Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Tim Buckley - Goodbye And Hello

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Goodbye And Hello

Tim Buckley

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Après un premier album avant-gardiste et si prometteur, Tim Buckley, vingt ans, nous offre en 1967 son chef d’œuvre et l’un des très grands albums de l’histoire, éclectique, bouillonnant, dominé par cette voix inouïe, bouleversante et absolument unique, qualifiée de maniérée par les malveillants. Un mois d’enregistrement à partir du 8 mai 1967 ont suffi aux Modern Studios à Los Angeles (l’antre des Beach Boys et des Mamas and Papas) pour mettre en boîte Goodbye and Hello.

Elektra n’a pas lésiné sur les moyens, l’entourant d’une dizaine de musiciens et choisissant le producteur « hip » du moment, Jerry Yester (Turtles, The Association, et futur Lovin’ Spoonful). Et Tim Buckley a même mûri en ce court laps de temps ; les chansons sont plus articulées, ses arrangements complexes sont respectés, les couleurs (psychédéliques parfois, « Phantasmagoria In Two ») différentes. Son timbre de voix et l’imprévisibilité sont le seul dénominateur commun.

L’album débute par sa contribution à la croisade anti guerre au Vietnam, le strident « No Man Can Find The War » (et plus loin « Once I Was »), mais en fait toutes les chansons l’exposent comme l’un des chantres de la contre culture. Le tourbillonnant « Carnival Song » et son air de valse est déroutant, comme la délicatesse de « Hallucinations » inspirée de musique turque découverte dans le vaste catalogue « world » d’Elektra, et la rage rentrée (sa guitare douze cordes déchaînée) de l’incantation « I Never Asked To Be Your Mountain » adressée à sa femme (il s’était marié contraint et forcé) et à son jeune fils Jeff, pour laquelle vingt trois prises furent nécessaires pour parfaire la prise de voix.

Le romantique « Knight-Errant » évoque la musique médiévale alors en vogue en Californie (cf. David Crosby) et le titre final, « Morning Glory », déchirant de pessimisme, laisse l’auditeur désemparé. « Pleasant Street » et « Goodbye and Hello » figurent parmi les plus belles compositions de Tim Buckley. La première, enregistrée le 15 mai 1967, est un joyau de son répertoire entier, en mineur, toute en subtilités chromatiques, où sa voix splendide atteint des sommets d’émotion, mais qui perdait de sa force en public, interprétée seulement avec sa douze cordes (cf Dream Letter) ; le genre de morceau qu’on ne peut s’empêcher d’écouter à nouveau avant de découvrir les autres… La seconde, mise en boîte deux jours plus tard, est une composition Beckett/Buckley qui nécessita un orchestre de quatorze musiciens, véritable palette-fleuve fantasmagorique hallucinante.



                                                                                                      
© ©Copyright Music Story Jean-Noël Ogouz 2015

Plus d'informations

Goodbye And Hello

Tim Buckley

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
No Man Can Find the War LP Version
00:02:58

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar - Larry Beckett, Writer

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

2
Carnival Song LP Version
00:03:10

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

3
Pleasant Street LP Version
00:05:15

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

4
Hallucinations LP Version
00:04:55

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar - Larry Beckett, Writer

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

5
I Never Asked to Be Your Mountain LP Version
00:06:03

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

6
Once I Was LP Version
00:03:22

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

7
Phantasmagoria in Two LP Version
00:03:28

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

8
Knight-Errant LP Version
00:01:58

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar - Larry Beckett, Writer

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

9
Goodbye and Hello LP Version
00:08:40

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar - Larry Beckett, Writer

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

10
Morning Glory LP Version
00:02:51

Jerry Yester, Piano - Jimmy Bond, Bass Guitar - Jac Holzman, Producer - Don Randi, Piano - EDDIE HOH, Drums - Tim Buckley, Guitar, Vocals, Writer, MainArtist - Brian Hartzler, Guitar - Carter C. Collins, Percussion - Dave Guard, Tambourine - Jim Felder, Bass Guitar - John Forsha, Guitar - Lee Underwood, Guitar - Larry Beckett, Writer

© 1967 Elektra Entertainment. ℗ 1967 Elektra Entertainment, A Division of Warner Communications Inc.

Descriptif de l'album

Après un premier album avant-gardiste et si prometteur, Tim Buckley, vingt ans, nous offre en 1967 son chef d’œuvre et l’un des très grands albums de l’histoire, éclectique, bouillonnant, dominé par cette voix inouïe, bouleversante et absolument unique, qualifiée de maniérée par les malveillants. Un mois d’enregistrement à partir du 8 mai 1967 ont suffi aux Modern Studios à Los Angeles (l’antre des Beach Boys et des Mamas and Papas) pour mettre en boîte Goodbye and Hello.

Elektra n’a pas lésiné sur les moyens, l’entourant d’une dizaine de musiciens et choisissant le producteur « hip » du moment, Jerry Yester (Turtles, The Association, et futur Lovin’ Spoonful). Et Tim Buckley a même mûri en ce court laps de temps ; les chansons sont plus articulées, ses arrangements complexes sont respectés, les couleurs (psychédéliques parfois, « Phantasmagoria In Two ») différentes. Son timbre de voix et l’imprévisibilité sont le seul dénominateur commun.

L’album débute par sa contribution à la croisade anti guerre au Vietnam, le strident « No Man Can Find The War » (et plus loin « Once I Was »), mais en fait toutes les chansons l’exposent comme l’un des chantres de la contre culture. Le tourbillonnant « Carnival Song » et son air de valse est déroutant, comme la délicatesse de « Hallucinations » inspirée de musique turque découverte dans le vaste catalogue « world » d’Elektra, et la rage rentrée (sa guitare douze cordes déchaînée) de l’incantation « I Never Asked To Be Your Mountain » adressée à sa femme (il s’était marié contraint et forcé) et à son jeune fils Jeff, pour laquelle vingt trois prises furent nécessaires pour parfaire la prise de voix.

Le romantique « Knight-Errant » évoque la musique médiévale alors en vogue en Californie (cf. David Crosby) et le titre final, « Morning Glory », déchirant de pessimisme, laisse l’auditeur désemparé. « Pleasant Street » et « Goodbye and Hello » figurent parmi les plus belles compositions de Tim Buckley. La première, enregistrée le 15 mai 1967, est un joyau de son répertoire entier, en mineur, toute en subtilités chromatiques, où sa voix splendide atteint des sommets d’émotion, mais qui perdait de sa force en public, interprétée seulement avec sa douze cordes (cf Dream Letter) ; le genre de morceau qu’on ne peut s’empêcher d’écouter à nouveau avant de découvrir les autres… La seconde, mise en boîte deux jours plus tard, est une composition Beckett/Buckley qui nécessita un orchestre de quatorze musiciens, véritable palette-fleuve fantasmagorique hallucinante.



                                                                                                      
© ©Copyright Music Story Jean-Noël Ogouz 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Translation Black Eyed Peas
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
À découvrir également
Par Tim Buckley
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
L’âge d’or funk de James Brown

Entre 1967 et 1974, le Godfather transforme sa soul en funk. Entouré par les musiciens les plus groovy du moment, James Brown orchestre une BO en phase avec les changements de la société américaine. Et tout le monde saute à bord de la Sex Machine !

Les pionniers du rock’n’roll

Le rock’n’roll n’est pas mort. Mais ses pionniers encore en vie se comptent sur deux doigts d’une main : Jerry Lee Lewis et Wanda Jackson. 84 et 82 ans. Lui, poulain sauvage de l’écurie Sun Records, entré dans l’histoire en foutant le feu à son instrument, en transformant la musique d’église, la country et le boogie-woogie en rock’n’roll diabolique. Elle, chanteuse country qui s’est offert une belle aventure rock’n’roll aux côtés d’Elvis. De Little Richard à Chuck Berry en passant Johnny Cash, Carl Perkins, Bo Diddley, Bill Haley, Elvis Presley, Gene Vincent, Eddie Cochran, Buddy Holly et Hank Williams, Qobuz rend hommage aux précurseurs du rock.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Dans l'actualité...