Isabelle Faust Johannes Brahms : Concerto pour violon - Sextuor n° 2

Johannes Brahms : Concerto pour violon - Sextuor n° 2

Isabelle Faust

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Inclus : 2 Livrets numériques

Paru le 1 mars 2011 chez harmonia mundi

Artiste principal : Isabelle Faust

Genre : Classique > Musique concertante > Concertos pour violon

Distinctions : Diapason d'or (mars 2011) - Hi-Res Audio (mars 2012)

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 7 pistes Durée totale : 01:14:44

    Violin Concerto in D major, Op. 77 (Johannes Brahms)
  1. 1 I. Allegro non troppo

    Isabelle Faust, violin - Mahler Chamber Orchestra - Daniel Harding, conductor

  2. 2 II. Adagio

    Isabelle Faust, violin - Mahler Chamber Orchestra - Daniel Harding, conductor

  3. 3 III. Allegro giocoso, ma non troppo vivace - Poco più presto

    Isabelle Faust, violin - Mahler Chamber Orchestra - Daniel Harding, conductor

  4. String Sextet No.2 in G, Op.36
  5. 4 I. Allegro non troppo

    Isabelle Faust, violin - Julia-Maria Kretz, violin - Stefan Fehlandt, viola - Pauline Sachse, viola - Christoph Richter, cello - Xenia Jankovic, cello

  6. 5 II. Scherzo: Allegro non troppo

    Isabelle Faust, violin - Julia-Maria Kretz, violin - Stefan Fehlandt, viola - Pauline Sachse, viola - Christoph Richter, cello - Xenia Jankovic, cello

  7. 6 III. Poco adagio

    Isabelle Faust, violin - Julia-Maria Kretz, violin - Stefan Fehlandt, viola - Pauline Sachse, viola - Christoph Richter, cello - Xenia Jankovic, cello

  8. 7 IV. Poco allegro

    Isabelle Faust, violin - Julia-Maria Kretz, violin - Stefan Fehlandt, viola - Pauline Sachse, viola - Christoph Richter, cello - Xenia Jankovic, cello

À propos

Isabelle Faust remonte aux sources d’un des concertos romantiques les plus célèbres, mais aussi les plus difficiles d’un point de vue technique – Hans von Bülow ne l'avait-il pas qualifié de “concerto contre le violon” ? Né de la collaboration entre Brahms et le violoniste Joseph Joachim, l'ouvrage témoigne d'une belle amitié... alors que de son côté, le Sextuor op.36 est directement lié à l'histoire d’amour entre le compositeur et la belle Agathe von Siebold.

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Détails de l'enregistrement original :

61:14 - Enregistré en février 2010 à la Sociedad Filarmónica de Bilbao (Concerto) et en septembre 2010 (Sextuor) au Studio Teldex à Berlin - Notes en français, anglais & allemand
Johannes Brahms (1833-1897)

Concerto pour violon & orchestre en ré majeur, Op. 77 *
Cadence (1913) de Ferruccio Busoni (1866-1924)
Sextuor à cordes n° 2 pour 2 violons, 2 altos, 2 violoncelles, en sol majeur, Op. 36 **

* Isabelle Faust, violon - Mahler Chamber Orchestra - Direction Daniel Harding
** Isabelle Faust & Julia-Maria Kretz, violons - Stefan Fehlandt & Pauline Sachse, altos - Christoph Richter & Xenia Jankovic, violoncelles

Voilà deux grands chefs-d'œuvre de Brahms réunis pour le meilleur. Le premier, né d'une grande amitié artistique avec le violoniste virtuose Joseph Joachim à qui il le dédiera ; le second, inspiré par son premier amour, la belle Agathe von Siebold.

Après s'être pétrie des conseils du célèbre Joachim sur la manière de jouer ce concerto, Isabelle Faust s'est attaquée à l'enregistrement de cette œuvre redoutable — un “concerto contre le violon” selon Hans von Bülow —, dont Joseph Joachim, effrayé par sa difficulté technique, avait voulu arrondir les angles au grand dam de Brahms qui ne lui concéda que quelques petites retouches. Jouant sur le Stradivarius “Belle au bois dormant” de 1704, gracieusement prêté par la L-Bank de Baden-Württemberg, elle en donne, avec à la fois beaucoup de caractère et de pureté de style, une lecture d'une grande classe et d'une grande sincérité.

Le Sextuor, d'une belle richesse polyphonique, se déroule dans un lyrisme élégiaque, fervent et mélancolique. C'est dans le premier mouvement que se glisse un motif sur les lettres A-G-H-A-E du prénom de son premier amour, Agathe (von Siebold).

À découvrir

Dans la même thématique

À lire autour de l'album

Plus d'articles

L'artiste principal

Isabelle Faust dans le magazine

Plus d'articles

Le compositeur principal

Johannes Brahms dans le magazine

Plus d'articles

Le label

harmonia mundi

Aujourd'hui toujours spécialisé dans la musique classique, mais aussi dans le jazz et la World Music (avec le World Village Label), le label harmonia mundi — fondé à Paris en 1958 par Bernard Coutaz —, fut jusqu'en 2015 le plus ancien éditeur phonographique indépendant, qui se dédia d'abord à la musique ancienne et à la musique baroque. À peu près à la même époque, Rudolf Ruby créait de son côté en Allemagne une ligne éditoriale similaire au label français sous le nom de Deutsche Harmonia Mundi. Pendant un certain temps, les deux labels travailleront en collaboration, en partageant leurs artistes et leur distribution. (Depuis les années 1990, Deutsche Harmonia Mundi a...

Voir la page harmonia mundi Lire l'article

L'instrument

Violon dans le magazine

Plus d'articles

L'époque

Musique Romantique dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Concertos pour violon dans le magazine

Plus d'articles

Le sous genre

Classique dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles