Catégories :

Les albums

CD20,49 CHF

Rap - Paru le 7 juillet 2017 | Roc Nation - Jay-Z

Distinctions Pitchfork: Best New Music - Preis der deutschen Schallplattenkritik
Si Shawn Carter alias Jay-Z s’est trouvé une cible à clasher tout au long de 4:44, il ne s’agit ni de Kanye, ni de Kendrick, ni d’un quelconque autre confrère. Non, le bras de fer dans lequel se lance ici le rappeur de Brooklyn est avec lui-même. A 47 ans passés, n’ayant plus grand-chose à prouver, Jay-Z n’est pas là pour jauger la concurrence ou batailler avec la jeune garde. Mais plutôt pour s’allonger sur le divan d’un psy. Et dans ce domaine, 4:44 est un bien beau divan. Solide. Robuste. Et joliment designé… Intégralement produit par Ernest Dion Wilson alias No I.D. (rarement par le passé, Jay-Z avait confié les clefs du camion à un seul réalisateur), ce treizième album reste bien accroché aux fondamentaux de son auteur. Pas de sons vaguement électro ou de beats contemporains. Jay-Z fait du classique, donc du Jay-Z, à coup de samples groovy et lettrés (Fugees, Stevie Wonder, Funk Inc., Donny Hathaway, etc.) sur lesquels il n’a plus qu’à déposer ses rimes introspectives sur ses turpitudes conjugales avec Madame (qui l’épaule d’ailleurs sur Family Feud) comme sur son statut et son ego. Même dans les featurings, il fait sobre en se limitant à inviter Frank Ocean et Damian Marley. Mais au fil des écoutes, 4:44 réussit à imposer sa précision, sa facture et une certaine forme de perfection. La révolution, Jay-Z l’a faite il y a des lustres. L’important pour lui est désormais de continuer à gouverner et d’être respecté. Mission accomplie. © MD/Qobuz
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 4 juillet 2013 | Roc Nation - Jay-Z

Livret
Le rappeur américain Jay-Z revient en 2013 avec Magna Carta… Holy Grail, un disque certes moins extrême que celui de son compère Kanye West ou moins expérimental que celui de Kid Cudi parus la même année, mais relevant néanmoins également d'une démarche extrêmement réfléchie. Jamais Jay-Z n'a autant incorporé d'éléments issus du rock que sur ce nouvel effort multipliant les clins d'oeil, de R.E.M. à Nirvana, et s'appuyant sur une vision du monde et de l'industrie culturelle américaine très acérée. Mais c'est bien sûr le rap qui reste à l'honneur sur Magna Carta, le MC s'y montrant d'ailleurs moins égocentrique qu'à l'accoutumée. Véritable pari sur l'avenir de la part du patron de Rockafella, cet opus de 2013 a toutes les chances de diviser son public et de faire parler de lui. © Olivier Duboc /TiVo
CD24,49 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2010 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2009 | Roc Nation - Jay-Z

Sur The Blueprint 3, Jay-Z, toujours en place, s'autoproclame "le seul rappeur qui réécrit l'histoire sans stylo". Pure vantardise bling-bling, mais l'icône de Brooklyn a acquis cette prétention en l'étayant, en particulier avec sa série haut de gamme, son étiquette dorée, Blueprint. Toujours prêt à lutter, Jay-Z s'attaque à Autotune, aux remix radio et autres grandes questions de l'univers hip hop avec cette ferveur magnifiquement offensive de rappeur qu'on lui connaît si bien. © Jason Thurston /TiVo
CD2,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Roc Nation - Jay-Z

CD2,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2008 | Roc Nation - Jay-Z

HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 6 novembre 2007 | Roc Nation - Jay-Z

Hi-Res
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2007 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2007 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2006 | Roc Nation - Jay-Z

Kingdom Come… l’album de l’après-retraite ? la position de Président de Def Jam devant s’avérer légèrement frustrante pour un artiste habitué au devant de la scène. Kanye et Just Blaze sont à nouveau de la partie, mais apparaît pour la première fois Dr Dre dans un rôle loin d’être mineur, produisant 4 morceaux et mixant la totalité de l’œuvre. Notamment le second single « Lost Ones », sur lequel Jay évoque la rupture avec Damon Dash, la mort de son neveu et ses dernières relations amoureuses mouvementées, à priori avec Rosario Dawson et non Beyoncé. Le premier single « Show Me What You Got » demeure monstrueux, avec un Blaze qui s’essaie aux percussions live et une apparition inopinée sur la grande toile du net qui provoqua l’enquête du FBI. Chris Martin de Coldplay est également présent pour « Beach Chair », morceau différent de ce qu’il fait d’habitude avec Jay censé être étendu dans une chaise longue et réfléchir à l’après rap. Il fait également référence à l’ouragan Katrina dans le morceau de Dr. Dre « Minority Report ». L’album sera de nouveau un succès commercial, offrant au rappeur sa meilleure première semaine en termes de ventes avec 680.000 copies achetées. Mais pour certains, il aurait peut-être mieux fait de rester en retrait. © ©Copyright Music Story DaBee 2017
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2004 | Roc Nation - Jay-Z

Supposé être le dernier album de Jay, The Black Album tire son nom des albums atypiques des Beatles (The White Album dit Double blanc) et de Prince (The Black Album). Il brouille allègrement les pistes, prétendant dans les premiers interviewes que l’album serait un retour à son premier, sans singles, puis change son fusil d’épaule lors de la sortie des deux premiers « Change Clothes » avec Pharrell Williams et « Dirt Off Your Shoulder », aux thèmes moins urbains que prévus. La mère de Jay-Z introduit l’album avec « December 4th », date de naissance du rappeur, et y évoque son enfance. Rick Rubin contribue avec un son rock cross-over dont il a le secret pour « 99 Problems », rappelant des temps plus anciens dans le rap. Jay fait également preuve de sincérité sur « Moment of Clarity » dans lequel il s’explique sur les accusations d’avoir dilué son message pour multiplier les oreilles touchées. Ou sur « What More Can I Say » où il précise qu’il ne copie pas mais s’inspire des textes des autres pour leur rendre hommage. © ©Copyright Music Story DaBee 2017
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2003 | Roc Nation - Jay-Z

Supposé être le dernier album de Jay, The Black Album tire son nom des albums atypiques des Beatles (The White Album dit Double blanc) et de Prince (The Black Album). Il brouille allègrement les pistes, prétendant dans les premiers interviewes que l’album serait un retour à son premier, sans singles, puis change son fusil d’épaule lors de la sortie des deux premiers « Change Clothes » avec Pharrell Williams et « Dirt Off Your Shoulder », aux thèmes moins urbains que prévus. La mère de Jay-Z introduit l’album avec « December 4th », date de naissance du rappeur, et y évoque son enfance. Rick Rubin contribue avec un son rock cross-over dont il a le secret pour « 99 Problems », rappelant des temps plus anciens dans le rap. Jay fait également preuve de sincérité sur « Moment of Clarity » dans lequel il s’explique sur les accusations d’avoir dilué son message pour multiplier les oreilles touchées. Ou sur « What More Can I Say » où il précise qu’il ne copie pas mais s’inspire des textes des autres pour leur rendre hommage. © ©Copyright Music Story DaBee 2017
CD4,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2003 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 18 décembre 2001 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 2000 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 1998 | Roc Nation - Jay-Z

Troisième album de Jay-Z, et celui ayant remporté le plus de succès avec les monstrueux singles « Hard Knock Life (Ghetto Anthem) » de Mark The 45 King ou encore « Nigga What, Nigga Who » de Timbaland sur lequel le mentor Big Jaz apparaît en compagnie de la plus régulière Amil qui sera gentiment remerciée pour bons services vocaux rendus en 2000. Huit millions d’albums vendus à travers le monde, faisant de Jay-Z une véritable franchise à lui tout seul et une locomotive pour son label. Les critiques ne furent cependant pas tendres, jugeant que l’objectif de transcender les publics passait par une baisse de qualité de sa musique, se plaignant également d’une présence trop forte d’invités. La majorité des sons est cependant moins polie que sur le précédent, la faute incombant aux producteurs internes de chez Bad Boy pour le Volume 1, Jay-Z faisant appel ici au nouveau producteur du moment, Swizz Beats, sur trois morceaux. Les teintes pop se ressentent pourtant sur les morceaux de Jermaine Dupri ou encore Irv Gotti. © ©Copyright Music Story DaBee 2017
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 1998 | Roc Nation - Jay-Z

CD20,49 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 1998 | Roc Nation - Jay-Z

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 1 janvier 1997 | Roc Nation - Jay-Z