Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Ivo Pogorelich|Beethoven : Piano Sonatas Opp. 54 & 78 - Rachmaninoff : Piano Sonata No. 2 Op. 36

Beethoven : Piano Sonatas Opp. 54 & 78 - Rachmaninoff : Piano Sonata No. 2 Op. 36

Ivo Pogorelich

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Promo - 25%

On l’attendait autant qu’on le redoutait !
Soucieux de soigner le retour du pianiste, Sony Classical – adieu Deutsche Grammophon – a déroulé le tapis rouge. Enregistré au Schloss Elmau et au Concert Hall de Raiding – Beethoven dans la première salle, Rachmaninoff dans la deuxième – ce nouvel album offre un son ample à la réverbération dosée. De quoi accueillir la rugosité du jeu de Pogorelich ainsi que ses nuances plus tendres. Une main de fer gantée de velours.
Ivo Pogorelich ne cherche pas à séduire. De Rachmaninoff, il choisit la deuxième Sonate en si bémol mineur, op. 36 dans sa version originelle non raccourcie et dont les nombreuses sections dépaysent l’auditeur qui se perd avec le musicien dans une errance hallucinée. Pogorelich nous y conduit progressivement et nous apprivoise d’abord avec deux œuvres, certes, de Beethoven mais rares au disque : ses sonates n° 22 en fa majeur, op. 54 et n° 24 en fa dièse majeur, op. 78. Le répertoire choisi est donc à la fois sage (deux figures majeures du répertoire), ambitieux (des partitions exigeantes) et généreux (justement pour les raisons qu’on vient d’évoquer).
Ouf, nous voilà donc en continent bien connu. En réalité, rien n’est moins sûr car l’interprète empoigne littéralement les partitions, déployant un discours héroïque dans un souffle puissant. Mais Pogorelich reste ce musicien expressif scrutant les textes avec autant de malice que d’âpreté, en dépit de tempos souvent plus lents. Le programme en est comme rétro-éclairé par une vision personnelle des œuvres. © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Beethoven : Piano Sonatas Opp. 54 & 78 - Rachmaninoff : Piano Sonata No. 2 Op. 36

Ivo Pogorelich

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

Piano Sonata No. 22 in F major, Op. 54 (Ludwig van Beethoven)

1
I. In Tempo d'un Menuetto
00:05:53

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

2
II. Allegretto
00:05:45

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

Piano Sonata No. 24 in F-Sharp Major, Op. 78, "A Thérèse" (Ludwig van Beethoven)

3
I. Adagio cantabile - Allegro ma non troppo
00:09:15

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

4
II. Allegro vivace
00:03:33

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

Piano Sonata No. 2 in B-Flat Minor, Op. 36 (Serge Rachmaninoff)

5
I. Allegro agitato
00:11:42

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

6
II. Non allegro - Lento
00:10:04

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

7
III. Allegro molto
00:07:50

Ivo Pogorelich, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer - George Tesla, Misc. Prod. - Rudolf Moser, Misc. Prod. - Thomas Lang, Recording Engineer, Misc. Prod.

(P) 2019 Ivo Pogorelich, under exclusive license to Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

On l’attendait autant qu’on le redoutait !
Soucieux de soigner le retour du pianiste, Sony Classical – adieu Deutsche Grammophon – a déroulé le tapis rouge. Enregistré au Schloss Elmau et au Concert Hall de Raiding – Beethoven dans la première salle, Rachmaninoff dans la deuxième – ce nouvel album offre un son ample à la réverbération dosée. De quoi accueillir la rugosité du jeu de Pogorelich ainsi que ses nuances plus tendres. Une main de fer gantée de velours.
Ivo Pogorelich ne cherche pas à séduire. De Rachmaninoff, il choisit la deuxième Sonate en si bémol mineur, op. 36 dans sa version originelle non raccourcie et dont les nombreuses sections dépaysent l’auditeur qui se perd avec le musicien dans une errance hallucinée. Pogorelich nous y conduit progressivement et nous apprivoise d’abord avec deux œuvres, certes, de Beethoven mais rares au disque : ses sonates n° 22 en fa majeur, op. 54 et n° 24 en fa dièse majeur, op. 78. Le répertoire choisi est donc à la fois sage (deux figures majeures du répertoire), ambitieux (des partitions exigeantes) et généreux (justement pour les raisons qu’on vient d’évoquer).
Ouf, nous voilà donc en continent bien connu. En réalité, rien n’est moins sûr car l’interprète empoigne littéralement les partitions, déployant un discours héroïque dans un souffle puissant. Mais Pogorelich reste ce musicien expressif scrutant les textes avec autant de malice que d’âpreté, en dépit de tempos souvent plus lents. Le programme en est comme rétro-éclairé par une vision personnelle des œuvres. © Elsa Siffert/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Ivo Pogorelich

Chopin

Ivo Pogorelich

Chopin Ivo Pogorelich

Mussorgsky : Pictures at an Exhibition - Ravel : Valses

Ivo Pogorelich

Tchaikovsky: Piano Concerto No.1

Ivo Pogorelich

Scarlatti, D.: Sonatas

Ivo Pogorelich

Scarlatti, D.: Sonatas Ivo Pogorelich

Bach, J.S.: English Suites No. 2 & 3 / Scarlatti: 4 Sonatas

Ivo Pogorelich

Playlists

Dans la même thématique...

Vivaldi: Concerti per violino X 'Intorno a Pisendel'

Julien Chauvin

Sibelius: Complete Symphonies

Klaus Mäkelä

The New Four Seasons - Vivaldi Recomposed

Max Richter

Old Friends New Friends

Nils Frahm

Nightscapes

Magdalena Hoffmann

Nightscapes Magdalena Hoffmann
Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cette artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Radu Lupu, un génie très discret

Décrit comme un poète, géant, magicien ou pianiste de l'indicible, l’artiste roumain entretenait un certain mystère autour de sa personnalité tourmentée et puissamment introvertie qui illuminait son approche musicale. Au piano, il recherchait un son puissant et consistant, pétrissant son clavier comme un boulanger sa pâte. Radu Lupu nous a quittés le 17 avril 2022, laissant un legs discographique relativement restreint et d'autant plus précieux.

Le Chant de la Terre : Gustav Mahler et l’Ailleurs

Qu’est-ce qui a pu pousser Gustav Mahler, en 1907-1908, à composer une œuvre aussi inclassable que celle-ci ? Écrit à un moment charnière dans la vie de Mahler, Le Chant de la Terre occupe une place à part dans son œuvre et marie l’esprit « fin de siècle » à la fascination pour l’exotisme qui grandissait à l’époque chez ses contemporains. À Vienne, l’heure était alors aux turbulences, et cette pièce qui oscille entre adieu et nouveau départ mérite un examen plus attentif.

Dans l'actualité...