Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

HI-RES12,99 CHF
CD8,99 CHF

Alternatif et Indé - À paraître le 23 octobre 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES15,99 CHF
CD11,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 septembre 2020 | Partisan Records

Hi-Res
Comme une habitude qui s’installe, Idles achève l’été avec Ultra Mono. Depuis le brûlot Brutalism, le quintet punk emmenés par Joe Talbot a performé à l’automne 2018 avec le très salué Joy As An Act Of Resistance qui les a placés en haut des charts et fait baptiser “meilleur groupe punk d’Angleterre” par le Guardian. Louanges et punk ne rimant pas, les inimitiés ont afflué côté pairs. Jason Williamson des radicaux Sleaford Mods, appuyés par Fat White Family, les ainsi ont vite accusé de s’approprier la classe ouvrière. Ce à quoi Talbot répond illico qu’il s’agit de ses convictions intérieures. Illégitimes ou non, avec Ultra Mono, les Britanniques frappent très fort. Ultra court, ultra fort, ultra violent, ultra rapide, ultra tout, l’opus offre au genre ses meilleurs superlatifs. Et dès War, son ouverture, la pression monte crescendo avec ce refrain “Whaching! That’s the sound of the sword going in!” hurlé sur une batterie martiale. Lignes de basse appuyées magistrales (Anxiety, Reigns), guitares débraillées pour un post-punk radical, laissent parfois place à l’accalmie (Kill Them With  Kindness avec Jamie Cullum et David Yow de Jesus Lizard, Carcinogenic) d’un rock plus édulcoré (Model Village, Ne touche pas moi avec Jehnny Beth) évitant ainsi l'écueil de la mauvaise surenchère. Continuant sa prose sur les maux qui dévorent Albion, en déversant des lignes sur l’immigration ou encore le patriarcat, Talbot appelle à faire front commun en choisissant l’amour pour épilogue (“Fuck You, I’m A Lover, I’m a Soul singer”). Sans débat possible, Idles offre ici sa meilleure proposition. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 17 septembre 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 9 septembre 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 août 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES15,99 CHF
CD11,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 31 juillet 2020 | Partisan Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Dogrel, leur premier album coup de poing, fait toujours résonner sa candeur cambrée, sa tension extrême et sa rage sincère que Fontaines D.C. bat déjà le fer encore chaud. Sauf qu’avec A Hero’s Death, les teigneux de Dublin changent de braquet. Leur ADN intègre toujours des éléments piqués aux Saintes Écritures post-punk de The Fall, Joy Division, Gang Of Four ou Public Image Ltd., mais ce « difficile deuxième album » va surtout voir ailleurs. Le rythme lent, presqu’oppressant, du I Don't Belong d’ouverture offre un nouveau visage. Celui d’un groupe qui tire déjà des conclusions du succès instantané de son premier essai et du poids de la tournée marathon qui a suivi. Fontaines D.C. élargit son champ de vision avec des ballades comme Sunny et sa guitare baryton qui fleure bon l’été indien, ou Oh Such a Spring sur lequel Grian Chatten chante avec une délicatesse inédite. Mais A Hero’s Death possède aussi ses uppercuts imparables qui rendaient Dogrel si irrésistible. Ces hymnes sur lesquels Chatten répète à l’infini la même phrase, comme « Life ain't always empty » scandé trente fois sur la chanson-titre A Hero’s Death, et « What ya call it, what ya call it, what ya » quasiment tout autant sur Televised Mind… A l’arrivée, A Hero’s Death oscille entre tension juvénile rebelle à souhait et séquences méditatives presque nostalgiques. Dogrel se refermait par Dublin City Sky, ballade acoustique qui fleurait bon le vieux pub, la Guinness fraîchement tirée et qu’on croyait échappée d’un disque des Pogues (leur groupe préféré). A Hero’s Death se termine avec No, une autre ballade dépouillée, à la Oasis cette fois, et qui substitue le pessimisme post-punk au profit d’une lueur d’optimisme ponctuée par « Please don’t lock yourself away just appreciate the grey ». Brillant et puissant. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 14 juillet 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 7 juillet 2020 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 30 juin 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD9,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 26 juin 2020 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 juin 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 9 juin 2020 | Partisan Records

Hi-Res
HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 26 mai 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 19 mai 2020 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 mai 2020 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 5 mai 2020 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 mai 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 15 avril 2020 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 26 mars 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD8,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 13 mars 2020 | Partisan Records

Le label

Partisan Records dans le magazine