Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Janos Starker - János Starker Plays Hindemith, Prokofiev & Rautavaara

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

János Starker Plays Hindemith, Prokofiev & Rautavaara

SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR, Janos Starker

Livret Numérique

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Illustration des très riches archives de la SWR, ce disque austère, déjà publié en 2014 peu après la mort de l’interprète, ravira les nombreux amateurs du grand violoncelliste hongrois János Starker. Sous la direction d’Ernest Bour et de Michael Gielen, l’Orchestre du Südwestfunk de Baden-Baden (aujourd’hui Orchestre Symphonique de la SWR) a été un des principaux vecteurs de la musique contemporaine en Allemagne, véritable bastion de l’avant-garde musicale occidentale.
La découverte de ce disque est sans conteste le Concerto pour violoncelle n° 1 du compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara, souvent éclipsé par le Second qu’il écrira quarante ans plus tard. Composé en 1968, il est presque subversif dans son écriture délibérément néo-classique se référant au langage musical du XIXe siècle avec toutefois quelques touches de modernité.
Écrit en 1940 pour l’archet romantique et virtuose de Gregor Piatigorsky, le Concerto pour violoncelle de Paul Hindemith, le troisième en fait si l’on compte une œuvre de jeunesse et sa Kammermusik n° 3, est une des premières œuvres que le compositeur écrivit au début de son exil aux États-Unis pour fuir le régime nazi. C’est pour son ami Mstislav Rostropovitch que Prokofiev composa, en 1950, un concerto pour violoncelle qu’il remaniera aussitôt en lui donnant alors le titre de Symphonie concertante. Un paradoxe, si l’on songe à la virtuose débridée que l’œuvre demande à son interprète.
Comme on s’en doute, le grand János Starker joue ces trois œuvres d’esthétiques si différentes de la première moitié du XXe siècle avec une maîtrise souveraine, une intonation jamais prise en défaut et une beauté sonore sur tous les registres. L’emphase romantique n’étant pas son genre : on a pu l’accuser à tort d’une certaine froideur alors que son lyrisme était au contraire rayonnant et jamais outré. © François Hudry/Qobuz

Plus d'info

János Starker Plays Hindemith, Prokofiev & Rautavaara

Janos Starker

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

0€ le premier mois, puis 9,99€ / mois.

Cello Concerto

1
I. Maßig schnell 00:08:43

Paul Hindemith, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR, Orchestra - Andreas von Lukácsy, Conductor

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

2
II. Ruhig bewegt - Sehr lebhaft - Im fruheren langsamen Zeitmass 00:07:26

Paul Hindemith, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR, Orchestra - Andreas von Lukácsy, Conductor

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

3
III. Marsch: Lebhaft - Trio [nach einem alten marsch] - Lebhafter 00:07:50

Paul Hindemith, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR, Orchestra - Andreas von Lukácsy, Conductor

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

Sinfonia concertante in E Minor, Op. 125

4
I. Andante 00:10:10

Sergei Prokofiev, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Ernest Bour, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

5
II. Allegro giusto 00:16:59

Sergei Prokofiev, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Ernest Bour, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

6
III. Andante con moto 00:09:15

Sergei Prokofiev, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Ernest Bour, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

Cello Concerto No. 1, Op. 41

7
I. Allegro ma non troppo 00:05:00

Einojuhani RAUTAVAARA, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Herbert Blomstedt, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

8
II. Largo 00:05:36

Einojuhani RAUTAVAARA, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Herbert Blomstedt, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

9
III. Vivace 00:03:43

Einojuhani RAUTAVAARA, Composer - Janos Starker, Artist, MainArtist - Herbert Blomstedt, Conductor - SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, Orchestra

(C) 2018 SWR Classic (P) 2018 SWR Classic

Descriptif de l'album

Illustration des très riches archives de la SWR, ce disque austère, déjà publié en 2014 peu après la mort de l’interprète, ravira les nombreux amateurs du grand violoncelliste hongrois János Starker. Sous la direction d’Ernest Bour et de Michael Gielen, l’Orchestre du Südwestfunk de Baden-Baden (aujourd’hui Orchestre Symphonique de la SWR) a été un des principaux vecteurs de la musique contemporaine en Allemagne, véritable bastion de l’avant-garde musicale occidentale.
La découverte de ce disque est sans conteste le Concerto pour violoncelle n° 1 du compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara, souvent éclipsé par le Second qu’il écrira quarante ans plus tard. Composé en 1968, il est presque subversif dans son écriture délibérément néo-classique se référant au langage musical du XIXe siècle avec toutefois quelques touches de modernité.
Écrit en 1940 pour l’archet romantique et virtuose de Gregor Piatigorsky, le Concerto pour violoncelle de Paul Hindemith, le troisième en fait si l’on compte une œuvre de jeunesse et sa Kammermusik n° 3, est une des premières œuvres que le compositeur écrivit au début de son exil aux États-Unis pour fuir le régime nazi. C’est pour son ami Mstislav Rostropovitch que Prokofiev composa, en 1950, un concerto pour violoncelle qu’il remaniera aussitôt en lui donnant alors le titre de Symphonie concertante. Un paradoxe, si l’on songe à la virtuose débridée que l’œuvre demande à son interprète.
Comme on s’en doute, le grand János Starker joue ces trois œuvres d’esthétiques si différentes de la première moitié du XXe siècle avec une maîtrise souveraine, une intonation jamais prise en défaut et une beauté sonore sur tous les registres. L’emphase romantique n’étant pas son genre : on a pu l’accuser à tort d’une certaine froideur alors que son lyrisme était au contraire rayonnant et jamais outré. © François Hudry/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Janos Starker

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
John Barry, factotum de génie

Composer pour l’écran nécessite un goût et un savoir-faire pour tous les styles : du disco pour une scène de night-club ou un madrigal pour un film en costumes, le musicien de cinéma doit pouvoir répondre présent partout ! Et John Barry est sans doute l’un des compositeurs de BO qui a su se fondre le mieux dans tous les genres cinématographiques et musicaux.

10 moments clés de l'œuvre de Jean Sibelius

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Steve Reich, l'animal minimal

Il est l'un des pionniers de la musique minimaliste. Mais aussi l’un des compositeurs contemporains les plus joués. A 80 ans, Steve Reich est une sorte d’intouchable gourou qui ne cesse d’influencer des hordes de musiciens jusque dans la sphère techno. Son évolution personnelle, son rapport au jazz ou aux musiques ethniques mais aussi la transmission de ses œuvres de génération en génération : le New-Yorkais se livre sans langue de bois.

Dans l'actualité...