Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Michel Dalberto - Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Michel Dalberto

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Michel Dalberto a suivi un chemin singulier. Spécialiste du répertoire français, dont la tétralogie parue chez Aparté rend compte (Debussy, Fauré, Franck et enfin Ravel), il n’en a pas moins enregistré les délaissées premières sonates de Beethoven dans une somme parue chez Erato dans les années 80. Mais c’est à Schubert qu’il s’est davantage consacré par la suite, réservant pour plus tard les Appassionata, Clair de lune et autre Opus 111. Ce disque, dépositaire de ce temps enfin venu, anniversaire oblige, témoigne de cette démarche originale, à rebours, et présente ses grandes sonates dans l’ordre chronologique. De la Pathétique à la Sonate no 32, op. 111, Michel Dalberto s’attache à faire sonner Beethoven comme un classique et non un préromantique (comme le veut une compréhension téléologique de l’histoire de la musique). La logique thématique, motivique même, de cette musique est mise en lumière. Ainsi, le tempo délibérément lent de l’Allegretto de la Sonate no 14, op. 27 semble décortiquer la partition sans toutefois la vider de sa substance. Le Presto Agitato qui lui succède n’en semble que plus habité, course folle diablement articulée et divinement limpide malgré l’inquiétude, tant dans le grave que dans l’aigu. Les redoutables changements de registre beethovéniens s’imbriquent grâce au génie narrateur de l’interprète (Schubert n’est pas loin). À cet égard, le premier mouvement de l’Opus 111 est remarquable. Le Steinway est robuste – on s’y attendait – voire tranchant. Le pianiste en tire aussi bien du perlé translucide, comme d’un piano en apesanteur, que des sonorités d’orchestre, piochant dans cette gamme sonore comme on tire des jeux d’orgue. Une réussite aussi terrifiante que sensible. © Elsa Siffert/Qobuz

Plus d'informations

Beethoven : Pathétique, Clair de Lune, Appassionata, Op.111

Michel Dalberto

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Piano Sonata No. 8 in C minor, Op. 13 "Pathétique" (Ludwig van Beethoven)

1
I. Grave. Allegro di molto e con brio
00:09:19

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

2
II. Adagio cantabile
00:04:37

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

3
III. Rondo. Allegro
00:05:12

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 12 in A-Flat Major, Op. 26 "Funeral March" (Ludwig van Beethoven)

4
I. Andante con variazioni
00:07:25

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

5
II. Scherzo, allegro molto
00:03:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

6
III. Maestoso andante
00:05:40

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

7
IV. Allegro
00:03:05

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 14 in C-sharp Minor, Op. 27 No. 2 "Moonlight" (Ludwig van Beethoven)

8
I. Adagio sostenuto
00:04:58

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

9
II. Allegretto
00:02:48

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

10
III. Presto agitato
00:08:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

DISQUE 2

Piano Sonata No. 23 In F Minor, Op. 57 "Appassionata" (Ludwig van Beethoven)

1
I. Allegro assai
00:10:21

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

2
II. Andante con moto
00:06:20

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

3
III. Allegro ma non troppo - Presto
00:09:01

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

Piano Sonata No. 32 in C minor, Op. 111 (Ludwig van Beethoven)

4
I. Maestoso - Allegro con brio ed appassionato
00:09:11

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

5
II. Arietta - Adagio molto semplice e cantabile
00:16:36

Michel Dalberto, Piano - Ludwig van Beethoven, Composer

2019 LA DOLCE VOLTA 2019 La Prima Volta

Descriptif de l'album

Michel Dalberto a suivi un chemin singulier. Spécialiste du répertoire français, dont la tétralogie parue chez Aparté rend compte (Debussy, Fauré, Franck et enfin Ravel), il n’en a pas moins enregistré les délaissées premières sonates de Beethoven dans une somme parue chez Erato dans les années 80. Mais c’est à Schubert qu’il s’est davantage consacré par la suite, réservant pour plus tard les Appassionata, Clair de lune et autre Opus 111. Ce disque, dépositaire de ce temps enfin venu, anniversaire oblige, témoigne de cette démarche originale, à rebours, et présente ses grandes sonates dans l’ordre chronologique. De la Pathétique à la Sonate no 32, op. 111, Michel Dalberto s’attache à faire sonner Beethoven comme un classique et non un préromantique (comme le veut une compréhension téléologique de l’histoire de la musique). La logique thématique, motivique même, de cette musique est mise en lumière. Ainsi, le tempo délibérément lent de l’Allegretto de la Sonate no 14, op. 27 semble décortiquer la partition sans toutefois la vider de sa substance. Le Presto Agitato qui lui succède n’en semble que plus habité, course folle diablement articulée et divinement limpide malgré l’inquiétude, tant dans le grave que dans l’aigu. Les redoutables changements de registre beethovéniens s’imbriquent grâce au génie narrateur de l’interprète (Schubert n’est pas loin). À cet égard, le premier mouvement de l’Opus 111 est remarquable. Le Steinway est robuste – on s’y attendait – voire tranchant. Le pianiste en tire aussi bien du perlé translucide, comme d’un piano en apesanteur, que des sonorités d’orchestre, piochant dans cette gamme sonore comme on tire des jeux d’orgue. Une réussite aussi terrifiante que sensible. © Elsa Siffert/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded 2019, Salle Molière, Lyon (France) : February 6 (Opus 26, 111) & June 5 (Opis 13, 27, 57)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Michel Dalberto

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Picasso & la Musique

Le génie moderniste de Picasso a très vite dépassé le cadre pictural pour irradier la musique et la danse, deux arts avec lesquels le peintre espagnol a toujours entretenu un rapport étroit, allant jusqu’à influencer ses amis compositeurs rencontrés en cours de route.

Fabio Biondi & Europa Galante, 30 ans de liberté

Le violoniste et chef italien Fabio Biondi, célèbre notamment pour son interprétation des “Quatre Saisons” de Vivaldi avec son orchestre Europa Galante, est de ceux qui rejettent toute forme de cloisonnement dans la musique. Retour sur le parcours d’un musicien doté d’une grande souplesse d’esprit et figure incontournable du violon baroque.

Strauss & Kempe : des affinités électives

Le nom du chef Rudolf Kempe (1910-1976) est indissociable de ceux du compositeur Richard Strauss et de l’orchestre de la Staatskapelle de Dresde. À l’occasion de la réédition par Warner des enregistrements réalisés entre 1970 et 1975, Qobuz met en lumière, entre autres, le legs straussien d’un chef à la direction précise, souvent incisive, toujours soucieuse du texte et sensible à ses voluptés.

Dans l'actualité...