Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Stevie Wonder|Fulfillingness' First Finale

Fulfillingness' First Finale

Stevie Wonder

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

L’enfance, l’Afrique, la route, les Grammy Awards, l’au-delà et un piano à perte de vue…la pochette résume la vie et les préoccupations de Stevie Wonder, musicien béni qui a goûté aux pires difficultés comme aux plus grands honneurs. C’est dans un état d’esprit apaisé, après le brûlant Innervisions, qu’il aborde sa nouvelle œuvre. Un disque de transition, qui revient à ses thèmes de prédilection et réunit sa famille musicale habituelle : les choristes Jim Gilstrap, Deniece Williams, les sœurs Syreeta et Yvonne Wright, la grande Minnie Riperton, les éminences Cecil et Margouleff…et Paul Anka, les Jackson 5, le bassiste James Jamerson et le guitariste pedal-steel « Sneaky » Pete Kleinow en invités-surprise. Ces deux derniers sur « To Shy To Say ».



Fullfillingness First Finale paraît en plein été 1974 au sortir d’un grave accident de voiture qui l’a plongé dans le coma. Il dut son salut à la perspicacité de son ami Ira Tucker le réveillant au son de ses mélodies. Un événement qui a conditionné l’enregistrement de ce disque plus intimiste, privilégiant toujours les nappes de piano électrique mais écartant les contrastes et effets des albums précédents. Seul « You Haven’t Done Nothin’ » et son riff familier sort de la réserve pour énoncer un bilan politique désastreux. L’autre hit « Boogie On Reggae Woman » balance entre un groove synthétique et le retour de l’harmonica et du piano boogie. Rien de révolutionnaire donc, mais il possède à son avantage une atmosphère entêtante qui en fait un parfait disque de soul easy listening réhaussé de précieuses mélodies telles « Please Don’t Go ». Les amateurs de sensations fortes ne seront pas déçus par la suite.


©Copyright Music Story 2016

Plus d'informations

Fulfillingness' First Finale

Stevie Wonder

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Smile Please (Album Version)
00:03:28

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Olazabal, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

2
Heaven Is 10 Zillion Light Years Away (Album Version)
00:05:02

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Paul Anka, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

3
Too Shy To Say (Album Version)
00:03:29

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

4
Boogie On Reggae Woman (Album Version)
00:04:56

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Olazabal, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

5
Creepin' (Album Version)
00:04:22

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - MINNIE RIPERTON, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Olazabal, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

6
You Haven't Done Nothin' (Album Version)
00:03:22

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Recording Engineer, StudioPersonnel - Gary Olazabal, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

7
It Ain't No Use (Album Version)
00:04:00

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - MINNIE RIPERTON, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

8
They Won't Go When I Go (Album Version)
00:05:58

Syreeta Wright, ComposerLyricist - Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

9
Bird Of Beauty (Album Version)
00:03:48

Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

10
Please Don't Go (Album Version)
00:04:06

The Persuasions, Background Vocalist, AssociatedPerformer - Malcolm Cecil, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - ROBERT MARGOULEFF, Producer, Engineer, Associate Producer, StudioPersonnel - Stevie Wonder, Producer, Recording Arranger, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Joan DeCola, Participant - Gary Olazabal, Participant

℗ 1974 Motown Records, a Division of UMG Recordings, Inc.

Descriptif de l'album

L’enfance, l’Afrique, la route, les Grammy Awards, l’au-delà et un piano à perte de vue…la pochette résume la vie et les préoccupations de Stevie Wonder, musicien béni qui a goûté aux pires difficultés comme aux plus grands honneurs. C’est dans un état d’esprit apaisé, après le brûlant Innervisions, qu’il aborde sa nouvelle œuvre. Un disque de transition, qui revient à ses thèmes de prédilection et réunit sa famille musicale habituelle : les choristes Jim Gilstrap, Deniece Williams, les sœurs Syreeta et Yvonne Wright, la grande Minnie Riperton, les éminences Cecil et Margouleff…et Paul Anka, les Jackson 5, le bassiste James Jamerson et le guitariste pedal-steel « Sneaky » Pete Kleinow en invités-surprise. Ces deux derniers sur « To Shy To Say ».



Fullfillingness First Finale paraît en plein été 1974 au sortir d’un grave accident de voiture qui l’a plongé dans le coma. Il dut son salut à la perspicacité de son ami Ira Tucker le réveillant au son de ses mélodies. Un événement qui a conditionné l’enregistrement de ce disque plus intimiste, privilégiant toujours les nappes de piano électrique mais écartant les contrastes et effets des albums précédents. Seul « You Haven’t Done Nothin’ » et son riff familier sort de la réserve pour énoncer un bilan politique désastreux. L’autre hit « Boogie On Reggae Woman » balance entre un groove synthétique et le retour de l’harmonica et du piano boogie. Rien de révolutionnaire donc, mais il possède à son avantage une atmosphère entêtante qui en fait un parfait disque de soul easy listening réhaussé de précieuses mélodies telles « Please Don’t Go ». Les amateurs de sensations fortes ne seront pas déçus par la suite.


©Copyright Music Story 2016

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Stevie Wonder

Can't Put It In The Hands Of Fate

Stevie Wonder

Innervisions

Stevie Wonder

Innervisions Stevie Wonder

Songs In The Key Of Life

Stevie Wonder

Songs In The Key Of Life Stevie Wonder

Talking Book

Stevie Wonder

Talking Book Stevie Wonder

The Definitive Collection

Stevie Wonder

Playlists

Dans la même thématique...

KEYS II

Alicia Keys

KEYS II Alicia Keys

Dawn FM

The Weeknd

Dawn FM The Weeknd

Back To Black

Amy Winehouse

Back To Black Amy Winehouse

KEYS

Alicia Keys

KEYS Alicia Keys

Collapsed In Sunbeams

Arlo Parks

Les Grands Angles...
La nu soul en 10 albums

Au milieu des 90’s, alors que le hip-hop vit son âge d’or, la soul entame aussi sa révolution. Avec Erykah Badu, D’Angelo, Jill Scott et quelques autres, le genre retrouve la classe, la sobriété et le raffinement qui animaient les albums de Marvin Gaye, Curtis Mayfield ou Roberta Flack. Après les années de règne du R&B sirupeux ultra-commercial, la nu soul, nettement plus underground, ravive la flame de la soul originelle, dans ses arrangements comme dans ses textes. Un mouvement bref mais hautement influent.

Le Prince des années 80

Dans la famille funk, Prince Rogers Nelson, qui a nous a quittés il y a cinq ans, en avril 2016, fut un genre à lui seul. En presque 40 ans de carrière, il a réussi à mêler l’héritage des pères fondateurs (James Brown, Sly Stone et George Clinton) à des influences aussi bien rock’n’roll qu’électroniques voire jazz. Un groove exubérant et bluffant qui brilla essentiellement entre 1978 et 1988…

Curtis Mayfield, Black Music Matters

Guitariste esthète adulé par Hendrix, chanteur au falsetto démentiel vénéré par Prince et songwriter de haute volée, Curtis Mayfield sculptait des symphonies mêlant funk, gospel et soul en cinémascope. Vingt ans après sa mort, sa musique engagée colle toujours aussi bien à l’Amérique.

Dans l'actualité...