Andrei Korobeinikov, piano Beethoven : Sonates n° 17, 24, 30 - Bagatelles op. 126

Beethoven : Sonates n° 17, 24, 30 - Bagatelles op. 126

Andrei Korobeinikov, piano

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Inclus : 2 Livrets numériques

Paru le 5 novembre 2009 chez Mirare

Artiste principal : Andrei Korobeinikov

Genre : Classique > Musique de chambre

Distinctions : Hi-Res Audio (mars 2012)

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

1.45

Web Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 14 pistes Durée totale : 01:13:25

    Sonate n° 30 en mi majeur op. 110 (Ludwig van Beethoven)
  1. 1 Vivace ma non troppo

    Andrei Korobeinikov, piano

  2. 2 Prestissimo

    Andrei Korobeinikov, piano

  3. 3 Andante

    Andrei Korobeinikov, piano

  4. Six Bagatelles op. 126
  5. 4 Andante con moto

    Andrei Korobeinikov, piano

  6. 5 Allegro

    Andrei Korobeinikov, piano

  7. 6 Andante, cantabile e grazioso

    Andrei Korobeinikov, piano

  8. 7 Presto

    Andrei Korobeinikov, piano

  9. 8 Quasi allegretto

    Andrei Korobeinikov, piano

  10. 9 Presto, andante amabile e con moto

    Andrei Korobeinikov, piano

  11. Sonate n°24 en fa dièse majeur op. 78
  12. 10 Allegro ma non troppo

    Andrei Korobeinikov, piano

  13. 11 Allegro Vivace

    Andrei Korobeinikov, piano

  14. Sonate n°17 en ré mineur op. 31 n°2 'La Tempête'
  15. 12 Largo, Allegro

    Andrei Korobeinikov, piano

  16. 13 Adagio

    Andrei Korobeinikov, piano

  17. 14 Allegretto

    Andrei Korobeinikov, piano

À propos

Sonate n°30 en mi majeur op.109 - Six Bagatelles op. 126 - Sonate n°24 en fa dièse majeur op.78 - Sonate n°17 en ré mineur op.31 n°2 / Andrei Korobeinikov, piano

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Ludwig van Beethoven
Sonate n° 30 en mi majeur op. 110
Six Bagatelles op. 126
Sonate n°24 en fa dièse majeur op. 78
Sonate n°17 en ré mineur op. 31 n°2 "La Tempête" Andrei Korobeinikov, piano
    L’implacable rouleau-compresseur russe à fabriquer des pianistes, le Conservatoire de Moscou, nous a livré voici quelques années Andrei Korobeinikov – naturellement, en ce même temps, il a également livré des dizaines d’autres pianistes qui n’ont pas « réussi », c’est la loi de la jungle musicale. En une poignée de saisons, Korobeinikov a réussi à décrocher une vingtaine de prix auprès de concours tels que le Scriabine de Moscou, le Rachmaninov de Los Angeles, avant de se lancer dans le tourbillon de la carrière, une carrière qui l’a mené dans toutes les grandes salles mondiales, avec les orchestres de luxe planétaire, la routine du génie…    Ce qui ne l’empêche pas de se produire très souvent dans le répertoire de musique de chambre, et d’avoir aussi décroché un diplôme d’avocat de l’Université européenne de droit de Moscou, spécialisé dans le domaine de la propriété intellectuelle ; par ailleurs, il est dévoré par la passion de la composition, jouant souvent ses propres œuvres en récital, dans la lignée d’une grande génération de pianistes-compositeurs russes, de Scriabine à Rachmaninov en passant par Medtner, Prokofiev et tant d’autres.

    Le voici dans Beethoven, point de passage obligé non seulement de tout pianiste, mais surtout de tout pianiste russe ; il évite quand même les trop grands standards, en particulier les sonates « avec un nom », hormis La Tempête dont le titre n’a pas été donné par Beethoven, ni même évoqué de son vivant : c’est son biographe Schindler, dont les déclarations sont souvent sujettes à caution, qui affirma que le compositeur avait à l’esprit La Tempête de William Shakespeare en écrivant l’ouvrage, ce dont la recherche moderne doute sérieusement. Bref. Korobeinikov préfère choisir des œuvres de douceur, comportant d’amples mouvements lents dans lesquels il peut faire montre non de sa virtuosité (dont personne ne doute), mais de sa recherche sonore et son sens de l’émotion dans le phrasé. En guise de preuve définitive, il a également choisi les Bagatelles Op. 126, les plus extraordinaires miniatures pianistiques qui soient. Les Parisiens parmi nos aimables lecteurs pourront le découvrir pour de vrai au cours des saisons à venir, à l’Auditorium du Louvre et en soliste avec le National.

À découvrir

Dans la même thématique

À lire autour de l'album

Plus d'articles

L'artiste principal

Andrei Korobeinikov dans le magazine

  • 5 questions à… Jean-christophe de Vries 5 questions à… Jean-christophe de Vries

    Grand rendez-vous des amateurs de musique classique, le festival Lavaux Classic prendra place cette année du 14 au 24 Juin à Cully. Jean Christophe de Vries, fondateur et directeur artistique de ce...

    Lire l'article
  • Les Piano Folies du Touquet

    Le festival Piano Folies joue dans la cour des grands lorsqu'il s'agit d'organiser un événement musical de grande qualité. Rendez-vous du 13 au 21 août avec un alléchant casting.

    Lire l'article
Plus d'articles

Le compositeur principal

Ludwig van Beethoven dans le magazine

Plus d'articles

Le label

Mirare

Créé en 2001 par René Martin, le label Mirare tire un trait d’union entre la scène classique et l’industrie du disque. Initiateur de festivals renommés (La Folle Journée de Nantes, La Roque d’Anthéron…), René Martin souhaitait conserver une trace phonographique des manifestations musicales qu’il organisait : « Avoir fondé Mirare n’est que la suite et le complément logique de toutes ces activités. Entre les artistes que nous nous efforçons de faire découvrir, ceux qui n’ont pas encore ou plus de maison de disques, ceux avec lesquels nous avons depuis longtemps établi une complicité, le vivier était tout trouvé. » Cette intuition s’est avérée juste. En dépit de la crise...

Voir la page Mirare Lire l'article

L'instrument

Piano dans le magazine

Plus d'articles

L'époque

Musique Classique dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Musique de chambre dans le magazine

Plus d'articles

Le genre

Classique dans le magazine

  • John Williams par Dudamel John Williams par Dudamel

    A la tête du Los Angeles Philharmonic, le jeune chef d'orchestre Gustavo Dudamel revisite les plus grandes partitions du compositeur fétiche de Steven Spielberg et George Lucas...

    Lire l'article
  • Faust à Londres

    Le London Symphony Orchestra (LSO) offre une superbe version de "La Damnation de Faust" d'Hector Berlioz dont on célèbre les 150 ans de la disparition...

    Lire l'article
Plus d'articles