Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alpha Blondy|Human Race

Human Race

Alpha Blondy

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Alpha Blondy est de retour avec un disque engagé, mais cette fois du bon côté, celui du public. Brouillée avec une partie de la Côte d’Ivoire après son soutien à Laurent Gbagbo lors de la fameuse élection présidentielle de 2010 (dont Alassane Ouattara a fini par sortir vainqueur avec l’aide de la France), la superstar ivoirienne avait choisi la réconciliation de la nation en 2013, ouvrant les bras à l’autre vedette du reggae national Tiken Jah Fakoly, avec lequel il s’était frotté les cornes. Sur Human Race, Alpha Blondy dénonce donc sans parti pris, et met d’ailleurs tous les politiques dans le même sac sur le morceau d’ouverture Political Brouhaha. On y retrouve les marqueurs du reggae ivoirien, guitares saturées et claviers surexposés, comme sur le morceau titre Human Race, sous influence Burning Spear, une de ses idoles.

Chantant en dioula, en français ou en anglais, Alpha s’entoure de featurings de choix, avec la chanteuse béninoise Angélique Kidjo sur Alphaman Redemption, sur lequel il reprend le texte biblique de L’Ecclesiaste avec un petit solo de clavier détraqué, ou le Sénégalais Youssou N'dour sur Oté-fê, un reggae rock accompagné d’une kora. On notera aussi Life, une ballade à la Wailers, et deux covers, Whole Lotta Love de Led Zep, correcte et sans artifice, et, plus inspirée, Je suis venu te dire que je m’en vais de Serge Gainsbourg, pour pimenter un album qui s’inscrit parfaitement dans l’esthétisme décliné par l’Ivoirien depuis trente-cinq ans. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

Human Race

Alpha Blondy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Political Brouhaha
00:04:57

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

2
Kanou (feat. Fally Ipupa)
00:05:30

Fally Ipupa, FeaturedArtist - Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

3
Life
00:04:52

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

4
Alphaman Redemption (feat. Angélique Kidjo)
00:05:05

Angelique Kidjo, FeaturedArtist - Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

5
Human Race
00:05:45

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

6
Nos hôpitaux sont malades
00:03:44

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

7
Les païens
00:05:34

Bob Marley, Composer, Lyricist - Alpha Blondy, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

8
Cigarettes
00:05:03

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

9
Whole Lotta Love
00:03:30

John Bonham, Composer, Lyricist - Alpha Blondy, MainArtist - James Page, Composer, Lyricist - R. A. Plant, Composer, Lyricist - John Train, Composer, Lyricist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

10
Oté-fê (feat. Youssou N'dour)
00:05:18

Youssou N'Dour, FeaturedArtist - Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

11
Je suis venu te dire que je m'en vais
00:04:09

Serge Gainsbourg, Composer, Lyricist - Alpha Blondy, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

12
Black Hole
00:05:11

Alpha Blondy, Composer, Lyricist, MainArtist

2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab 2018 Alphalliance under exclusive license to Wlab

Descriptif de l'album

Alpha Blondy est de retour avec un disque engagé, mais cette fois du bon côté, celui du public. Brouillée avec une partie de la Côte d’Ivoire après son soutien à Laurent Gbagbo lors de la fameuse élection présidentielle de 2010 (dont Alassane Ouattara a fini par sortir vainqueur avec l’aide de la France), la superstar ivoirienne avait choisi la réconciliation de la nation en 2013, ouvrant les bras à l’autre vedette du reggae national Tiken Jah Fakoly, avec lequel il s’était frotté les cornes. Sur Human Race, Alpha Blondy dénonce donc sans parti pris, et met d’ailleurs tous les politiques dans le même sac sur le morceau d’ouverture Political Brouhaha. On y retrouve les marqueurs du reggae ivoirien, guitares saturées et claviers surexposés, comme sur le morceau titre Human Race, sous influence Burning Spear, une de ses idoles.

Chantant en dioula, en français ou en anglais, Alpha s’entoure de featurings de choix, avec la chanteuse béninoise Angélique Kidjo sur Alphaman Redemption, sur lequel il reprend le texte biblique de L’Ecclesiaste avec un petit solo de clavier détraqué, ou le Sénégalais Youssou N'dour sur Oté-fê, un reggae rock accompagné d’une kora. On notera aussi Life, une ballade à la Wailers, et deux covers, Whole Lotta Love de Led Zep, correcte et sans artifice, et, plus inspirée, Je suis venu te dire que je m’en vais de Serge Gainsbourg, pour pimenter un album qui s’inscrit parfaitement dans l’esthétisme décliné par l’Ivoirien depuis trente-cinq ans. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana

Back To Black

Amy Winehouse

Back To Black Amy Winehouse

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears

Eliminator

ZZ Top

Eliminator ZZ Top
À découvrir également
Par Alpha Blondy

Elections presidentielles

Alpha Blondy

Best Of

Alpha Blondy

Best Of Alpha Blondy

Jerusalem - Remastered Edition

Alpha Blondy

Live at Paris Zenith 1992 & Paris Bercy 2000

Alpha Blondy

Whole Lotta Love

Alpha Blondy

Whole Lotta Love Alpha Blondy

Playlists

Dans la même thématique...

Beauty In The Silence

SOJA

Legend – The Best Of Bob Marley & The Wailers

Bob Marley & The Wailers

Iko Iko (My Bestie)

Justin Wellington

Iko Iko (My Bestie) Justin Wellington

The Capitol Session '73

Bob Marley & The Wailers

The Capitol Session '73 Bob Marley & The Wailers

Kaya

Bob Marley & The Wailers

Kaya Bob Marley & The Wailers
Les Grands Angles...
Le reggaeton en 10 albums

Mélange de dancehall jamaïcain, de hip-hop américain, de rythmes caribéens et de tchatche en espagnol, le reggaeton a, depuis sa naissance dans les années 90, donné plusieurs coups de butoir pour forcer la porte de la pop music. Des premières mixtapes de DJ Playero au “Barrio Fino” de Daddy Yankee, en passant par le “Tra-Tra-Tra” de Don Chezina, les musiciens de Porto Rico et leur succursale colombienne de Medellin ont tout tenté pour conquérir le monde et y sont parvenus dans la dernière décennie à travers Luis Fonsi, J. Balvin ou Bad Bunny. Retour en 10 albums sur l’histoire d’un genre qui n’a pas fini d’être populaire.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

La trilogie inachevée de Bob Marley

Il y a 40 ans exactement, Bob Marley s’éteignait à Miami, fauché par le cancer, un an après la sortie de son dernier album, “Uprising”, point d’orgue d’une trilogie politique (avec “Survival” et “Confrontation”) qu’il n’a jamais pu achever. Retour sur le virage militant entrepris par le prophète jamaïcain lors des trois dernières années de sa vie.

Dans l'actualité...