Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Verona Quartet - Diffusion

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Diffusion

The Verona Quartet

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

On ne saura pas grand-chose du Verona Quartet en consultant le livret de cette parution assortie d’un intitulé bref, « Diffusion ». La biographie présente sur le site de l’ensemble ne donne guère plus d’éléments réellement significatifs. Les quatre musiciens (Jonathan Ong, Dorothy Ro, violons – Abigail Rojansky, alto – Jonathan Dormand, violoncelle) de ce quatuor nord-américain, en résidence depuis août 2020 au sein du prestigieux Oberlin College and Conservatory, entretiendraient-ils quelque peu le mystère ?

Il faudra donc se plonger dans la musique, et quelle magnifique surprise ! Plaisir de sons, de textures, de timbres. Ce qui frappe immédiatement à l’écoute de ce programme original, couplant trois quatuors envoûtants et captivants du début du XXe siècle, en forme de résumé des esthétiques les plus marquantes de l’époque en Europe, c’est la balance inhérente à l’ensemble. La polyphonie est d’une clarté inouïe ; les attaques se distinguent par leur captivante netteté, exempte de sécheresse ; les textures se parent de teintes constamment renouvelées, qui tiennent en haleine l’auditeur – écoutez le très bel Allegro moderato du Quatuor de Ravel (1903), véritablement « très doux », dans les phrasés autant que dans les respirations, et les intentions expressives. La douceur ravélienne est assurément – aussi – une histoire de tendresse. Impressionnant !

Le désir de précision des quatre membres du Quatuor Verona ne les emmène jamais sur le terrain de l’objectivité stricte ou de l’analyse froide ; si le Quatuor de Ravel clôt cet album sur quelques moments d’une très rare poésie, il y a toujours présent dans le son des Verona un je-ne-sais-quoi de doucement joueur, ou de légèrement espiègle (Ravel, Assez vif), qui éclaire d’une lumière insolite les ambivalences expressives des Lettres intimes de Janáček (janvier-février 1928), très adroitement équilibrées entre le nostalgique et le malicieux. Et le Szymanowski ? Les Verona le situent exactement entre deux mondes, aussi soucieux de l’ascendance viennoise que de l’esprit slave populaire : les amples lignes mélodiques (Moderato dolce e tranquillo) et les jeux polyphoniques (Lento) rayonnent d’un même élan que l’esprit de rupture qui permet des frottements harmoniques parfois très épicés (Vivace, scherzando). Fortement recommandé. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Plus d'informations

Diffusion

The Verona Quartet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

String Quartet No. 2, JW VIII/13 "Intimate Letters" (Leoš Janáček)

1
I. Andante
00:05:58

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

2
II. Adagio
00:05:53

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

3
III. Moderato
00:05:24

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

4
IV. Allegro
00:08:04

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

String Quartet No. 2, Op. 56 (Karol Szymanowski)

5
I. Moderato dolce e tranquillo
00:07:18

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

6
II. Vivace, scherzando
00:04:55

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

7
III. Lento
00:05:33

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

String Quartet in F Major, M. 35 (Maurice Ravel)

8
I. Allegro moderato. Très doux
00:07:58

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

9
II. Assez vif. Très rythmé
00:06:09

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

10
III. Très lent
00:08:32

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

11
IV. Vif et agité
00:04:52

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

© 2021 Azica Records ℗ 2021 Azica Records

Descriptif de l'album

On ne saura pas grand-chose du Verona Quartet en consultant le livret de cette parution assortie d’un intitulé bref, « Diffusion ». La biographie présente sur le site de l’ensemble ne donne guère plus d’éléments réellement significatifs. Les quatre musiciens (Jonathan Ong, Dorothy Ro, violons – Abigail Rojansky, alto – Jonathan Dormand, violoncelle) de ce quatuor nord-américain, en résidence depuis août 2020 au sein du prestigieux Oberlin College and Conservatory, entretiendraient-ils quelque peu le mystère ?

Il faudra donc se plonger dans la musique, et quelle magnifique surprise ! Plaisir de sons, de textures, de timbres. Ce qui frappe immédiatement à l’écoute de ce programme original, couplant trois quatuors envoûtants et captivants du début du XXe siècle, en forme de résumé des esthétiques les plus marquantes de l’époque en Europe, c’est la balance inhérente à l’ensemble. La polyphonie est d’une clarté inouïe ; les attaques se distinguent par leur captivante netteté, exempte de sécheresse ; les textures se parent de teintes constamment renouvelées, qui tiennent en haleine l’auditeur – écoutez le très bel Allegro moderato du Quatuor de Ravel (1903), véritablement « très doux », dans les phrasés autant que dans les respirations, et les intentions expressives. La douceur ravélienne est assurément – aussi – une histoire de tendresse. Impressionnant !

Le désir de précision des quatre membres du Quatuor Verona ne les emmène jamais sur le terrain de l’objectivité stricte ou de l’analyse froide ; si le Quatuor de Ravel clôt cet album sur quelques moments d’une très rare poésie, il y a toujours présent dans le son des Verona un je-ne-sais-quoi de doucement joueur, ou de légèrement espiègle (Ravel, Assez vif), qui éclaire d’une lumière insolite les ambivalences expressives des Lettres intimes de Janáček (janvier-février 1928), très adroitement équilibrées entre le nostalgique et le malicieux. Et le Szymanowski ? Les Verona le situent exactement entre deux mondes, aussi soucieux de l’ascendance viennoise que de l’esprit slave populaire : les amples lignes mélodiques (Moderato dolce e tranquillo) et les jeux polyphoniques (Lento) rayonnent d’un même élan que l’esprit de rupture qui permet des frottements harmoniques parfois très épicés (Vivace, scherzando). Fortement recommandé. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded October 10-12, 2019, Sauder Concert Hall, Goshen College (Indiana, USA)

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

Dans la même thématique...

Ravel, Dutilleux & Debussy

Quatuor Hermès

Ravel, Dutilleux & Debussy Quatuor Hermès

Schubert : Aus der Ferne

Signum Quartett

Schubert : Aus der Ferne Signum Quartett

Joseph Haydn : The Complete String Quartets played on period instruments

Festetics Quartet

Mozart : Complete Flute Quartets

Juliette Hurel

Mendelssohn: String Quintets

Bartholdy Quintett

Mendelssohn: String Quintets Bartholdy Quintett
Les Grands Angles...
The Sirens Cycle, l’écouter-voir de Peter Eötvös

Homère, Joyce et Kafka. Voilà les auteurs des textes que met en musique Peter Eötvös dans The Sirens Cycle de 2016. The Sirens Cycle est un quatuor à cordes avec soprano colorature, dans la lignée conceptuelle – l’adjonction de la voix – du Second Quatuor de Schönberg, de la Suite lyrique d’Alban Berg (dans sa variante chantée ou, du moins, chantable) ou des Sonnets pour Elisabeth Barrett-Browning d’Egon Wellesz. L’album se conclut avec le premier quatuor d’Eötvös, Korrespondenz une œuvre qui date 1992, sorte de « mini-opéra » sans chant, qui prend appui sur la correspondance de Mozart et de son père pendant l’année 1778. Omer Corlaix revient pour nous sur l’œuvre, après en avoir parlé avec le compositeur lui-même, spécialement pour Qobuz ! The Sirens Cycle est notre Qobuzissime d’octobre 2017 sur le label BMC. Laissez-vous porter par la musique de l’un des compositeurs les plus attachants de notre époque.

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...