Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Katatonia - Dead Air

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Dead Air

Katatonia

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

L’année 2020 restera un jalon dans la manière d’aborder la musique live, de la produire et de la défendre. Les artistes s’en sont rendus compte après l’annulation de leurs dates et le confinement de leur public, condamné à les suivre sur le web plus que dans les salles ou les festivals. Au même titre que bon nombre de ses frères d’armes, Katatonia a vu son album City Burials quelque peu sacrifié sur l’autel de la (nécessaire) distanciation sociale et des autres mesures prises pour endiguer une pandémie mondiale qui aura mortellement blessé le monde de la musique, au même titre que le reste de la culture dans son entièreté. Pas de tournée, de rares promos, et à l’arrivée peu d’occasions de défendre le petit nouveau. Reste le virtuel. Le groupe suédois a donc fait le choix, comme beaucoup d’autres artistes, de réaliser une performance visible sur le net.

Enregistré (et filmé) au studio Gröndahl à Stockholm, l’évènement est diffusé en direct le 9 mai 2020. Katatonia n’a pas oublié que c’est avant tout pour son fidèle public qu’a lieu cet évènement. Tant qu’à bien faire les choses, autant l’impliquer. La set list de 20 morceaux a donc été majoritairement influencée par les choix de ce dernier, invité à voter en ligne pour ses chansons préférées. Une set list révélatrice à plus d’un titre. Si le groupe a placé trois morceaux tirés de City Burials, album qu’il fallait défendre un minimum, les fans ont majoritairement plébiscité The Great Cold Distance, dont sept chansons sont interprétées ce soir-là, représentant à elles seules un tiers de la performance. Un album sorti en 2006, et dont les atours plus froids ainsi qu’une certaine clarté dans la manière d’aborder les parties vocales ont rapproché un peu plus Katatonia d’une forme de rock progressif mélancolique, laissant son côté doom plus en retrait. Le choix des fans et du groupe remonte jusqu’à 2001 et Last Fair Deal Gone Down, mettant ainsi entre parenthèse les débuts du combo (ainsi que ses quatre premiers album sortis à partir de 1993). Car Katatonia est depuis longtemps un combo à l’identité forte et au son unique, quelque part entre Paradise Lost, My Dying Bride et Anathema.

Tout en maîtrise et en précision, la prestation livrée, au son parfait (l’avantage du live « en studio ») a surtout un intérêt audio, les mouvements étant quelque peu limités par la géographie des lieux, et le reste de la scénographie classique absent (malgré quelques effets de lumière placés ça-et-là). On est à mi-chemin entre le son entendu sur album et celui capté en live, tout en énergie, avec un rendu finalement très « produit ». La meilleure des alternatives à une simple compilation, car en partie pensée par les adeptes du groupe mais réalisée autrement qu’en collant bout à bout des extraits d’une riche discographie. C’est à la demande de ses fans que Katatonia sort ce concert intime quelques mois plus tard sous la forme d’un album officiel. Un voyage qui vaut autant par son contenu que par la manière dont il est interprété, parfaite porte d’entrée pour découvrir l’univers du groupe et véritable synthèse de ce qu’il incarne aujourd’hui. © Chief Brody/Qobuz

Plus d'informations

Dead Air

Katatonia

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Lethean Dead Air Session
00:06:00

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Per Eriksson, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

2
Teargas Dead Air Session
00:03:17

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

3
Serein Dead Air Session
00:04:47

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

4
Deliberation Dead Air Session
00:03:57

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer - Freddie Normann, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

5
The Winter of Our Passing Dead Air Session
00:03:09

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

6
Ghost of the Sun Dead Air Session
00:04:07

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

7
The Racing Heart Dead Air Session
00:04:26

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

8
Soil's Song Dead Air Session
00:04:07

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

9
Old Heart Falls Dead Air Session
00:04:25

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

10
Forsaker Dead Air Session
00:04:10

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

11
Tonight's Music Dead Air Session
00:04:22

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

12
In the White Dead Air Session
00:04:57

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

13
Leaders Dead Air Session
00:04:17

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

14
Lacquer Dead Air Session
00:04:51

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

15
Omerta Dead Air Session
00:03:09

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

16
My Twin Dead Air Session
00:03:38

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

17
Unfurl Dead Air Session
00:04:52

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

18
July Dead Air Session
00:04:48

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

19
Evidence Dead Air Session
00:05:29

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer - Anders Nyström, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

20
Behind the Blood Dead Air Session
00:05:06

Katatonia, MainArtist - Jonas Renkse, Composer

(C) 2020 Peaceville Records Ltd (P) 2020 Peaceville Records Ltd

Descriptif de l'album

L’année 2020 restera un jalon dans la manière d’aborder la musique live, de la produire et de la défendre. Les artistes s’en sont rendus compte après l’annulation de leurs dates et le confinement de leur public, condamné à les suivre sur le web plus que dans les salles ou les festivals. Au même titre que bon nombre de ses frères d’armes, Katatonia a vu son album City Burials quelque peu sacrifié sur l’autel de la (nécessaire) distanciation sociale et des autres mesures prises pour endiguer une pandémie mondiale qui aura mortellement blessé le monde de la musique, au même titre que le reste de la culture dans son entièreté. Pas de tournée, de rares promos, et à l’arrivée peu d’occasions de défendre le petit nouveau. Reste le virtuel. Le groupe suédois a donc fait le choix, comme beaucoup d’autres artistes, de réaliser une performance visible sur le net.

Enregistré (et filmé) au studio Gröndahl à Stockholm, l’évènement est diffusé en direct le 9 mai 2020. Katatonia n’a pas oublié que c’est avant tout pour son fidèle public qu’a lieu cet évènement. Tant qu’à bien faire les choses, autant l’impliquer. La set list de 20 morceaux a donc été majoritairement influencée par les choix de ce dernier, invité à voter en ligne pour ses chansons préférées. Une set list révélatrice à plus d’un titre. Si le groupe a placé trois morceaux tirés de City Burials, album qu’il fallait défendre un minimum, les fans ont majoritairement plébiscité The Great Cold Distance, dont sept chansons sont interprétées ce soir-là, représentant à elles seules un tiers de la performance. Un album sorti en 2006, et dont les atours plus froids ainsi qu’une certaine clarté dans la manière d’aborder les parties vocales ont rapproché un peu plus Katatonia d’une forme de rock progressif mélancolique, laissant son côté doom plus en retrait. Le choix des fans et du groupe remonte jusqu’à 2001 et Last Fair Deal Gone Down, mettant ainsi entre parenthèse les débuts du combo (ainsi que ses quatre premiers album sortis à partir de 1993). Car Katatonia est depuis longtemps un combo à l’identité forte et au son unique, quelque part entre Paradise Lost, My Dying Bride et Anathema.

Tout en maîtrise et en précision, la prestation livrée, au son parfait (l’avantage du live « en studio ») a surtout un intérêt audio, les mouvements étant quelque peu limités par la géographie des lieux, et le reste de la scénographie classique absent (malgré quelques effets de lumière placés ça-et-là). On est à mi-chemin entre le son entendu sur album et celui capté en live, tout en énergie, avec un rendu finalement très « produit ». La meilleure des alternatives à une simple compilation, car en partie pensée par les adeptes du groupe mais réalisée autrement qu’en collant bout à bout des extraits d’une riche discographie. C’est à la demande de ses fans que Katatonia sort ce concert intime quelques mois plus tard sous la forme d’un album officiel. Un voyage qui vaut autant par son contenu que par la manière dont il est interprété, parfaite porte d’entrée pour découvrir l’univers du groupe et véritable synthèse de ce qu’il incarne aujourd’hui. © Chief Brody/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Katatonia

Playlists

Dans la même thématique...
Long Day Good Night Fates Warning
Metallica Metallica
S&M2 Metallica
Les Grands Angles...
L’âge d’or du death metal américain

Sous-genre sulfureux du metal, souvent rejeté, parodié ou mal interprété, le death metal a néanmoins su conquérir le public au fil des décennies. Apparue dans les années 80, cette musique continue d’évoluer, depuis la recherche de l’ultraviolence des débuts au plus récent métissage avec d’autres genres plus mainstream. Petit retour sur ses origines, avant un second volet qui s’intéressera à la scène suédoise.

Alice Cooper n’évite pas le danger

Le parcours d’Alice Cooper est avant un cas exceptionnel de dédoublement de personnalité. Comme dans “L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de Mister Hyde”, le chanteur Vincent Furnier s’est abandonné à la domination du showman Alice Cooper. Mais de son propre aveu, celui qui parle toujours d’Alice à la troisième personne dans les interviews reste un homme tout à fait simple et normal en privé, loin de cette scène où il a multiplié excès et provocations. Tout au long de ses cinquante-quatre ans de carrière, on pourra en outre déceler une certaine schizophrénie dans ses nombreux changements de style. Si on lui attribue l’invention du shock rock, il a touché à tout, ou presque, avec plus ou moins de réussite, de la pop aux prémices du hard-rock en passant par le heavy metal, la new wave ou l’indus…

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...