Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Squarepusher - Be Up A Hello

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Be Up A Hello

Squarepusher

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Retour à l’artisanat pour Squarepusher. Après avoir usé du top de la technologie, revoici l’une des figures de la première génération Warp avec des vieilles machines pour son nouvel album chez l’illustre label anglais, cinq ans après Damogen Furies. Si le matériel vintage est tendance depuis quelques années dans la musique électronique, Tom Jenkinson y voit surtout un processus qui permet de générer de nouvelles idées, ce qui explique le côté expérimental de cet album. L’Anglais débraye des breaks (sa signature) d’entrée de jeu sur Oberlove et Histonu, qui ressemblent à la bande-son d’un jeu vidéo avec ses synthés chiptune rêveurs. On monte ensuite en tension entre le gros kick à la Prodigy de Nervelevers et la drill’n’bass de Speedcrank, avant de revenir au calme sur Detroit People Mover, un titre quasi ambient, de l’electronica avec d’émouvantes nappes de synthé et des guitares étirées via un flanger minimaliste. On retrouve l’ADN original de Squarepusher sur Terminal Slam, un titre, nerveux, métallique, bleepy et industriel, un vrai exercice de style, avant un final menaçant sur 80 Ondula. Comme toujours, Squarepusher se moque des modes et des codes et appose sa touche sur un album écrit comme un journal intime, l’équivalent musical d’un beau film d’auteur. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

Be Up A Hello

Squarepusher

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Oberlove
00:03:51

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

2
Hitsonu
00:04:13

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

3
Nervelevers
00:05:29

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

4
Speedcrank
00:05:53

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

5
Detroit People Mover
00:04:27

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

6
Vortrack
00:05:27

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

7
Terminal Slam
00:04:56

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

8
Mekrev Bass
00:07:11

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

9
80 Ondula
00:05:45

Squarepusher, MainArtist

2019 Warp Records 2019 Warp Records

Descriptif de l'album

Retour à l’artisanat pour Squarepusher. Après avoir usé du top de la technologie, revoici l’une des figures de la première génération Warp avec des vieilles machines pour son nouvel album chez l’illustre label anglais, cinq ans après Damogen Furies. Si le matériel vintage est tendance depuis quelques années dans la musique électronique, Tom Jenkinson y voit surtout un processus qui permet de générer de nouvelles idées, ce qui explique le côté expérimental de cet album. L’Anglais débraye des breaks (sa signature) d’entrée de jeu sur Oberlove et Histonu, qui ressemblent à la bande-son d’un jeu vidéo avec ses synthés chiptune rêveurs. On monte ensuite en tension entre le gros kick à la Prodigy de Nervelevers et la drill’n’bass de Speedcrank, avant de revenir au calme sur Detroit People Mover, un titre quasi ambient, de l’electronica avec d’émouvantes nappes de synthé et des guitares étirées via un flanger minimaliste. On retrouve l’ADN original de Squarepusher sur Terminal Slam, un titre, nerveux, métallique, bleepy et industriel, un vrai exercice de style, avant un final menaçant sur 80 Ondula. Comme toujours, Squarepusher se moque des modes et des codes et appose sa touche sur un album écrit comme un journal intime, l’équivalent musical d’un beau film d’auteur. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
So Peter Gabriel
Peter Gabriel 1: Car Peter Gabriel
Us Peter Gabriel
À découvrir également
Par Squarepusher
Vortrack Squarepusher
Damogen Furies Squarepusher
Go Plastic Squarepusher
Music For Robots Squarepusher
Enstrobia Squarepusher

Playlists

Dans la même thématique...
Tides Sunda Arc
ANIMA Thom Yorke
To Believe The Cinematic Orchestra
No Geography The Chemical Brothers
Les Grands Angles...
Le dubstep en 10 disques indispensables

Né dans un magasin de disques de la banlieue sud de Londres géré par une bande d’ados attardés, le dubstep, mélange de grime, jungle, garage, dub et reggae, a fait son chemin en quelques années jusqu’au top des charts. Retour en 10 disques essentiels sur l’histoire d’un mouvement protéiforme qui s’est mis en tête de créer les basses les plus puissantes de l’histoire de la musique.

New Order, de la cave au dancefloor

Comment le groupe mancunien le plus sombre de l’ère punk est devenu maître du dancefloor ? Né sur les cendres de Joy Division au début des années 80, New Order symbolise l’une des premières unions réussies entre rock’n’roll et dance music. L’impeccable BO de la morose Angleterre thatchérienne.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée quarante-cinq ans après sa sortie.

Dans l'actualité...