Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Ricercar Consort - Biber : Imitatio

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Biber : Imitatio

Ricercar Consort (Ph. Pierlot, S. Gent, M. Gratton)

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Heinrich Biber est sans conteste l’un des compositeurs les plus originaux et aventureux de son temps ; les techniques qu’il a développées pour le jeu des instruments à cordes feraient les délices du compositeur le plus avant-gardiste, avec la « scordatura » (l’accord des cordes selon un autre principe que l’accord habituel, de manière à obtenir des sonorités très différentes, et aussi à permettre d’autres harmonies dans le jeu à double ou triple cordes), les « pizzicato-Bartók » (un pizzicato dur qui fait frapper la corde contre l’instrument), les positions les plus aiguës alors inusitées, les double ou triple cordes tout aussi inusitées en son temps, etc. On lui doit en particulier les très singulières Sonates du Rosaire (qui ne font pas partie de cet album) dans lesquelles chaque mouvement fait appel à un accord différent des cordes, selon un principe numérologique invisible mais d’une complexité qu’aurait adoré Georges Perec ; on lui doit aussi l’extraordinaire Battalia ici offerte à nos oreilles, un des plus phénoménaux exemples de description en musique. Ladite bataille évoque les tambours – les musiciens frappent sur leurs violons, comme un guitariste folk, et Biber demande qu’ils insèrent une feuille de papier dans les cordes afin de provoquer une sorte de raclement ! –, ils jouent affreusement faux et dans n’importe quelle tonalité pour figurer les soldats ivres, ils reprennent des chants guerriers … bref, une véritable musique de film décrivant la guerre contre les Turcs au XVIIe siècle. Non moins originale est la Sérénade à cinq qui fait appel, pour le dernier mouvement, à la voix du veilleur de nuit ; tout aussi inhabituel sont les Ballets lamentables qui lamentent la fin du Carnaval. Et dans la lignée des musiques descriptives, le présent album offre également une pièce d’un véritable prédécesseur de Messiaen : la Sonate représentative de Schmelzer dans laquelle on pourra entendre tout une volière de petits zoziaux – ainsi que le chat qui vient se régaler ! L’auditeur l’aura compris, voici un programme d’une originalité folle qui offre une vision de ce XVIIe siècle férocement ludique. Les musiciens du superbe Ricercar Consort s’en donnent à cordes joie. Enregistré en décembre 2014 en l’église de Beaufays (Belgique). © SM/Qobuz


« [...] Il y a longtemps qu’un disque n’avait traduit avec tant de verdeur et de raffinements les sortilèges d’un art qu’on ne saurait qualifier autrement que de baroque, au plein sens esthétique du mot.» (Diapason, septembre 2016 / Jean-Luc Macia)

Plus d'informations

Biber : Imitatio

Ricercar Consort

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Serenada à cinque, A 877a (Heinrich Ignaz Franz von Biber)

1
Serenada - Adagio - Allamanda - Aria - Ciacona - Gavotte - Retirada
Ricercar Consort
00:09:36

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Heinrich Ignaz Franz Biber, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Balletti Lamentabili à 4, C. 59 (Heinrich Ignaz Franz von Biber)

2
Balletti Lamentabili à 4, C. 59
Ricercar Consort
00:09:45

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Heinrich Ignaz Franz Biber, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Sonata Representativa (Johann Heinrich Schmelzer)

3
Sonata Representativa
Ricercar Consort
00:11:33

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Johann Heinrich Schmelzer, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Sonata à viol. è viola (Johann Heinrich Schmelzer)

4
Sonata à viol. è viola
Ricercar Consort
00:06:36

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Johann Heinrich Schmelzer, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Serenata con altre arie à 5 (Johann Heinrich Schmelzer)

5
Serenata con altre arie à 5
Ricercar Consort
00:07:07

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Johann Heinrich Schmelzer, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Toccatina sopra la Ribellione di Hungheria (Alessandro Poglietti)

6
Toccatina sopra la Ribellione di Hungheria
Maude Gratton
00:03:42

Maude Gratton (Ricercar Consort), Harpsichord - Alessandro Poglietti, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Violin Sonatas, C. 141 (Heinrich Ignaz Franz von Biber)

7
IV. Sonata VI
Ricercar Consort
00:13:01

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Heinrich Ignaz Franz Biber, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Sonata A. 3. ex G. B Mol (Johann Kaspar Kerll)

8
Sonata A. 3. ex G. B Mol
Ricercar Consort
00:07:15

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Johann Kaspar Kerll, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Battalia, C. 61 (Heinrich Ignaz Franz von Biber)

9
Battalia, C. 61
Ricercar Consort
00:10:47

Ricercar Consort - Philippe Pierlot, Conductor - Heinrich Ignaz Franz Biber, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Descriptif de l'album

Heinrich Biber est sans conteste l’un des compositeurs les plus originaux et aventureux de son temps ; les techniques qu’il a développées pour le jeu des instruments à cordes feraient les délices du compositeur le plus avant-gardiste, avec la « scordatura » (l’accord des cordes selon un autre principe que l’accord habituel, de manière à obtenir des sonorités très différentes, et aussi à permettre d’autres harmonies dans le jeu à double ou triple cordes), les « pizzicato-Bartók » (un pizzicato dur qui fait frapper la corde contre l’instrument), les positions les plus aiguës alors inusitées, les double ou triple cordes tout aussi inusitées en son temps, etc. On lui doit en particulier les très singulières Sonates du Rosaire (qui ne font pas partie de cet album) dans lesquelles chaque mouvement fait appel à un accord différent des cordes, selon un principe numérologique invisible mais d’une complexité qu’aurait adoré Georges Perec ; on lui doit aussi l’extraordinaire Battalia ici offerte à nos oreilles, un des plus phénoménaux exemples de description en musique. Ladite bataille évoque les tambours – les musiciens frappent sur leurs violons, comme un guitariste folk, et Biber demande qu’ils insèrent une feuille de papier dans les cordes afin de provoquer une sorte de raclement ! –, ils jouent affreusement faux et dans n’importe quelle tonalité pour figurer les soldats ivres, ils reprennent des chants guerriers … bref, une véritable musique de film décrivant la guerre contre les Turcs au XVIIe siècle. Non moins originale est la Sérénade à cinq qui fait appel, pour le dernier mouvement, à la voix du veilleur de nuit ; tout aussi inhabituel sont les Ballets lamentables qui lamentent la fin du Carnaval. Et dans la lignée des musiques descriptives, le présent album offre également une pièce d’un véritable prédécesseur de Messiaen : la Sonate représentative de Schmelzer dans laquelle on pourra entendre tout une volière de petits zoziaux – ainsi que le chat qui vient se régaler ! L’auditeur l’aura compris, voici un programme d’une originalité folle qui offre une vision de ce XVIIe siècle férocement ludique. Les musiciens du superbe Ricercar Consort s’en donnent à cordes joie. Enregistré en décembre 2014 en l’église de Beaufays (Belgique). © SM/Qobuz


« [...] Il y a longtemps qu’un disque n’avait traduit avec tant de verdeur et de raffinements les sortilèges d’un art qu’on ne saurait qualifier autrement que de baroque, au plein sens esthétique du mot.» (Diapason, septembre 2016 / Jean-Luc Macia)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Fragile

Yes

Fragile Yes

Greatest Hits

Tracy Chapman

Greatest Hits Tracy Chapman

Dreamland

Glass Animals

Dreamland Glass Animals

The Cars (2016 Remaster)

The Cars

À découvrir également
Par Ricercar Consort

Matthias Weckmann : Complete Works

Ricercar Consort

Praetorius: Terpsichore Musarum (Ricercar in Eco)

Ricercar Consort

Défense de la basse de viole contre les entreprises du violon et les prétentions du violoncelle

Ricercar Consort

Bach: The Musical Offering, BWV 1079

Ricercar Consort

Passions de l'âme et du cœur

Ricercar Consort

Playlists

Dans la même thématique...

Händel: Suites pour clavecin

Pierre Hantaï

Debussy, Szymanowski, Hahn, Ravel

Fanny Robilliard

Seasons: Orchestral Music of Michael Fine

The Royal Scottish National Orchestra

Seasons: Orchestral Music of Michael Fine The Royal Scottish National Orchestra

Debussy – Rameau

Víkingur Ólafsson

Debussy – Rameau Víkingur Ólafsson

Chopin - Brahms - Schumann

Eric Lu

Les Grands Angles...
Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Dans l'actualité...