Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Leonie Pernet - Crave

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Crave

Leonie Pernet

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

Elle avait laissé le temps filer. Trois ans après un premier maxi prometteur Two of Us, paru sur Kill The DJ, le label sorti de la jambe du Pulp et désormais enterré, Léonie Pernet n'avait toujours rien donné à entendre. Celle qui tenait les baguettes pour Yuksek se rattrape avec ce long format édité chez InFiné, le réputé label de Rone ou Bachar Mar-Khalifé. Onze titres qui naviguent entre rock progressif, synth-pop, electronica et sur lesquels on retrouve des têtes de Kill The DJ, comme Chloé Raunet de C.A.R, au micro sur le premier titre African Melancholia, ou Ivan Smagghe, cofondateur du label avec Chloé Thévenin et Fany Corral, aux arrangements sur le grandiloquent Crave avec ses violons et son orgue.

Leonie Pernet ne se fixe aucune barrière de genre, en alternant des titres légers comme la ballade synth-pop catchy Butterfly, qui a eu le droit à son clip, des ambiances à la Depeche Mode sur Rotten Tree, orientales sur Auaati, en featuring avec la chanteuse marocaine Rikk Hanaa Ouassim, collaboratrice d'Acid Arab, ou plus épiques comme le chœur d'opéra de Nancy. Elle replace aussi le morceau Two of Us de son précédent EP (parce qu'il serait dommage de laisser un aussi bon morceau sur un maxi) et lâche un clin d'oeil à Marguerite Duras, dont le film India Song a inspiré le titre du même nom sur ce premier album bien maîtrisé. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

Crave

Leonie Pernet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
African Melancholia
00:03:28

Chloe Raunet, Lyricist - Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

2
Butterfly
00:02:47

Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

3
Rotten Tree
00:04:14

Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

4
Crave
00:05:51

Alice Lewis, Lyricist - Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

5
Father
00:05:28

Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

6
Auaati
00:03:32

Hanaa Ouassim, FeaturedArtist - Leonie Pernet, Composer, MainArtist - 3ad Elwahad Mohammad, Lyricist - Saiyd Makkawi, Composer

InFiné CryBaby

7
Rose
00:03:50

François De Malherbe, Lyricist - Leonie Pernet, Composer, MainArtist

InFiné CryBaby

8
Story
00:04:22

Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

9
Nancy
00:03:14

Leonie Pernet, Composer, MainArtist

InFiné CryBaby

10
Two of Us
00:04:18

Leonie Pernet, Composer, Lyricist, MainArtist

InFiné CryBaby

11
Last Track
00:04:50

Leonie Pernet, Composer, MainArtist

InFiné CryBaby

12
India Song
00:03:10

Carlos D'Alessio, Composer - Marguerite Duras, Lyricist - Leonie Pernet, MainArtist

InFiné CryBaby

Descriptif de l'album

Elle avait laissé le temps filer. Trois ans après un premier maxi prometteur Two of Us, paru sur Kill The DJ, le label sorti de la jambe du Pulp et désormais enterré, Léonie Pernet n'avait toujours rien donné à entendre. Celle qui tenait les baguettes pour Yuksek se rattrape avec ce long format édité chez InFiné, le réputé label de Rone ou Bachar Mar-Khalifé. Onze titres qui naviguent entre rock progressif, synth-pop, electronica et sur lesquels on retrouve des têtes de Kill The DJ, comme Chloé Raunet de C.A.R, au micro sur le premier titre African Melancholia, ou Ivan Smagghe, cofondateur du label avec Chloé Thévenin et Fany Corral, aux arrangements sur le grandiloquent Crave avec ses violons et son orgue.

Leonie Pernet ne se fixe aucune barrière de genre, en alternant des titres légers comme la ballade synth-pop catchy Butterfly, qui a eu le droit à son clip, des ambiances à la Depeche Mode sur Rotten Tree, orientales sur Auaati, en featuring avec la chanteuse marocaine Rikk Hanaa Ouassim, collaboratrice d'Acid Arab, ou plus épiques comme le chœur d'opéra de Nancy. Elle replace aussi le morceau Two of Us de son précédent EP (parce qu'il serait dommage de laisser un aussi bon morceau sur un maxi) et lâche un clin d'oeil à Marguerite Duras, dont le film India Song a inspiré le titre du même nom sur ce premier album bien maîtrisé. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Leonie Pernet
The Craving Tape Léonie Pernet
Butterfly Léonie Pernet
Two of Us - EP Léonie Pernet
Auaati Léonie Pernet
Auaati Léonie Pernet
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer, les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Dans l'actualité...