Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Snoop Dogg - Doggystyle

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Doggystyle

Snoop Dogg

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Premier album solo du rappeur à tête de chien, parfois considéré comme la suite de The Chronic (premier album de Dr. Dre, auquel il a largement collaboré), le faisant entrer directement dans l’histoire du genre en devenant l’album rap s’étant le mieux vendu lors de sa première semaine avec 802 858 copies.

Tout était réuni pour en faire un classique : les beats fumant encore le funk tout chaud emprunté aux différentes formations de George Clinton, dont les textes extraits de « Atomic Dog » semblent avoir inspiré les graphistes pour la pochette de Doggystyle, le flow nonchalant du rappeur, provoquant une addiction immédiate, et toute l’imagerie gangster véhiculée par la combinaison des deux.

Ce qui a, logiquement entraîné une grande polémique, des protestations se faisant entendre, dénonçant une oeuvre outrancière. Ce sont les artistes originaux samplés par Dr. Dre qui poseront paradoxalement le plus de soucis, provoquant le retrait de « Gz Up, Hoes Down » des pressages suivants, Isaac Hayes ayant moyennement apprécié l’utilisation de son « Look of Love ».

Personne dans l’entourage de George Clinton ne vint se plaindre pour « Who Am I (What’s My Name) ? » par contre, qui reste un tube indémodable. Un pavé à jamais posé dans la mare profonde du hip-hop, et qui remonte régulièrement à la surface avec une fraîcheur intacte.


© ©Copyright Music Story DaBee 2015

Plus d'informations

Doggystyle

Snoop Dogg

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Bathtub
00:01:50

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

2
G Funk (Intro)
00:02:24

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

3
Gin And Juice (feat. Dat Nigga Daz)
00:03:31

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

4
Tha Shiznit
00:04:41

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

5
Lodi Dodi (feat. Nancy Fletcher)
00:05:01

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

6
Murder Was The Case (Death After Visualizing Eternity) (feat. Dat Nigga Daz)
00:03:38

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

7
Serial Killa (feat. The D.O.C., Tha Dogg Pound & RBX)
00:03:32

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

8
Who Am I (What's My Name)?
00:04:06

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

9
For All My Niggaz And Bitches (feat. Tha Dogg Pound & Lady of Rage)
00:04:43

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

10
Ain't No Fun (If the Homies Cant Have None) (feat. Nate Dogg, Warren G & Kurupt)
00:04:06

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

11
Doggy Dogg World (feat. The Dramatics & Tha Dogg Pound)
00:05:38

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

12
Gz And Hustlas (feat. Nancy Fletcher)
00:04:35

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

13
Pump Pump (feat. Lil' Malik)
00:04:39

Snoop Dogg, MainArtist

DEATH ROW

Descriptif de l'album

Premier album solo du rappeur à tête de chien, parfois considéré comme la suite de The Chronic (premier album de Dr. Dre, auquel il a largement collaboré), le faisant entrer directement dans l’histoire du genre en devenant l’album rap s’étant le mieux vendu lors de sa première semaine avec 802 858 copies.

Tout était réuni pour en faire un classique : les beats fumant encore le funk tout chaud emprunté aux différentes formations de George Clinton, dont les textes extraits de « Atomic Dog » semblent avoir inspiré les graphistes pour la pochette de Doggystyle, le flow nonchalant du rappeur, provoquant une addiction immédiate, et toute l’imagerie gangster véhiculée par la combinaison des deux.

Ce qui a, logiquement entraîné une grande polémique, des protestations se faisant entendre, dénonçant une oeuvre outrancière. Ce sont les artistes originaux samplés par Dr. Dre qui poseront paradoxalement le plus de soucis, provoquant le retrait de « Gz Up, Hoes Down » des pressages suivants, Isaac Hayes ayant moyennement apprécié l’utilisation de son « Look of Love ».

Personne dans l’entourage de George Clinton ne vint se plaindre pour « Who Am I (What’s My Name) ? » par contre, qui reste un tube indémodable. Un pavé à jamais posé dans la mare profonde du hip-hop, et qui remonte régulièrement à la surface avec une fraîcheur intacte.


© ©Copyright Music Story DaBee 2015

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Snoop Dogg
I Wanna Go Outside Snoop Dogg
I Wanna Thank Me Snoop Dogg
BUSH Snoop Dogg
My Death Row Bro Snoop Dogg

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Hip-hop : 8 producteurs de légende

Peut-on imaginer Guru sans DJ Premier et De La Soul sans Prince Paul ? Derrière chaque rappeur iconique et chaque groupe culte, il y a un producteur visionnaire qui a appris de ses aînés et développé son propre son. Du pionnier Marley Marl, qui posa les bases de la production moderne en exploitant les capacités des premiers samplers, à la comète J Dilla qui, avant sa mort à 32 ans, a réussi à durablement imprimer sa marque, en passant par la révolution sonique ourdie par le Bomb Squad et la domination sans partage sur la West Coast de Dr Dre, tour d’horizon des pontes de studio qui ont régné pendant trente ans sur le monde du hip-hop.

Comment le reggae a conquis la pop américaine

Jamais le reggae n’avait été aussi exposé depuis Bob Marley. Depuis trois ans, les tubes des stars de la pop américaine ont pris des saveurs jamaïcaines. De Beyonce à Rihanna en passant par Drake, Ed Sheeran ou Justin Bieber, ils sont de plus en plus nombreux à avoir posé leur voix sur un morceau de dancehall, la version « club » du reggae popularisée par le légendaire producteur King Jammy au milieu des années 80 avec le Sleng Teng, le premier reggae électronique de l’histoire. Retour sur une infiltration en douceur.

La trap, mode d'emploi

Où commence et où s'arrête la trap ? Comment un sous-genre très codé du rap du Sud des États-Unis en est-il venu à muter au point d'innerver la pop mondiale et de presque se confondre avec elle ? Historique et controverses.

Dans l'actualité...