayonnant et un solo de clarinette souriant. L’album se conclut assez logiquement par une synthèse des sentiments contradictoires qui animent le chanteur : il y fait un éloge du Bonheur, mais au futur antérieur (« Dans les grandes largeurs / On aura eu du bonheur »). © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Munich 2016 Keith Jarrett
Songs In The Key Of Life Stevie Wonder
Innervisions Stevie Wonder
À découvrir également
Par Bertrand Betsch
Le temps qu'il faut Bertrand Betsch
Chroniques terriennes Bertrand Betsch
La nuit nous appartient Bertrand Betsch
Les embardées Bertrand Betsch
L'échappée Bertrand Betsch

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Boris Vian, la zizique avant tout

Boris Vian n’a pas seulement donné son nom à des établissements scolaires et des médiathèques. Il fut un artiste et créateur quasi complet, et la musique, qu’il composait, produisait, écrivait et parfois chantait, a rythmé sa vie fulgurante, conclue à l’âge de 39 ans dans une salle de cinéma en 1959. Pour fêter en fanfare les 100 ans de sa naissance, Qobuz vous propose une partition biographique.

Les Rita Mitsouko, partenaires particuliers

Les Rita Mitsouko formaient un couple insolite, mais ça n’a pas empêché leur musique de séduire un très large public. À coups d’audace et de mélanges, parfois de scandales, le groupe formé par Catherine Ringer et Fred Chichin en 1979 a écrit des chansons essentielles de la bande-son des années 1980, et devenues éternelles. Alors que la Philharmonie de Paris offre une carte blanche à la chanteuse pour les 40 ans du groupe, retour sur l’itinéraire d’un duo pas comme les autres.

Alain Bashung, chanteur reptilien

Certains artistes sont enclins à travailler autour d’un style unique qu’ils cherchent à développer et peaufiner au fil du temps, tandis que d’autres ne créent qu’en se renouvelant indéfiniment. Alain Bashung appartient à la seconde catégorie. Retour sur les différents visages de l’interprète de « Ma Petite Entreprise » et de « Gaby oh Gaby ».

Dans l'actualité...