Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Marc Hantai - J.S. Bach : Sonatas for flute and harpsichord

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

J.S. Bach : Sonatas for flute and harpsichord

Marc Hantaï - Pierre Hantaï

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 88.2 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

La fratrie Hantaï – Marc au traverso, Pierre au clavecin – nous livre ici tout ce que Bach a « vraiment » composé pour la flûte et le clavier, car il existe aussi quelques œuvres d’attribution plus que douteuse, qui n’apparaissent donc pas sur ce disque. Comparée au violon – avec ses six Sonates et partitas pour violon seul et ses six Sonates pour violon et clavecin obligé –, la flûte traversière soliste pourrait faire figure de parent pauvre chez le cantor. Mais il ne faut pas oublier que c’était alors un instrument très récent, (re)venu de France (où on l’appelait « flûte allemande »), que Bach n’a commencé à utiliser dans ses cantates qu’à partir de 1721-1722 environ, et qui n’avait donc encore que très peu de répertoire propre. Ces quatre sonates n’ont rien d’un recueil. Il en manque deux pour parvenir au sacrosaint chiffre de six. Et elles ont été composées sur une période d’une vingtaine d’années. Bien qu’on puisse être tenté de leur prêter un équilibre et une symétrie voulus par l’Ordonnateur – deux sonates avec clavecin obligé (BWV1034 et 1035), deux avec basse continue (1030 et 1032), deux en mineur, deux en majeur, deux en trois mouvements, deux en quatre, deux en mi, et deux à distance de quinte ascendante ou descendante de ce mi central, etc. –, tout cela est sans doute purement fortuit ; elles forment plutôt une famille « recomposée » à postériori. En revanche, ces œuvres pour flûte ont en commun d’être entourées d’un grand nombre d’incertitudes – sur leur chronologie, leur date de composition, leur destinataire, leur forme et leur instrumentation premières, leur genèse. Il ne reste donc à l’auditeur qu'à les écouter, ici données sur une flûte d’après le Bruxellois Joannes Hyacinth Rottenburgh (première moitié du XVIIIe siècle) et un clavecin d’après un Mietke berlinois de 1702. © SM/Qobuz

Plus d'informations

J.S. Bach : Sonatas for flute and harpsichord

Marc Hantai

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Flute Sonata in E major, BWV 1035 (Johann Sebastian Bach)

1
I. Adagio 00:02:28

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

2
II. Allegro 00:03:13

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

3
III. Siciliana 00:03:51

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

4
IV. Allegro assai 00:03:10

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

Flute Sonata in B minor, BWV 1030 (Johann Sebastian Bach)

5
I. Andante 00:08:22

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

7
III. Presto 00:05:40

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

6
II. Largo e dolce 00:03:57

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

Flute Sonata in E minor, BWV 1034 (Johann Sebastian Bach)

8
I. Adagio ma non tanto 00:03:06

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

9
II. Allegro 00:02:47

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

10
III. Andante 00:03:22

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

11
IV. Allegro assai 00:04:53

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

Partita in A minor, BWV 1013 (Johann Sebastian Bach)

12
I. Allemande 00:04:29

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

13
II. Corrente 00:03:38

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

14
III. Sarabande 00:05:34

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

15
IV. Bourée anglaise 00:02:51

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

Flute Sonata in A major, BWV 1032 (Johann Sebastian Bach)

16
I. Allegro 00:05:29

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

17
II. Largo e dolce 00:03:15

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

18
III. Vivace 00:04:28

Marc Hantaï, Flute - Pierre Hantai, Harpsichord - Johann Sebastian Bach, Composer

Mirare Mirare

Descriptif de l'album

La fratrie Hantaï – Marc au traverso, Pierre au clavecin – nous livre ici tout ce que Bach a « vraiment » composé pour la flûte et le clavier, car il existe aussi quelques œuvres d’attribution plus que douteuse, qui n’apparaissent donc pas sur ce disque. Comparée au violon – avec ses six Sonates et partitas pour violon seul et ses six Sonates pour violon et clavecin obligé –, la flûte traversière soliste pourrait faire figure de parent pauvre chez le cantor. Mais il ne faut pas oublier que c’était alors un instrument très récent, (re)venu de France (où on l’appelait « flûte allemande »), que Bach n’a commencé à utiliser dans ses cantates qu’à partir de 1721-1722 environ, et qui n’avait donc encore que très peu de répertoire propre. Ces quatre sonates n’ont rien d’un recueil. Il en manque deux pour parvenir au sacrosaint chiffre de six. Et elles ont été composées sur une période d’une vingtaine d’années. Bien qu’on puisse être tenté de leur prêter un équilibre et une symétrie voulus par l’Ordonnateur – deux sonates avec clavecin obligé (BWV1034 et 1035), deux avec basse continue (1030 et 1032), deux en mineur, deux en majeur, deux en trois mouvements, deux en quatre, deux en mi, et deux à distance de quinte ascendante ou descendante de ce mi central, etc. –, tout cela est sans doute purement fortuit ; elles forment plutôt une famille « recomposée » à postériori. En revanche, ces œuvres pour flûte ont en commun d’être entourées d’un grand nombre d’incertitudes – sur leur chronologie, leur date de composition, leur destinataire, leur forme et leur instrumentation premières, leur genèse. Il ne reste donc à l’auditeur qu'à les écouter, ici données sur une flûte d’après le Bruxellois Joannes Hyacinth Rottenburgh (première moitié du XVIIIe siècle) et un clavecin d’après un Mietke berlinois de 1702. © SM/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded Haarlem (The Netherlands), September 2016

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Dans la même thématique...

Dans l'actualité...