Pedro Soler & Gaspar Claus Barlande

Barlande

Pedro Soler & Gaspar Claus

Hi-Res 24 bits – 44.10 kHz

Inclus : 2 Livrets numériques

Paru le 20 juin 2011 chez InFiné

Artiste principal : Pedro Soler

Genre : Musiques du monde > Flamenco

Distinctions : Qobuzissime (juin 2011) - Discothèque Insolite Qobuz (mars 2012) - Sélection Les Inrocks (juillet 2011) - Hi-Res Audio (mars 2012)

Choisissez votre téléchargement
Ajouter au panier
Améliorer cette page album

Qualité d'écoute

MP3 (CBR 320 kbps)

FLAC (16 bits - 44.1 kHz)

1.45

Web Player
Afficher le détail des pistes

Album : 1 disque - 8 pistes Durée totale : 00:45:36

  1. 1 Insomnio Mineral (Rondeña)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  2. 2 Guajira Borrachita (Guajira)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  3. 3 Barlande (Seguiriya)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  4. 4 Caminos

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  5. 5 Caballitos De Mar (Alegria)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  6. 6 Sueños Indecisos (Tientos)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  7. 7 Rostro Descolorido (Saeta)

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

  8. 8 Encuentro En Brooklyn (Minera) [feat. Bryce Dessner & Sufjan Stevens]

    Pedro Soler, performer & composer - Gaspar Claus, performer & composer Copyright : 2011 InFiné

À propos

Une guitare flamenca et un violoncelle. Un père et son fils. Barlande est pourtant tout, sauf un traité de pathos de seconde zone. De la lave musicale, plutôt. Le feu du flamenco de Pedro Soler embarqué dans les quatre cordes tendues de Gaspar Claus, loin des clichés, loin des idées reçues. La discussion entre les deux hommes est colorée, puissante, posée ou furieuse. Un duo atypique pour un disque hypnotique. © MZ/Qobuz

    L´histoire de « Barlande » commence par une belle soirée d’été à Tercé près de Poitiers lors de la première édition des ateliers d´InFiné aux Normandoux. Encerclé par les murs de calcaire blanc de la Carrière, un curieux duo, une guitare Flamenca et un violoncelle, se livre alors sur scène à un dialogue de famille à cordes. Car l´histoire de ce disque, c´est avant tout celle d´un père, Pedro Soler et de son fils, Gaspar Claus.

    Né en 1938, témoin et acteur de « l’âge d´or » du flamenco. Pedro se forme à la guitare sur le tas mais aussi au côté de Pepe de Badajoz (accompagnateur d’Antonio Chacón). Ce dernier privilégiera avec son disciple un apprentissage à la force du jeu, par les sens et l´expérience. « J’ai rapidement senti que pour moi la voie n’était pas du côté des continuateurs de Ramon Montoya mais plutôt de ses prédécesseurs » précise Pedro. Il se produit auprès des plus grands (Pepe de la Matrona, Almaden, Juan Varea, Enrique Morente) et s´impose tout au long de sa carrière comme l´un des meilleurs représentants d’un Flamenco « tendance archaïque » en quête de dynamique, de sonorité plutôt que de virtuosité « volubile et brillante ». « Pour moi, s’exprimer à l’intérieur de cet héritage de générations en générations n’est pas un carcan réducteur mais au contraire une règle qui exige la recherche de la forme juste » rajoute Pedro. Profondément attaché à ses racines, à l’Espagne et l’Andalousie, Pedro n’en refuse pas pour autant le dialogue avec des instruments d’autres horizons musicaux, la contrebasse de Renaud Garcia-Fons ou les percussions indiennes de Ravi Prasad. Il est aujourd’hui l’un des guitaristes Flamenco les plus reconnus au monde.

    Quant à Gaspar, tout le destine à une brillante carrière de violoncelliste. Mais à l´adolescence, il finit par abandonner le conservatoire de Perpignan, refusant de s´engager plus longtemps dans un parcours académique, par désir d’aller au delà d’une « beauté » consensuelle de son instrument et afin d’élargir le champ de son utilisation. « Ce qui m´intéresse dans le violoncelle, c´est son grain, la matière brute des sons qu’il produit » confie Gaspar. Il s´engage alors dans une nouvelle forme d´apprentissage « hors format’ » qui se nourrit des voyages, des rencontres et des découvertes. Il apprend l´usage du silence dans les compositions, à l´entretenir et à le rompre. Il développe un rapport quasi passionnel avec son instrument, qu’il frotte, tape ou caresse. Il côtoie une grande variété de scènes musicales dont les scènes avant-garde et improvisées, japonaises (Sashiko M, Yoshihide Otomo, Keiji Haino), françaises (Catherine Jauniaux, Benat Achiary, Nosfell…) et new yorkaises (Bryce Dessner, Sufjan Stevens…) mais aussi la musique électronique (Joakim, Rone) , les musiques traditionnelles (Mongolie, Mali, Japon…) et d’autres encore.. « L’horizon des possibles ne s’est encore jamais réduit devant moi et une chose est sûre, je ne sais pas où je vais » poursuit-il.

    Il y a quelques années, père et fils se recroisent. Gaspar a grandi et une alchimie inédite se crée sur scène. « Quand il s’est introduit presque comme par jeu dans ma musique, j’ai immédiatement senti que par des voies totalement différentes, nous accédions au même paysage musical. Et c’est là que, contre toute attente s’est établi le point d’équilibre entre ma recherche de l’épure archaïque fondatrice et la démarche de Gaspar vers une expression dépouillée, essentielle » affirme Pedro.

    Ces retrouvailles donneront plus tard lieu à un « concert à emporter » réalisé par Vincent Moon et diffusé sur le site Internet La Blogothèque et qui fera le tour de planète. « Nous découvrons tout juste que nous appartenons à deux univers vastes, denses mais distincts, éloignés dans les temps et les espaces et que pourtant nous pouvons jouer ensemble, dresser un pont entre les racines du flamenco dans la guitare de mon père et la moderne curiosité de ma jeunesse dans mon violoncelle » rajoute Gaspar.

    Mais par cette belle soirée d´été à la Carrière, c´est bien la décision d´enregistrer un disque ensemble qui se concrétise après une semaine de rencontre et de répétition passée aux côtés de l´équipe d´InFiné. « Je voulais qu’on sorte ce disque sur d´autres réseaux que celui du Flamenco » précise Gaspar. Le cloisonnement entre les genres semble définitivement appartenir à autre époque.

    Après plusieurs mois d’hésitation sur le lieu et la manière, le duo finit par décoller pour New York, plus précisément à Brooklyn pour confier la production de « Barlande » à un proche de la famille, Bryce Dessner (guitariste de The National et créateur de Clogs). Si le duo amène avec lui les premières épreuves de certains morceaux, les sessions studio laisseront la part belle aux séances d’improvisation, parfois même avec des invités de passage. Rejoint par Bryce Dessner à la guitare et Sufjan Stevens à l’harmonium, l’une d’elle s’imposera comme le morceau de clôture d’album, le très Jarmushien « Encuentro en Brooklyn ».

    « Barlande » et ses huit chapitres esquissent une musique forte, fidèle à ses racines mais novatrice et par conséquent une nouvelle pièce maîtresse de la discographie InFiné. « Le flamenco est dans son essence même une musique métisse, faite de rencontres, qui a voyagé entre sa préhistoire en Inde, son enracinement en Andalousie puis ses excursions vers le reste du monde. Je suis moi même né dans un monde où les espaces se réduisent, rapprochant les différentes cultures jusqu’à tisser de nouvelles planètes sonores. Je n’ai pas l’impression d’appartenir à une tradition précise mais plutôt de participer d’un véritable décloisonnement des genres musicaux. » conclut Gaspar.

À découvrir

Dans la même thématique

À lire autour de l'album

Plus d'articles

L'artiste principal

Pedro Soler dans le magazine

Plus d'articles

Le label

InFiné

Un label qui se revendique une empreinte sonore loin des "genres", des frontières et des "scènes" : c'est ainsi que se définit InFiné, crée en 2006 par Alexandre Cazac (directeur artistique) et Yannick Matray suite à un concert parisien de Francesco Tristano. Ils seront plus tard rejoints par Julien Gagnebien qui les assistera sur le développement international du label. Ayant fait sienne la devise du designer Raymond Loewy "Most Advanced Yet Acceptable", la démarche du label est transversale et pluridisciplinaire. InFiné entend « susciter les rencontres entre les styles et les générations, mais aussi, entre les disciplines ». Il utilise les musiques dîtes électroniq...

Voir la page InFiné Lire l'article

Le genre

Flamenco dans le magazine

Plus d'articles

Le sous genre

Musiques du monde dans le magazine

Plus d'articles

Actualités

Plus d'articles