Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

John Coltrane - Blue World

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Blue World

John Coltrane

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Studio Sublime

Un peu plus d’un an après la sortie de Both Directions at Once: The Lost Album, session de mars 1963, le label Impulse! exhume un nouvel enregistrement inédit de John Coltrane. Enregistré le 24 juin 1964 entre les sessions de Crescent et d’A Love Supreme, avec ses fidèles Jimmy Garrison (contrebasse), Elvin Jones (batterie) et McCoy Tyner (piano), Blue World n’est pas un album comme les autres mais la musique d’un film. Ami de Garrison, le cinéaste québécois Gilles Groulx passe commande au quartet de Trane pour illustrer son prochain long-métrage, Le Chat dans le sac. Le saxophoniste s’exécute sans prévenir son label. A la fin de la courte séance, Groulx repart au Canada avec la bande sous le bras mais n’en utilisera que quelques minutes dans le montage final.


Cinquante-cinq ans plus tard, toute la séance refait surface et l’on découvre un Coltrane toujours aussi inspiré, entre séquences hautement spirituelles et ponctuations plus fulgurantes. Le saxophoniste est dans une période de lâcher-prise avec les harmonies complexes et superposées. La suite le mènera même vers un abandon de l'harmonie occidentale. Ici, Coltrane est en pleine transition et la cohésion entre les quatre musiciens est invariablement renversante. Blue World propose notamment de nouvelles prises de titres gravés pour ses albums de 1960 : son tubesque Naima, qui illuminait l’album Giant Steps, mais aussi Village Blues et Like Sonny, deux pièces figurant sur son Coltrane Jazz. Sans être aussi essentiel que Crescent et A Love Supreme, Blue World reste un superbe document concocté par un quartet incapable de produire de l’anecdotique. © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Blue World

John Coltrane

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Naima Take 1
00:04:36

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

2
Village Blues Take 2
00:03:46

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

3
Blue World
00:06:08

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

4
Village Blues Take 1
00:03:48

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

5
Village Blues Take 3
00:03:46

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

6
Like Sonny
00:02:43

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

7
Traneing In
00:07:38

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

8
Naima Take 2
00:04:08

John Coltrane, Composer, Producer, Tenor Saxophone, MainArtist, AssociatedPerformer - Rudy Van Gelder, Recording Engineer, Mix Engineer, StudioPersonnel - Jimmy Garrison, Upright Bass, AssociatedPerformer - McCoy Tyner, Piano, AssociatedPerformer - Elvin Jones, Drums, AssociatedPerformer

℗ 2019 National Film Board Of Canada

Descriptif de l'album

Un peu plus d’un an après la sortie de Both Directions at Once: The Lost Album, session de mars 1963, le label Impulse! exhume un nouvel enregistrement inédit de John Coltrane. Enregistré le 24 juin 1964 entre les sessions de Crescent et d’A Love Supreme, avec ses fidèles Jimmy Garrison (contrebasse), Elvin Jones (batterie) et McCoy Tyner (piano), Blue World n’est pas un album comme les autres mais la musique d’un film. Ami de Garrison, le cinéaste québécois Gilles Groulx passe commande au quartet de Trane pour illustrer son prochain long-métrage, Le Chat dans le sac. Le saxophoniste s’exécute sans prévenir son label. A la fin de la courte séance, Groulx repart au Canada avec la bande sous le bras mais n’en utilisera que quelques minutes dans le montage final.


Cinquante-cinq ans plus tard, toute la séance refait surface et l’on découvre un Coltrane toujours aussi inspiré, entre séquences hautement spirituelles et ponctuations plus fulgurantes. Le saxophoniste est dans une période de lâcher-prise avec les harmonies complexes et superposées. La suite le mènera même vers un abandon de l'harmonie occidentale. Ici, Coltrane est en pleine transition et la cohésion entre les quatre musiciens est invariablement renversante. Blue World propose notamment de nouvelles prises de titres gravés pour ses albums de 1960 : son tubesque Naima, qui illuminait l’album Giant Steps, mais aussi Village Blues et Like Sonny, deux pièces figurant sur son Coltrane Jazz. Sans être aussi essentiel que Crescent et A Love Supreme, Blue World reste un superbe document concocté par un quartet incapable de produire de l’anecdotique. © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
A Love Supreme John Coltrane
Moanin' Art Blakey & The Jazz Messengers
À découvrir également
Par John Coltrane

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Santana, le lézard de Tijuana

Une place au panthéon du rock assurée dès ses débuts avec sa performance ensorcelante à Woodstock, une dizaine de Grammy Awards sous le bras et des millions de disques écoulés grâce à sa renaissance en star de la latin pop, des featurings plus prestigieux les uns que les autres… Santana fait partie de ces artistes qui ont tout raflé : la reconnaissance du public, de la critique et de ses pairs. Portrait d’un artiste comblé qui enchaîne les mues comme un lézard.

Peter Thomas en orbite

En Allemagne aussi, ils ont leur Michel Legrand : Peter Thomas ! Ses musiques de film souvent déjantées ont fortement marqué toute une génération de spectateurs, dans les années 1960 et 1970. A tel point qu’il est souvent cité et samplé par de nombreux jeunes groupes pop, depuis les années 1990. Le compositeur culte s'en est allé le 17 mai 2020. Nous l'avions rencontré trois ans plus tôt, à l'aube de ses 92 ans.

ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Dans l'actualité...