Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bob Marley & The Wailers - Exodus

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Exodus

Bob Marley & The Wailers

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Il y a toujours des disques qui comptent plus que d’autres dans la carrière d’un musicien, mais Exodus est bien plus que ça pour Bob Marley. Si l’album a propulsé le chanteur dans une autre dimension, il raconte aussi le destin d’un artiste devenu homme d’État. Nous sommes en 1976 : Bob Marley se croit au top de sa carrière après qu'Eric Clapton a révélé son nom à ses millions de suiveurs en reprenant I Shot The Sheriff. Après les départs de Peter Tosh et Bunny Wailer deux ans plus tôt, il est seul maître à bord, et est devenu une icône en Jamaïque, où des élections se préparent dans le trouble. Michael Manley, le Premier ministre, va devoir affronter Edward Seaga, qui règne sur le quartier de Tivoli Gardens à Kingston, et envoie ses gangs semer la terreur dans les autres districts acquis à son concurrent. Le 3 décembre 1976, ces hommes armés vont visiter la maison de Bob Marley, soupçonné de pencher vers Manley, et tirent sur le chanteur, sa femme Rita et son manager Don Taylor, ne faisant miraculeusement aucune victime. Criblé de balles mais survivant, Bob Marley montera sur scène deux jours plus tard au Smile Jamaica Concert, exhibant ses blessures sous sa chemise, et acquérant au passage une nouvelle stature. Malgré cet acte de bravoure, ce sera son dernier show en Jamaïque avant de longs mois d’exil en Angleterre.

Outre-Atlantique, Bob Marley entre dans les studios d’Island dès janvier 1977, comme s’il sentait l’urgence d’enregistrer. Le titre, Exodus, fait évidemment référence à son propre exil, mais constitue aussi un clin d’œil au concept rasta de repatriation, qui prône le retour en Afrique. Ultraproductifs, Bob et ses musiciens mettent en boîte une vingtaine de titres, dont la moitié servira d’ailleurs pour l’album suivant, Kaya. Si la première partie du disque contient des textes engagés (les appels spirituels Natural Mystic, Heathen ou Exodus, mais aussi So Much Things to Say et Guiltiness), le reste est plutôt bon enfant, avec Waiting in Vain, Jamming ou Three Little Birds, comme si Bob avait envie de légèreté. L’album se conclut sur l’emblématique Punky Reggae Party, hommage aux punks anglais imprégnés de reggae. Le titre, avec son rythme effréné si loin des standards des Wailers, est un bout d’histoire en soi, puisqu’il rassemble en studio Lee Perry, qui a coécrit les paroles, Sly Dunbar à la batterie, ainsi que des membres des groupes Aswad et Third World, également signés chez Island.

A sa sortie, le disque cartonne et chaque single agrandit encore l’aura de Bob Marley. Quand il revient enfin en Jamaïque, le 22 avril 1978, pour le One Love Peace Concert, c’est un prophète qui fait monter sur scène les deux ennemis Michael Manley et Edward Seaga, leur imposant une poignée de main historique tandis que les Wailers jouent le rythme de Jamming… ©Smaël Bouaici / Qobuz

Plus d'info

Exodus

Bob Marley & The Wailers

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Natural Mystic (Album Version) 00:03:27

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Producer, Mixer - Karl Pitterson, Mixer, Engineer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - The Wailers, Producer - Aston Barrett, Mixer - Guy Bidmead, Asst. Recording Engineer - Terry Barham, Asst. Recording Engineer - Blue Mountain Music Ltd., MusicPublisher - FIFTY SIX HOPE ROAD MUSIC LTD, MusicPublisher - Odnil Music Ltd, MusicPublisher

℗ 1977 The Island Def Jam Music Group

2
So Much Things To Say 00:03:08

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer, Engineer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Guy Bidmead, Asst. Recording Engineer - Terry Barham, Asst. Recording Engineer - Fifty-Six Hope Road Music Ltd., MusicPublisher - Peermusic (UK) Ltd, MusicPublisher - Blue Mountain Music Ltd, MusicPublisher - Blackwell Fuller Music Publishing LLC, MusicPublisher - Cayman Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 The Island Def Jam Music Group

3
Guiltiness 00:03:20

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer, Engineer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Guy Bidmead, Asst. Recording Engineer - Terry Barham, Asst. Recording Engineer - Fifty-Six Hope Road Music Ltd., MusicPublisher - Odnil Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 The Island Def Jam Music Group

4
The Heathen 00:02:32

Bob Marley, Composer, Author - Lee Perry, Producer - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer - Bob Marley & The Wailers, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Fifty-Six Hope Road Music Ltd., MusicPublisher - Odnil Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

5
Exodus (Album Version) 00:07:40

Bob Marley, Composer, Author - Lee Perry, Producer - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer, Engineer - Bob Marley & The Wailers, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Guy Bidmead, Asst. Recording Engineer - Terry Barham, Asst. Recording Engineer - Blue Mountain Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

6
Jamming (Album Version) 00:03:31

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Blue Mountain Music Ltd., MusicPublisher - FIFTY SIX HOPE ROAD MUSIC LTD, MusicPublisher - Odnil Music Ltd, MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

7
Waiting In Vain (Album Version) 00:04:16

Bob Marley, Composer, Author - Lee Perry, Producer - Bob Marley & The Wailers, MainArtist - Fifty-Six Hope Road Music Ltd., MusicPublisher - Odnil Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

8
Turn Your Lights Down Low 00:03:39

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Bob Marley Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records Inc., a division of UMG Recordings Inc.

9
Three Little Birds (Album Version) 00:03:00

Bob Marley, Composer, Author - CHRIS BLACKWELL, Mixer - Karl Pitterson, Mixer - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Aston Barrett, Mixer - Fifty-Six Hope Road Music Ltd / Blackwell Fuller Music Publishing LLC Administered by Blue Mountain Music Ltd / Irish Town Songs (ASCAP), MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

10
One Love / People Get Ready (Album Version) 00:02:49

Curtis Mayfield, Composer, Author - Bob Marley, Composer, Author - Lee Perry, Producer - Bob Marley & The Wailers, MainArtist - Warner-Tamerlane Publishing Corp., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

11
Jamming (Long Version) 00:05:52

Bob Marley, Composer, Author - Bob Marley & The Wailers, Producer, MainArtist - Blue Mountain Music Ltd., MusicPublisher - FIFTY SIX HOPE ROAD MUSIC LTD, MusicPublisher - Odnil Music Ltd, MusicPublisher

℗ 1977 The Island Def Jam Music Group

12
Punky Reggae Party 00:06:45

Bob Marley, Composer, Author - Bob Marley & The Wailers, MainArtist - Lee "Scratch" Perry, Composer, Author, Producer - Songs Of Polygram International Inc., MusicPublisher - Fifty-Six Hope Road Music Ltd., MusicPublisher - Odnil Music Ltd., MusicPublisher

℗ 1977 Island Records, a division of UMG Recordings, Inc.

Descriptif de l'album

Il y a toujours des disques qui comptent plus que d’autres dans la carrière d’un musicien, mais Exodus est bien plus que ça pour Bob Marley. Si l’album a propulsé le chanteur dans une autre dimension, il raconte aussi le destin d’un artiste devenu homme d’État. Nous sommes en 1976 : Bob Marley se croit au top de sa carrière après qu'Eric Clapton a révélé son nom à ses millions de suiveurs en reprenant I Shot The Sheriff. Après les départs de Peter Tosh et Bunny Wailer deux ans plus tôt, il est seul maître à bord, et est devenu une icône en Jamaïque, où des élections se préparent dans le trouble. Michael Manley, le Premier ministre, va devoir affronter Edward Seaga, qui règne sur le quartier de Tivoli Gardens à Kingston, et envoie ses gangs semer la terreur dans les autres districts acquis à son concurrent. Le 3 décembre 1976, ces hommes armés vont visiter la maison de Bob Marley, soupçonné de pencher vers Manley, et tirent sur le chanteur, sa femme Rita et son manager Don Taylor, ne faisant miraculeusement aucune victime. Criblé de balles mais survivant, Bob Marley montera sur scène deux jours plus tard au Smile Jamaica Concert, exhibant ses blessures sous sa chemise, et acquérant au passage une nouvelle stature. Malgré cet acte de bravoure, ce sera son dernier show en Jamaïque avant de longs mois d’exil en Angleterre.

Outre-Atlantique, Bob Marley entre dans les studios d’Island dès janvier 1977, comme s’il sentait l’urgence d’enregistrer. Le titre, Exodus, fait évidemment référence à son propre exil, mais constitue aussi un clin d’œil au concept rasta de repatriation, qui prône le retour en Afrique. Ultraproductifs, Bob et ses musiciens mettent en boîte une vingtaine de titres, dont la moitié servira d’ailleurs pour l’album suivant, Kaya. Si la première partie du disque contient des textes engagés (les appels spirituels Natural Mystic, Heathen ou Exodus, mais aussi So Much Things to Say et Guiltiness), le reste est plutôt bon enfant, avec Waiting in Vain, Jamming ou Three Little Birds, comme si Bob avait envie de légèreté. L’album se conclut sur l’emblématique Punky Reggae Party, hommage aux punks anglais imprégnés de reggae. Le titre, avec son rythme effréné si loin des standards des Wailers, est un bout d’histoire en soi, puisqu’il rassemble en studio Lee Perry, qui a coécrit les paroles, Sly Dunbar à la batterie, ainsi que des membres des groupes Aswad et Third World, également signés chez Island.

A sa sortie, le disque cartonne et chaque single agrandit encore l’aura de Bob Marley. Quand il revient enfin en Jamaïque, le 22 avril 1978, pour le One Love Peace Concert, c’est un prophète qui fait monter sur scène les deux ennemis Michael Manley et Edward Seaga, leur imposant une poignée de main historique tandis que les Wailers jouent le rythme de Jamming… ©Smaël Bouaici / Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Bob Marley & The Wailers
She's Gone Bob Marley & The Wailers
Kaya Bob Marley & The Wailers
Uprising Bob Marley & The Wailers
Kaya 40 (Stephen Marley’s reimagining) Bob Marley & The Wailers

Playlists

Dans la même thématique...
Strictly The Best Vol. 60 Various Artists
Le Monde est chaud Tiken Jah Fakoly
Inna de Yard Inna de Yard
Les Grands Angles...
Trojan : 50 ans à digger le reggae

Une fois passé l’arbre Bob Marley, de nombreux amateurs de reggae ont découvert la profondeur et la diversité de la forêt musicale jamaïcaine à travers les compilations de Trojan Records, devenues pour certains de véritables madeleines de Proust. A l’occasion de ses 50 ans, Qobuz revient sur la trajectoire fluctuante d’un label qui fait partie des références de la réédition reggae, en compagnie de Laurence Cane-Honeysett, curateur de la maison de disques et auteur du livre “The Story of Trojan Records”.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...