Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Thomas Fersen|C'est tout ce qu'il me reste

C'est tout ce qu'il me reste

Thomas Fersen

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Depuis 1993 et son Bal des oiseaux, Thomas Fersen poursuit la même route artistique, sans qu’aucune odeur de naphtaline ne se dégage de ses derniers opus. Bien qu’imperturbable, l’auteur-compositeur-interprète semble toutefois être titillé plus que d’habitude par une certaine nostalgie dans ce onzième album. Une nostalgie qui ne dirait pas son nom car l’homme est bien trop pudique pour s’épancher pleinement. Celui qui fut sacré révélation masculine de l’année aux Victoires de la Musique de 1994 se remémore ainsi ses « années lycée » (réelles ou romancées). Ses tentatives de séduction timides et tendrement perverses sont décrites avec précision et fantaisie dans Mes parents sont pas là (le titre parle de lui-même), tandis que dans Les Vieilles, il évoque son amour pour une jeune fille de trois ans son aînée. Puis il élargit son point de vue, afin de déclarer sa flamme à tout ce qui se bonifie avec le temps, qu’il s’agisse du vin ou du croissant de la veille.

Parfois à la limite de la chanson pour enfants (Mange mes poux), la poésie de Thomas Fersen est indissociable de l’art de raconter des histoires, qu’elles soient de petites vignettes franchement comiques (C’est tout ce qu’il me reste, dans laquelle il décrit son obsession de la pudeur) ou bien de grandes et magnifiques logorrhées oniriques, presque fantastiques (La Mare). Certes, Fersen est un amoureux des mots, mais il n’est pas en reste musicalement parlant. Ses mélodies – aussi entêtantes que des comptines – sont mises en valeur par une formation mélangeant instruments acoustiques (banjo, piano, accordéon, sitar…) et le fameux synthétiseur Moog. C’est probablement dans Les Zombies du cimetière que cette dichotomie musicale est la plus évidente, quelque part entre la synthpop 80's et la ritournelle traditionnelle. Après un hommage à un King Kong revisité par le poète sensible, l’album se termine avec Richelieus, une chanson dans laquelle il décrit sa transformation en chat qui lèche ses propres chaussures et savoure les boudins de sa voisine. Cette conclusion est pour Thomas Fersen une manière plaisante d’assumer son anticonformisme, fait de bonhomie et d’anachronisme, mais aussi d’une certaine étrangeté. © Nicolas Magenham/Qobuz

Plus d'informations

C'est tout ce qu'il me reste

Thomas Fersen

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Les vieilles
00:02:14

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

2
C'est tout ce qu'il me reste
00:03:08

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

3
Les zombies du cimetière
00:03:53

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

4
La mare
00:10:30

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

5
Envie de ne rien faire
00:02:44

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

6
Mange mes poux
00:03:07

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

7
Le vrai problème
00:03:53

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

8
Mes parents sont pas là
00:03:13

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

9
King Kong
00:03:14

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

10
Richelieus
00:02:15

Thomas Fersen, Composer, Author, Artist, MainArtist - Editions Bucéphale, OriginalPublisher

2019 Editions Bucéphale 2019 Editions Bucéphale

Descriptif de l'album

Depuis 1993 et son Bal des oiseaux, Thomas Fersen poursuit la même route artistique, sans qu’aucune odeur de naphtaline ne se dégage de ses derniers opus. Bien qu’imperturbable, l’auteur-compositeur-interprète semble toutefois être titillé plus que d’habitude par une certaine nostalgie dans ce onzième album. Une nostalgie qui ne dirait pas son nom car l’homme est bien trop pudique pour s’épancher pleinement. Celui qui fut sacré révélation masculine de l’année aux Victoires de la Musique de 1994 se remémore ainsi ses « années lycée » (réelles ou romancées). Ses tentatives de séduction timides et tendrement perverses sont décrites avec précision et fantaisie dans Mes parents sont pas là (le titre parle de lui-même), tandis que dans Les Vieilles, il évoque son amour pour une jeune fille de trois ans son aînée. Puis il élargit son point de vue, afin de déclarer sa flamme à tout ce qui se bonifie avec le temps, qu’il s’agisse du vin ou du croissant de la veille.

Parfois à la limite de la chanson pour enfants (Mange mes poux), la poésie de Thomas Fersen est indissociable de l’art de raconter des histoires, qu’elles soient de petites vignettes franchement comiques (C’est tout ce qu’il me reste, dans laquelle il décrit son obsession de la pudeur) ou bien de grandes et magnifiques logorrhées oniriques, presque fantastiques (La Mare). Certes, Fersen est un amoureux des mots, mais il n’est pas en reste musicalement parlant. Ses mélodies – aussi entêtantes que des comptines – sont mises en valeur par une formation mélangeant instruments acoustiques (banjo, piano, accordéon, sitar…) et le fameux synthétiseur Moog. C’est probablement dans Les Zombies du cimetière que cette dichotomie musicale est la plus évidente, quelque part entre la synthpop 80's et la ritournelle traditionnelle. Après un hommage à un King Kong revisité par le poète sensible, l’album se termine avec Richelieus, une chanson dans laquelle il décrit sa transformation en chat qui lèche ses propres chaussures et savoure les boudins de sa voisine. Cette conclusion est pour Thomas Fersen une manière plaisante d’assumer son anticonformisme, fait de bonhomie et d’anachronisme, mais aussi d’une certaine étrangeté. © Nicolas Magenham/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

I Dream Of Christmas

Norah Jones

I Dream Of Christmas Norah Jones

...‘Til We Meet Again - Live

Norah Jones

Ghost Song

Cécile McLorin Salvant

Ghost Song Cécile McLorin Salvant

Beethoven : 9 Symphonies (1963)

Herbert von Karajan

Beethoven : 9 Symphonies (1963) Herbert von Karajan
À découvrir également
Par Thomas Fersen

Pièce Montée Des Grands Jours

Thomas Fersen

Qu4tre

Thomas Fersen

Qu4tre Thomas Fersen

Je suis au paradis

Thomas Fersen

Je suis au paradis Thomas Fersen

Les Ronds De Carotte

Thomas Fersen

Les Ronds De Carotte Thomas Fersen

C'est tout ce qu'il me reste

Thomas Fersen

Playlists

Dans la même thématique...

Tambour Vision

Bertrand Belin

Tambour Vision Bertrand Belin

Multitude

Stromae

Multitude Stromae

Cœur

Clara Luciani

Cœur Clara Luciani

Brûler le feu

Juliette Armanet

Brûler le feu Juliette Armanet

Nonante-Cinq

Angèle

Nonante-Cinq Angèle
Les Grands Angles...
Bossa-nova, la vague éternelle

Depuis sa création à la fin des années 1950, la bossa-nova est devenue un ingrédient indispensable à la riche palette musicale brésilienne. Cette musique au fort pouvoir évocateur a conquis des artistes du monde entier et révélé des musiciens de premier ordre dont les compositions sont devenues des classiques.

Boris Vian, la zizique avant tout

Boris Vian n’a pas seulement donné son nom à des établissements scolaires et des médiathèques. Il fut un artiste et créateur quasi complet, et la musique, qu’il composait, produisait, écrivait et parfois chantait, a rythmé sa vie fulgurante, conclue à l’âge de 39 ans dans une salle de cinéma en 1959. Pour fêter en fanfare les 100 ans de sa naissance, Qobuz vous propose une partition biographique.

Rachid Taha, itinéraire d’un chanteur populaire

“Je suis Africain”, l’album posthume de Rachid Taha, contient tous les éléments qui ont forgé son identité musicale. Chaâbi, raï, rock, électro, chanson franco-arabe, violons égyptiens, rhythm’n’blues, country-rock ou poésie soufie… Un chant du cygne à l’image de la carrière d’un artiste qui marqué l’histoire de la musique populaire.

Dans l'actualité...