Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

David Bowie|Diamond Dogs  (2016 Remaster)

Diamond Dogs (2016 Remaster)

David Bowie

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Un projet de comédie musicale autour du roman d’anticipation 1984 de Georges Orwell tournant court, David Bowie décida de livrer sa propre interprétation d’une société post-apocalyptique et se mit à réaliser une sorte d’ « album concept ». Guy Peellaert fit la pochette : David Bowie, avec sa coupe teintée de rouge est allongé sur le sol déployant un corps hybride d’humain et de chien avec en arrière plan deux créatures féminines hideuses tout droit sorties du film Freaks  de Tod Browning. L’effet glauque et nauséeux au possible annonce un des plus sombres et pessimistes albums depuis The Man Who Sold The World . Diamond Dog s  est entièrement l’œuvre de Bowie avec quelques collaborations de musiciens extérieurs. Après la dissolution acrimonieuse des  Spiders From Mars  Bowie s’éloigne du classicisme « rock » des précédents disques de l’ère Ziggy. Diamond Dogs   s’ouvre sur une introduction terrifiante où Bowie très influencé par Williams Burroughs chef de file du mouvement littéraire de la « Beat Generation » décrit la cité délabrée de « Hunger City ». Burroughs avait créé la technique du « cut up» consistant à écrire un texte, à découper chaque ligne et à mélanger les morceaux au hasard. Cela donne un style éclaté, reflétant le chaos d’une situation ou d’une pensée. Bowie se servit du « cut up» sur « Future Legend » : vision hallucinée inspirée d’un récit du 19ème siècle des quartiers misérables de Londres où de jeunes enfants en haillons, sortes de proto-punks vivent sur les toits. Soudain, parmi des hurlements de chiens à l’agonie une voix clame : « ce n’est pas du rock’n’roll, c’est un génocide ». « Diamond Dogs » prolonge ces visions sordides sur un riff stonien et nous présente « Halloween Jack » sa nouvelle incarnation, un survivant échappé aux hordes de « Diamond Dogs ». Il semble à l’aise dans cet univers désolé et hostile : « Halloween Jack est un gars très cool, il vit sur les sommets de Manhattan / L’ascenseur est cassé, il descend par un câble ». S’ensuit ce qui reste pour de nombreux fans comme l’acmé de Bowie la fameuse suite de neuf minutes qui enchaîne « Sweet Thing » , « Candidate » et « Sweet Thing » (reprise). « Sweet Thing » est une ballade mélancolique sur les peines d’amour du personnage dans une ville décrite comme dans un vieux film. David Bowie prend des intonations de crooner pour déclamer un texte obscur écrit en « cut up » tandis que la musique ne cesse de changer de ton et de tournoyer.

Dans « Rebel Rebel » , Bowie fait toutes les parties de guitare. Le texte renvoie au thème familier de l’ambiguïté sexuelle. Ce sera l’un de ses plus gros succès atteignant la 5ème place des charts anglais. « Rock’n’Roll With Me » est un slow envoûtant où Bowie traite de son rapport avec le public. On perçoit l’ angoisse de voir son statut de star submerger l’artiste. Le titre sonne comme une variation de « Rock’n’Roll Suicide » . « We Are The Dead » est un des morceaux subsistant de la comédie musicale avortée autour du 1984 d’Orwell. L’ouverture au piano électrique évoque une musique de film d’horreur. L’imagerie employée est très gothique avec en  filigrane l’histoire de deux amants qui se demandent si leur amour va survivre à travers les âges.

« 1984 » est le titre le plus étonnant de l’album déclinant une soul urbaine à la Isaac Hayes. Ce style soul dominera bientôt les futures travaux de Bowie. Le texte est malicieux (ou cynique ?) avec une allusion à la fameuse phrase de Bob Dylan de « The Times The Are a-Changing » : « On peux dire que si les temps changent ce n’est pas en faveur de la liberté ». « Big Brother » , ainsi que le morceau avec lequel il s’enchaîne, « The Chant Of The Ever Cercling Skeletal Family » est l’un des sommets de Bowie. Il y fustige la suprématie du dictateur mais constate qu’il n’est pas si déplaisant de s’en remettre à lui. Avec  Diamond Dog s, David Bowie livre un album intense, désespéré qui anéantit toute tentative de prolonger le glam rock. La complexité des arrangements et la diversité des atmosphères, en font un disque novateur qui mit du temps à être reconnu à sa juste valeur.  
©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Diamond Dogs (2016 Remaster)

David Bowie

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Future Legend (2016 Remaster)
00:01:00

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

2
Diamond Dogs (2016 Remaster)
00:06:06

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

3
Sweet Thing (2016 Remaster)
00:03:39

Herbie Flowers, Bass Guitar - Unknown, Flute - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

4
Candidate (2016 Remaster)
00:02:40

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

5
Sweet Thing (Reprise; 2016 Remaster)
00:02:32

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

6
Rebel Rebel (2016 Remaster)
00:04:33

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer, MixingEngineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

7
Rock 'n' Roll with Me (2016 Remaster)
00:04:02

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer, MixingEngineer - Warren Peace, Writer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

8
We Are the Dead (2016 Remaster)
00:05:01

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer, MixingEngineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

9
1984 (2016 Remaster)
00:03:28

Herbie Flowers, Bass Guitar - Unknown, Orchestra - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, Strings, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

10
Big Brother (2016 Remaster)
00:03:23

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

11
Chant of the Ever Circling Skeletal Family (2016 Remaster)
00:02:06

Herbie Flowers, Bass Guitar - Ray Staff, MasteringEngineer - Aynsley Dunbar, Drums - Tony Newman, Drums - David Bowie, Producer, Guitar, Percussion, Programmer, Saxophone, Vocals, Writer, MainArtist, MixingEngineer - Mike Garson, Harpsichord, Piano, Moog, Mellotron - Tony Visconti, MasteringEngineer, MixingEngineer - ALAN PARKER, Guitar - Keith Harwood, Engineer

© 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co. LLC. ℗ 1974, 2016 Jones/Tintoretto Entertainment Co., LLC under exclusive license to Parlophone Records Ltd, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

Un projet de comédie musicale autour du roman d’anticipation 1984 de Georges Orwell tournant court, David Bowie décida de livrer sa propre interprétation d’une société post-apocalyptique et se mit à réaliser une sorte d’ « album concept ». Guy Peellaert fit la pochette : David Bowie, avec sa coupe teintée de rouge est allongé sur le sol déployant un corps hybride d’humain et de chien avec en arrière plan deux créatures féminines hideuses tout droit sorties du film Freaks  de Tod Browning. L’effet glauque et nauséeux au possible annonce un des plus sombres et pessimistes albums depuis The Man Who Sold The World . Diamond Dog s  est entièrement l’œuvre de Bowie avec quelques collaborations de musiciens extérieurs. Après la dissolution acrimonieuse des  Spiders From Mars  Bowie s’éloigne du classicisme « rock » des précédents disques de l’ère Ziggy. Diamond Dogs   s’ouvre sur une introduction terrifiante où Bowie très influencé par Williams Burroughs chef de file du mouvement littéraire de la « Beat Generation » décrit la cité délabrée de « Hunger City ». Burroughs avait créé la technique du « cut up» consistant à écrire un texte, à découper chaque ligne et à mélanger les morceaux au hasard. Cela donne un style éclaté, reflétant le chaos d’une situation ou d’une pensée. Bowie se servit du « cut up» sur « Future Legend » : vision hallucinée inspirée d’un récit du 19ème siècle des quartiers misérables de Londres où de jeunes enfants en haillons, sortes de proto-punks vivent sur les toits. Soudain, parmi des hurlements de chiens à l’agonie une voix clame : « ce n’est pas du rock’n’roll, c’est un génocide ». « Diamond Dogs » prolonge ces visions sordides sur un riff stonien et nous présente « Halloween Jack » sa nouvelle incarnation, un survivant échappé aux hordes de « Diamond Dogs ». Il semble à l’aise dans cet univers désolé et hostile : « Halloween Jack est un gars très cool, il vit sur les sommets de Manhattan / L’ascenseur est cassé, il descend par un câble ». S’ensuit ce qui reste pour de nombreux fans comme l’acmé de Bowie la fameuse suite de neuf minutes qui enchaîne « Sweet Thing » , « Candidate » et « Sweet Thing » (reprise). « Sweet Thing » est une ballade mélancolique sur les peines d’amour du personnage dans une ville décrite comme dans un vieux film. David Bowie prend des intonations de crooner pour déclamer un texte obscur écrit en « cut up » tandis que la musique ne cesse de changer de ton et de tournoyer.

Dans « Rebel Rebel » , Bowie fait toutes les parties de guitare. Le texte renvoie au thème familier de l’ambiguïté sexuelle. Ce sera l’un de ses plus gros succès atteignant la 5ème place des charts anglais. « Rock’n’Roll With Me » est un slow envoûtant où Bowie traite de son rapport avec le public. On perçoit l’ angoisse de voir son statut de star submerger l’artiste. Le titre sonne comme une variation de « Rock’n’Roll Suicide » . « We Are The Dead » est un des morceaux subsistant de la comédie musicale avortée autour du 1984 d’Orwell. L’ouverture au piano électrique évoque une musique de film d’horreur. L’imagerie employée est très gothique avec en  filigrane l’histoire de deux amants qui se demandent si leur amour va survivre à travers les âges.

« 1984 » est le titre le plus étonnant de l’album déclinant une soul urbaine à la Isaac Hayes. Ce style soul dominera bientôt les futures travaux de Bowie. Le texte est malicieux (ou cynique ?) avec une allusion à la fameuse phrase de Bob Dylan de « The Times The Are a-Changing » : « On peux dire que si les temps changent ce n’est pas en faveur de la liberté ». « Big Brother » , ainsi que le morceau avec lequel il s’enchaîne, « The Chant Of The Ever Cercling Skeletal Family » est l’un des sommets de Bowie. Il y fustige la suprématie du dictateur mais constate qu’il n’est pas si déplaisant de s’en remettre à lui. Avec  Diamond Dog s, David Bowie livre un album intense, désespéré qui anéantit toute tentative de prolonger le glam rock. La complexité des arrangements et la diversité des atmosphères, en font un disque novateur qui mit du temps à être reconnu à sa juste valeur.  
©Copyright Music Story 2015

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par David Bowie

Divine Symmetry

David Bowie

Divine Symmetry David Bowie

The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars

David Bowie

Toy

David Bowie

Toy David Bowie

Let's Dance

David Bowie

Let's Dance David Bowie

Brilliant Adventure (1992 – 2001)

David Bowie

Playlists

Dans la même thématique...

Only the Strong Survive

Bruce Springsteen

Only the Strong Survive Bruce Springsteen

Revolver

The Beatles

Revolver The Beatles

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd
Les Grands Angles...
Les 1001 visages de David Bowie

Star singulière et géniale, David Bowie n'aura cessé de se réinventer à travers une discographie protéiforme et fascinante. Un cas unique dans l'histoire du rock.

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Rammstein, metal über alles

Si Rammstein a rendu le metal industriel accessible comme jamais au grand public, sa manière de s’amuser avec les clichés et de flirter avec les limites du politiquement correct a parfois choqué, tout en contribuant à la popularité d’un groupe qui a marqué l’histoire de la musique grâce à ses textes, ses pochettes, ses clips et surtout son imparable sens du spectacle.

Dans l'actualité...