Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Muddy Waters - Folk Singer

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Folk Singer

Muddy Waters

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Lors de ses tout premiers enregistrements en 1941, Muddy Waters ne s’appelait pas encore Muddy Waters, et il jouait de la guitare acoustique. Ce n’était pas sa guitare personnelle car il n’en possédait pas, mais celle que lui avait prêté Alan Lomax, l’homme qui l’a découvert au fin fond du Mississippi alors qu’il était agriculteur et musicien amateur. Quelques années plus tard, Muddy Waters va monter à Chicago et devenir le patron du blues électrique, avec sans doute plein de guitares à lui dans ses placards. Pourtant, en 1963, il entre en studio pour enregistrer Folk Singer, un album où il joue de la guitare acoustique. Pourquoi ce virage unplugged ? Coupure de courant à Chicago ? Non, parce que c’est le marché qui décide. Et à cette époque, le public noir se tourne vers la soul, le marché porteur pour les musiciens de blues est devenu celui des jeunes blancs amateurs de folk, qui confondent authenticité et acoustique. Muddy Waters joue le jeu, et s’en tire à merveille. D’abord parce que cet album est très bien produit, avec un son qui pourrait faire croire que Muddy Waters joue dans votre salon, et que votre salon résonne comme une cathédrale. Et puis il est venu chez vous avec quelques copains, notamment Buddy Guy et Willie Dixon. La voix impériale et solennelle, Muddy Waters joue zen, essentiel, avec peu de notes et beaucoup d’espace entre chaque note. On ne bouge plus, et on écoute. Au final, cet album n’est pas du tout représentatif du style électrique de Muddy Waters, mais c’est quand même un de ses meilleurs. © Stéphane Deschamps/Qobuz

Plus d'informations

Folk Singer

Muddy Waters

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
My Home Is In The Delta
00:04:00

WILLIE DIXON, Producer, Participant - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Participant - Clifton James, Participant - Leonard Chess, Producer - Phil Chess, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

2
Long Distance Call
00:03:32

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

3
My Captain
00:05:12

WILLIE DIXON, Producer, ComposerLyricist - Muddy Waters, MainArtist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

4
Good Morning Little Schoolgirl
00:03:14

WILLIE DIXON, Producer, Participant - Sonny Boy Williamson, ComposerLyricist - Muddy Waters, MainArtist - Buddy Guy, Participant - Clifton James, Participant - Leonard Chess, Producer - Phil Chess, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

5
You Gonna Need My Help
00:03:12

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

6
Cold Weather Blues
00:04:41

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

7
Big Leg Woman
00:03:28

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer - John Temple, ComposerLyricist

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

8
Country Boy
00:03:28

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

9
Feel Like Going Home
00:03:54

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist, ComposerLyricist - Buddy Guy, Guitar, AssociatedPerformer - RALPH BASS, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

10
The Same Thing
00:02:46

WILLIE DIXON, Producer, ComposerLyricist - Muddy Waters, MainArtist - Leonard Chess, Producer - Phil Chess, Producer - Marshall Chess, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

11
You Can't Lose What You Never Had
00:03:01

WILLIE DIXON, Producer - Muddy Waters, MainArtist - McKinley Morganfield, ComposerLyricist - Leonard Chess, Producer - Phil Chess, Producer - Marshall Chess, Producer

A Geffen Records Release; ℗ 2002 UMG Recordings, Inc.

Descriptif de l'album

Lors de ses tout premiers enregistrements en 1941, Muddy Waters ne s’appelait pas encore Muddy Waters, et il jouait de la guitare acoustique. Ce n’était pas sa guitare personnelle car il n’en possédait pas, mais celle que lui avait prêté Alan Lomax, l’homme qui l’a découvert au fin fond du Mississippi alors qu’il était agriculteur et musicien amateur. Quelques années plus tard, Muddy Waters va monter à Chicago et devenir le patron du blues électrique, avec sans doute plein de guitares à lui dans ses placards. Pourtant, en 1963, il entre en studio pour enregistrer Folk Singer, un album où il joue de la guitare acoustique. Pourquoi ce virage unplugged ? Coupure de courant à Chicago ? Non, parce que c’est le marché qui décide. Et à cette époque, le public noir se tourne vers la soul, le marché porteur pour les musiciens de blues est devenu celui des jeunes blancs amateurs de folk, qui confondent authenticité et acoustique. Muddy Waters joue le jeu, et s’en tire à merveille. D’abord parce que cet album est très bien produit, avec un son qui pourrait faire croire que Muddy Waters joue dans votre salon, et que votre salon résonne comme une cathédrale. Et puis il est venu chez vous avec quelques copains, notamment Buddy Guy et Willie Dixon. La voix impériale et solennelle, Muddy Waters joue zen, essentiel, avec peu de notes et beaucoup d’espace entre chaque note. On ne bouge plus, et on écoute. Au final, cet album n’est pas du tout représentatif du style électrique de Muddy Waters, mais c’est quand même un de ses meilleurs. © Stéphane Deschamps/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Live At The Regal B.B. King
Strong Persuader Robert Cray
The Complete Studio Albums Creedence Clearwater Revival
À découvrir également
Par Muddy Waters
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Vieux blues et nouvelles technologies, une histoire croisée

Le vieux blues, celui joué dans le Sud des Etats-Unis avant la Deuxième Guerre mondiale, est une musique pleine de mystères et de légendes. Mais c’est aussi une musique qui est devenue populaire grâce aux innovations technologiques et à l’économie de marché. Voici la petite histoire croisée du genre avec le capitalisme, qui donne l’occasion de redécouvrir les chefs-d’œuvre du country blues.

British blues boom, chronique d’une révolution

Si Joe Bonamassa revient avec “British Blues Explosion”, un an après le “Blue & Lonesome” des Rolling Stones, c’est que le « British blues boom » a été plus qu’un simple courant. L’intérêt des Anglais pour les icônes américaines du genre a engendré une véritable révolution, avec en tête la sainte Trinité de la guitare, formée par Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page. À l’aube des années 1960, une fabuleuse déferlante atteint les côtes de la Grande-Bretagne. Et ouvre la voie à de nouvelles dimensions musicales.

Eric Clapton dans ses petits souliers

Une version EDM de “Jingle Bells”, un “Lonesome Christmas” ou un “White Christmas” plus blues, sur un album de Noël (“Happy Xmas”), vous en rêviez ? Eric Clapton l'a fait. Après tout, si même Bob Dylan a sacrifié à la tradition (sur “Christmas in the Heart”), pourquoi pas “Dieu” lui-même ? C'est loin d'être la première fois que le musicien anglais, qui va sur ses 74 ans, s'éloigne d'un blues plus ou moins traditionnel, mais à ce point-là…

Dans l'actualité...