Catégories :

Les albums

HI-RES26,49 CHF
CD22,99 CHF

Soul/Funk/R&B - Paru le 21 septembre 2018 | Warner Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Reissue
Deux ans après sa mort prématurée, la caverne d’Ali Baba princière offre un premier trésor. Avec le bien nommé Piano & a Microphone 1983, c’est dans le plus simple appareil que son art saute aux oreilles. A seulement 25 ans, Prince a déjà cinq albums à son actif (For You, Prince, Dirty Mind, Controversy et 1999) et s’apprête à publier le disque qui le transformera en star planétaire, Purple Rain. Multi-instrumentiste passant ses jours et ses nuits en studio, il est ici seul au piano le temps d’un medley de compositions personnelles et de deux reprises : A Case of You de Joni Mitchell et le gospel Mary Don't You Weep. Evidemment, le contexte intime de l’enregistrement amplifie l’intensité de cet inédit. Reste à fermer les yeux et à s’imaginer seul avec lui…Dans sa voix élastique comme dans son jeu habité, le musicien de Minneapolis prouve à ceux qui en douteraient encore qu’il était un artiste total. Tant entertainer que compositeur, showman et improvisateur. Sa version nue de Purple Rain touche au sublime et un titre comme Strange Relationship permet de déguster le cheminement de ses productions puisqu’il le placera, quatre ans plus tard, sur l’album Sign o' the Times dans une version logiquement plus vêtue et surtout musclée. Si Piano & a Microphone 1983 s’adresse avant tout aux fans de Prince, les novices – s’il en reste – prendront sans doute pas mal de plaisir à découvrir ici un artiste impressionnant. © Marc Zisman/Qobuz
CD73,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 novembre 2015 | Warner Records

Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
En 1995, une bonne grosse dizaine d’années après leur formation, les Flaming Lips publiaient Clouds Taste Metallic. Vingt ans plus tard, le gang psychédélique emmené par Wayne Coyne décide de ressortir ce chef d’œuvre agrémenté de nombreux trésors, histoire de montrer le calibre du groupe alors que l’Amérique d’alors n’en a que pour le grunge… Sur trois disques, ce Heady Nuggs 20 Years After Clouds Taste Metallic 1994-1997 propose l’album original ainsi que les faces B des singles sortis à l’époque, de très nombreuses raretés de la même période et un concert donné à Seattle en 1996. Des pépites comprenant notamment quelques belles reprises de John Lennon (Nobody Told Me), David Bowie (Life On Mars?) et T. Rex (Ballrooms Of Mars) et une version bien chloroformée de It Was A Very Good Year d’Irvin Drake popularisé par Sinatra. Une fois cette quarantaine de titres passé par les oreilles, on perçoit le niveau des Flaming Lips à tous les niveaux. Compositions, instrumentarium, production et richesse des idées, Wayne Coyne et ses hommes enfantaient ici un rock’n’roll kaléidoscopique au possible, comme si les Beach Boys avaient ingurgité bien plus d’acides que dans la réalité. Un rock qui, vingt ans après, n’a surtout pas pris une seule ride. Bien au contraire. © MD/Qobuz