Catégories :

Les albums

CD17,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2002 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
En 2003, les Snow Patrol, Gary Lightbody en tête, sortent d’une période morose et d’une éjection de leur ancien label, Jeepster Records. Après quelques remaniements du point de vue de ses membres, le groupe signe chez Polydor. La maison de disques croit aux possibilités fédératrices d’un groupe de rock britannique comme Snow Patrol, surtout depuis le succès massif de Coldplay. Et si Snow Patrol faisait son propre Parachutes ? Après des années d’efforts, Snow Patrol accède enfin au succès tant espéré : grâce à Final Straw, et grâce au talent de Garret « Jacknife » Lee. À l’époque, celui-ci débute seulement dans sa carrière de producteur qui fera plus tard bénéficier U2, R.E.M. ou Bloc Party de son flair. Garret Lee a en effet le don de rendre plus accessible les musiques sur lesquelles ils travaillent sans enlever à leur crédibilité – tâche ô combien délicate. Tournant le dos aux orientations mélancolico-électro-rock de leurs deux premiers albums, la nouvelle équipe signe ici quatorze chansons accrocheuses. Porté par son excellent « Run », qui sera le tube de la consécration, Final Straw est un savant mélange dosé au gramme près de rock (« Wow », « Tiny Little Fractures »), de pop basique (« Chocolate », « Same ») et de ballade romantique (« Grazed Knes »). Le tout est sympathique, agréable… mais a totalement oublié la recherche d’originalité des débuts du groupe.   © Sophie Rosemont / Music-Story
CD17,99 CHF

Électronique - Paru le 1 janvier 2006 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
L’espace, la science-fiction, le surnaturel, le paranormal, mais aussi les filles (« Isle Of Her ») ou la mort (« Forgotten Works », « Four Horsemen Of 2012 »), autant de thèmes qui nourrissent la musique des Klaxons, musique qui échappe résolument aux conventions comme aux étiquettes, avec également des rythmiques à cent à l’heure souvent déstructurées, divers effets de production très inventifs, des sons de claviers mélangés aux guitares et des voix hautes et surprenantes, évoquant des Beach Boys période « Good Vibrations » qui auraient troqué le LSD contre du speed. Notons toutefois que comme pour bien des jeunes groupes, l’apport du producteur est ici énorme, James Ford ayant aussi occupé le tabouret du batteur durant les séances, après avoir canalisé le torrent de création que représente le trio Reynolds/Righton/Taylor, ce qui n’était semble-t-il pas une mince affaire. Fort logiquement, les singles « Atlantis To Interzone » (agréable délire aux accents slaves et orientaux), « Golden Skans » (plus traditionnellement pop) et « Gravity’s Rainbow » sont rassemblés sur ce CD, toutes les autres compositions étant du même niveau. © Frédéric Régent / Music-Story
CD20,49 CHF

Électronique - Paru le 1 janvier 2007 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
CD14,49 CHF

Électronique - Paru le 29 janvier 2007 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
CD17,99 CHF

Dance - Paru le 1 janvier 2008 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
1er album du groupe électro pop britannique, composé de Eleanor "Elly" Jackson & Ben Langmaid
CD20,49 CHF

Dance - Paru le 1 janvier 2011 | Polydor Records

Distinctions Sélection du Mercury Prize
CD17,99 CHF

Dance - Paru le 1 janvier 2011 | Polydor Records

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Music - Sélection Les Inrocks - 3 étoiles Technikart - Sélection du Mercury Prize
James Blake n’a que 21 ans, quelques titres seulement à son actif et son nom circule déjà partout. Nouveau bidouilleur expert en dubstep, le Britannique a d'abord livré un EP envoûtant, Klavierwerke, sur le label R&S. Entre l’emblématique Burial, Kode9 ou le jeune binôme Mount Kimbie, Blake (dé)construit une techno climatique, faite de nuages de pianos floutés, de beats maladifs et de voix venues d’un autre monde. Il revisite même Feist parfois… Un nom qui risque de marquer la scène électro des années 2010's. © MZ/Qobuz
HI-RES36,49 CHF
CD25,99 CHF

Soul - Paru le 1 janvier 2012 | Polydor Records

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio - Sélection du Mercury Prize
Petite merveille britannique d’origine ougandaise dont le nom bruisse sur la toile depuis déjà plusieurs mois, Michael Kiwanuka publie enfin son premier album, Home Again, un disque lovant sa soul aux effluves folk dans des arrangements classieux. Un univers prenant sa source dans la musique de Richie Havens, Bill Withers, Otis Redding, Terry Callier et Nick Drake. Des références cinq étoiles que le Londonien dompte aisément grâce à une plume assez vertigineuse. © MD/Qobuz