Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Moby|All Visible Objects

All Visible Objects

Moby

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Féroce critique de Donald Trump, Moby était presque plus devenu une figure politique qu’un musicien dans le paysage médiatique ces derniers temps. Mais il a pourtant été très prolixe ces dernières années, sortant coup sur coup l’apocalyptique These Systems Are Failing en pleine campagne présidentielle en 2016, puis le trip-hop Everything Was Beautiful, and Nothing Hurt (2018), avant de lâcher le second volume de Long Ambients en 2019. Le revoici avec son disque le plus dance depuis longtemps, All Visible Objects. Si, comme Moby l’explique, Everything Was Beautiful and Nothing Hurt sonnait trip hop parce qu’il écoutait des vieux disques de soul et de reggae au moment de le composer, alors pour celui-ci, il y a de bonnes chances qu’il se soit fait une virée dans ses bacs house/techno du début des années 90. L’ouverture Morningside témoigne de la sobriété d’orchestration (un simple “yeah” étiré sur un beat early rave) d’un album qui va puiser dans les racines de Moby, entre early house, techno cyberpunk (Power Is Taken, avec le batteur de Dead Kennedys, D. H. Peligro), downtempo (One Last Time, qui rappelle l’ambiance de son album culte de 1999 Play), voire ambient (en clôture sur le morceau-titre), et même un clin d’œil à Brian Ferry sur la reprise de My Only Love de Roxy Music. La preuve qu’il faut toujours prendre soin de ses vieux pots… © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

All Visible Objects

Moby

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 90 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Morningside
00:05:31

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

2
My Only Love
00:05:44

Bryan Ferry, Composer - Moby, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

3
Refuge
00:05:44

Moby, Composer, MainArtist - Linton Kwesi Johnson, Composer

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

4
One Last Time
00:05:33

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

5
Power Is Taken
00:05:47

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

6
Rise Up In Love
00:05:47

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

7
Forever
00:05:17

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

8
Too Much Change
00:09:46

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

9
Separation
00:06:41

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

10
Tecie
00:07:32

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

11
All Visible Objects
00:09:17

Moby, Composer, MainArtist

2020 Little Idiot 2020 Little Idiot

Descriptif de l'album

Féroce critique de Donald Trump, Moby était presque plus devenu une figure politique qu’un musicien dans le paysage médiatique ces derniers temps. Mais il a pourtant été très prolixe ces dernières années, sortant coup sur coup l’apocalyptique These Systems Are Failing en pleine campagne présidentielle en 2016, puis le trip-hop Everything Was Beautiful, and Nothing Hurt (2018), avant de lâcher le second volume de Long Ambients en 2019. Le revoici avec son disque le plus dance depuis longtemps, All Visible Objects. Si, comme Moby l’explique, Everything Was Beautiful and Nothing Hurt sonnait trip hop parce qu’il écoutait des vieux disques de soul et de reggae au moment de le composer, alors pour celui-ci, il y a de bonnes chances qu’il se soit fait une virée dans ses bacs house/techno du début des années 90. L’ouverture Morningside témoigne de la sobriété d’orchestration (un simple “yeah” étiré sur un beat early rave) d’un album qui va puiser dans les racines de Moby, entre early house, techno cyberpunk (Power Is Taken, avec le batteur de Dead Kennedys, D. H. Peligro), downtempo (One Last Time, qui rappelle l’ambiance de son album culte de 1999 Play), voire ambient (en clôture sur le morceau-titre), et même un clin d’œil à Brian Ferry sur la reprise de My Only Love de Roxy Music. La preuve qu’il faut toujours prendre soin de ses vieux pots… © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer les informations de l'album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Moby

Rescue Me

Moby

Rescue Me Moby

Reprise

Moby

Reprise Moby

Reprise - Remixes

Moby

Play [2014 - HD Remaster]

Moby

18

Moby

18 Moby

Playlists

Dans la même thématique...

Profound Mysteries III

Röyksopp

Fragments

Bonobo

Fragments Bonobo

Fossora

Björk

Fossora Björk

Terre Promise

Blutch

Terre Promise Blutch

Reborn

Kavinsky

Reborn Kavinsky
Les Grands Angles...
Baile funk, le rythme contagieux des favelas

Né dans les favelas de Rio à la fin des années 80, le baile funk s’est peu à peu imposé comme le style de musique le plus populaire au Brésil, poussant doucement la samba et la bossa-nova vers les musées. Retour sur l’histoire de ce pur produit carioca qui a fini par trouver sa propre voie vers le mainstream.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

L’électro nordique en 11 artistes

Les musiciens d’Europe du Nord ont toujours su ajouter un twist arctique à tous les genres de musique, et la sphère électronique n’y a pas échappé. Tour d’horizon en 11 étapes des artistes danois, suédois, norvégiens ou finlandais qui font glisser la techno, la house, le disco ou le dub vers de nouvelles latitudes.

Dans l'actualité...