Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bang On A Can|Eno/Wyatt/Davies: Music for Airports

Eno/Wyatt/Davies: Music for Airports

Bang On A Can

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Les aéroports, comme les gares,  sont propices à la rêverie, à cette nostalgie légère et diffuse qui flotte entre les deux eaux du souvenir et de l’attente; c’est justement dans ces lieux que l’on a besoin de musique, pour le service discret de nos  émotions, pour mettre un peu d’espace autour du temps qui passe et préparer nos mémoires.

La petite histoire dit que c’est dans l’aéroport de Cologne qu’est venue à Brian Eno, grand habitué des salles d’attentes, l’idée d’une musique adaptée à son milieu, en même temps qu’un terme qui allait  faire recette : ambient - idée immédiatement mise en pratique avec ce disque, précisément sous-titré « ambient #1», comme pour marquer le début officiel du genre.

Et que nous donne-t-il à entendre, autant qu’à voir (car une ambiance, c’est d’abord pour lui «a tint») ? Quatre pièces sans nom (« 1/1 »« 1/2 », « 2/1 », « 2/2 » ), quatre tableaux d’une exposition anonyme, quatre paysages aux lumières incertaines, parcours sans début ni fin, mélodies  insistantes, aussi peu inspirées que possible et sans développement, évoluant seulement au gré de variations infimes: thèmes insistants du piano (celui de Robert Wyatt), comme les gouttes d’une pluie lourde et lente, frôlements de voix qui naissent et meurent en vagues régulières, bribes d’un folklore imaginaire…

On trouvera étonnant qu’autant de qualités négatives aient pu donner naissance à un disque demeuré LA référence d’un genre (qui peut si rapidement sombrer dans l’insignifiance) ; mais c’est qu’en creux se dessine la vraie nature de cette musique et son pouvoir persistant : discrète jusqu’aux limites de l’effacement, patiente, elle installe pour l’auditeur, avec toutes les précautions de sa (presque) quiétude, un espace de réflexion ou de rêverie pour le renvoyer sans effort ni gêne à lui-même, à ses affaires, à ses affects. Et c’est par là qu’elle se montre, en fin de compte et de façon inattendue étonnamment généreuse et serviable.

Première, et peut-être seule vraie réussite du genre, elle dévoile encore aujourd’hui des beautés fragiles et fragmentaires, aussi fugitives qu’un reflet à la surface d’une eau où l’on a vu brièvement passer un peu de soi-même et du monde alentour.


©Copyright Music Story 2016

Plus d'informations

Eno/Wyatt/Davies: Music for Airports

Bang On A Can

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
1/1
00:16:32

Rhett Davies, Composer - Brian Eno, Composer - Robert Wyatt, Composer - Michael Gordon, Arranger, Work Arranger - Bang On A Can, MainArtist

℗ 1998 Point Music Ltd.

2
1/2
00:08:54

Rhett Davies, Composer - Brian Eno, Composer - Robert Wyatt, Composer - David Lang, Arranger, Work Arranger - Bang On A Can, MainArtist

℗ 1998 Point Music Ltd.

3
2/1
00:11:38

Rhett Davies, Composer - Brian Eno, Composer - Robert Wyatt, Composer - Julia Wolfe, Translator - Bang On A Can, MainArtist

℗ 1998 Point Music Ltd.

4
2/2
00:12:03

Rhett Davies, Composer - Brian Eno, Composer - Robert Wyatt, Composer - Evan Ziporyn, Arranger, Work Arranger - Bang On A Can, MainArtist

℗ 1998 Point Music Ltd.

Descriptif de l'album

Les aéroports, comme les gares,  sont propices à la rêverie, à cette nostalgie légère et diffuse qui flotte entre les deux eaux du souvenir et de l’attente; c’est justement dans ces lieux que l’on a besoin de musique, pour le service discret de nos  émotions, pour mettre un peu d’espace autour du temps qui passe et préparer nos mémoires.

La petite histoire dit que c’est dans l’aéroport de Cologne qu’est venue à Brian Eno, grand habitué des salles d’attentes, l’idée d’une musique adaptée à son milieu, en même temps qu’un terme qui allait  faire recette : ambient - idée immédiatement mise en pratique avec ce disque, précisément sous-titré « ambient #1», comme pour marquer le début officiel du genre.

Et que nous donne-t-il à entendre, autant qu’à voir (car une ambiance, c’est d’abord pour lui «a tint») ? Quatre pièces sans nom (« 1/1 »« 1/2 », « 2/1 », « 2/2 » ), quatre tableaux d’une exposition anonyme, quatre paysages aux lumières incertaines, parcours sans début ni fin, mélodies  insistantes, aussi peu inspirées que possible et sans développement, évoluant seulement au gré de variations infimes: thèmes insistants du piano (celui de Robert Wyatt), comme les gouttes d’une pluie lourde et lente, frôlements de voix qui naissent et meurent en vagues régulières, bribes d’un folklore imaginaire…

On trouvera étonnant qu’autant de qualités négatives aient pu donner naissance à un disque demeuré LA référence d’un genre (qui peut si rapidement sombrer dans l’insignifiance) ; mais c’est qu’en creux se dessine la vraie nature de cette musique et son pouvoir persistant : discrète jusqu’aux limites de l’effacement, patiente, elle installe pour l’auditeur, avec toutes les précautions de sa (presque) quiétude, un espace de réflexion ou de rêverie pour le renvoyer sans effort ni gêne à lui-même, à ses affaires, à ses affects. Et c’est par là qu’elle se montre, en fin de compte et de façon inattendue étonnamment généreuse et serviable.

Première, et peut-être seule vraie réussite du genre, elle dévoile encore aujourd’hui des beautés fragiles et fragmentaires, aussi fugitives qu’un reflet à la surface d’une eau où l’on a vu brièvement passer un peu de soi-même et du monde alentour.


©Copyright Music Story 2016

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Bang On A Can

The Passion

Bang On A Can

The Passion Bang On A Can

Terry Riley: In C

Bang On A Can

Terry Riley: In C Bang On A Can

Music for Airports : Live

Bang On A Can

Gordon, Lang & Wolfe: Lost Objects

Bang On A Can

Field Recordings

Bang On A Can

Field Recordings Bang On A Can

Playlists

Dans la même thématique...

Schubert: Symphonies Nos. 8 "Unfinished" & 9 "The Great"

Herbert Blomstedt

Sibelius: Complete Symphonies

Klaus Mäkelä

The New Four Seasons - Vivaldi Recomposed

Max Richter

Old Friends New Friends

Nils Frahm

Nightscapes

Magdalena Hoffmann

Nightscapes Magdalena Hoffmann
Les Grands Angles...
Steve Reich en 10 oeuvres

Steve Reich appartient à ce cercle ultra-restreint de compositeurs qui peuvent se vanter d’avoir durablement changé le visage de la musique contemporaine sur ces cinquante dernières années. Qobuz vous propose une sélection de dix œuvres parmi les plus importantes de son catalogue.

Nelson Freire, un virtuose très discret

Enfant prodige dans son pays natal, le pianiste brésilien, disparu en novembre 2021, est resté loin des bruyantes trompettes de la renommée. Ses mains de géant, sa technique aisée et virtuose étaient toujours au service d’une sonorité puissante, pleine et moelleuse. Qobuz revient sur le parcours de celui qui fut longtemps le « secret le mieux gardé du piano ».

Marian Anderson, cantatrice de combats

La magnifique carrière de la cantatrice contralto afro-américaine Marian Anderson se confond avec sa lutte incessante contre le racisme. Elle a 94 ans lorsqu’elle reçoit enfin, en 1991, le Grammy Lifetime Achievement Award en reconnaissance de toute une vie de musique. Mais combien le chemin menant à cette tardive reconnaissance fut long et semé d’épines…

Dans l'actualité...