Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Nicolas Stavy - Boris Tishchenko : Piano Sonatas Nos. 7 & 8

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Boris Tishchenko : Piano Sonatas Nos. 7 & 8

Nicolas Stavy - Jean-Claude Gengembre

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, subscribe to Sublime+

Boris Tichtchenko (1939-2010), ce nom ne vous dit peut-être pas trop grand-chose, et pourtant, ce compositeur russe – élève de Chostakovitch et de Galina Oustvolskaïa – affiche à son répertoire neuf symphonies, autant de grandes pièces symphoniques inclassables, des concertos pour violon, pour violoncelle, pour piano, six quatuors, deux requiems, beaucoup de musique de chambre, des œuvres vocales, un opéra et une opérette, trois ballets, ou encore de la musique de scène théâtrale et des partitions cinématographiques. Ainsi, ce qui nous intéresse ici, que onze sonates pour piano, écrites tout au long de sa vie, entre 1957 et 2008. L’ample Septième Sonate, de 1982, et la plus longue, est sans nul doute la plus étrange, puisqu’elle fait appel, en plus du piano (ce dont on se serait vaguement douté), à une grande cloche, un jeu de cloches tubulaires et glockenspiel. Les diverses cloches n’interviennent pas tout le temps, cela reste une sonate pour piano avant tout, mais le surcroît de sonorités offre un intrigant éventail de combinaisons dont le compositeur fait pleinement usage. Naturellement, l’influence de ses deux maîtres pointe toujours le bout de son nez, mais on perçoit aussi que Tichtchenko est contemporain de Schnittke, voire de Pärt dans certains éléments de « tintinnabulum » quasi-obsessionnels, avec parfois un retour à la « motorique » de Prokofiev. Plus classique de forme, la Huitième Sonate de 1986 est aussi moins violente, plus tonale aussi, quasiment lyrique – voire schubertienne ! – par moments. Le pianiste Nicolas Stavy défend ce répertoire avec ardeur et une conviction tout à fait communicative. © SM/Qobuz


« [...] Un disque exemplaire à posséder dans sa discothèque. » (Pianiste, novembre/décembre 2015 / Bertrand Dermoncourt)

Plus d'informations

Boris Tishchenko : Piano Sonatas Nos. 7 & 8

Nicolas Stavy

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Piano Sonata No. 7, Op. 85 (Boris Ivanovich Tishchenko)

1
I. Andante - Allegro - Andante - Allegro - Andante
00:12:11

Nicolas Stavy, Piano - Jean-Claude Gengembre, Bells - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

2
II. Lento -
00:16:49

Nicolas Stavy, Piano - Jean-Claude Gengembre, Bells - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

3
III. Allegro
00:11:36

Nicolas Stavy, Piano - Jean-Claude Gengembre, Bells - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

Piano Sonata No. 8, Op. 99 (Boris Ivanovich Tishchenko)

4
I. Allegro energico
00:06:08

Nicolas Stavy, Piano - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

5
II. Andantino
00:12:20

Nicolas Stavy, Piano - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

6
III. Allegro molto
00:11:44

Nicolas Stavy, Piano - Boris Ivanovich Tishchenko, Composer

(C) 2015 BIS (P) 2015 BIS

Descriptif de l'album

Boris Tichtchenko (1939-2010), ce nom ne vous dit peut-être pas trop grand-chose, et pourtant, ce compositeur russe – élève de Chostakovitch et de Galina Oustvolskaïa – affiche à son répertoire neuf symphonies, autant de grandes pièces symphoniques inclassables, des concertos pour violon, pour violoncelle, pour piano, six quatuors, deux requiems, beaucoup de musique de chambre, des œuvres vocales, un opéra et une opérette, trois ballets, ou encore de la musique de scène théâtrale et des partitions cinématographiques. Ainsi, ce qui nous intéresse ici, que onze sonates pour piano, écrites tout au long de sa vie, entre 1957 et 2008. L’ample Septième Sonate, de 1982, et la plus longue, est sans nul doute la plus étrange, puisqu’elle fait appel, en plus du piano (ce dont on se serait vaguement douté), à une grande cloche, un jeu de cloches tubulaires et glockenspiel. Les diverses cloches n’interviennent pas tout le temps, cela reste une sonate pour piano avant tout, mais le surcroît de sonorités offre un intrigant éventail de combinaisons dont le compositeur fait pleinement usage. Naturellement, l’influence de ses deux maîtres pointe toujours le bout de son nez, mais on perçoit aussi que Tichtchenko est contemporain de Schnittke, voire de Pärt dans certains éléments de « tintinnabulum » quasi-obsessionnels, avec parfois un retour à la « motorique » de Prokofiev. Plus classique de forme, la Huitième Sonate de 1986 est aussi moins violente, plus tonale aussi, quasiment lyrique – voire schubertienne ! – par moments. Le pianiste Nicolas Stavy défend ce répertoire avec ardeur et une conviction tout à fait communicative. © SM/Qobuz


« [...] Un disque exemplaire à posséder dans sa discothèque. » (Pianiste, novembre/décembre 2015 / Bertrand Dermoncourt)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Nicolas Stavy
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Jorge Bolet, la quintessence de Franz Liszt

Sous ses doigts, la musique de Franz Liszt est apparue sous un jour nouveau, grâce à une vision à la fois poétique et lyrique, bien loin de la virtuosité gratuite et tapageuse trop souvent entendue. Avec le recul, son art élégant, noble et racé force l’admiration, car il représente le raffinement et la culture d’un monde à jamais perdu. C’est à l’automne de sa vie, au début des années 1980, qu’il enregistre pour Decca une anthologie en neuf volumes du compositeur hongrois qui fera date, à laquelle il convient d’ajouter d’autres gravures réalisées pour le label espagnol Ensayo, pour RCA dans les années 1970, pour Everest en 1960, ainsi que des enregistrements de studio et de radio dans les années 50, alors qu’il possédait encore tous ses extraordinaires moyens techniques.

Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Dans l'actualité...