Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD12,99 CHF

Pansoul

Motorbass

Électronique - Paru le 21 octobre 2021 | Motorbass, under exclusive license to Pixadelic

Vingt-cinq ans après, Ed Banger réédite Pansoul, l’unique album du duo composé par Etienne de Crécy et Philippe Zdar. Motorbass, comme aimait le résumer pour la presse Etienne de Crécy, c’était des gars du hip-hop qui faisaient de la techno. Effectivement, à l’époque, au début des années 90, Zdar travaillait avec Jimmy Jay, le DJ de MC Solaar, et le duo, à force de traîner en rave, était devenu obsédé par la techno, qu’elle soit américaine, belge ou néerlandaise. Mais l’éducation de Motorbass à la musique électronique finit par prendre un virage plus soulful avec la découverte de la scène house de Detroit, avec des producteurs comme Rick Wade ou Terrence Parker, qui insufflent de la soul dans leur techno, bientôt rejoints par le légendaire Moodymann. Cette influence ingurgitée, le duo évolue aussi en écoutant le maxi Salinas de Guillaume La Tortue, qui les décomplexe sur l’utilisation des samples, et le producteur new-yorkais Nature Boy, qui intègre des boucles disco dans sa house, une nouveauté qui allait devenir une des marques de fabrique de la French Touch.Ce Pansoul, sorti quelques mois avant le Homework de Daft Punk, qui faisaient déjà du bruit en 1996 avec leur maxi Da Funk, ne contient réellement que deux titres utilisant le fameux filtre © French Touch, Les Ondes et Wan Dence. Au-delà de l’aspect “fondation”, ce disque est surtout une superposition d’idées brillantes et de productions soignées entre house, techno, hip-hop, soul, disco et même jazz, avec un son à la fois puissant et élégant. Les coups d’éclat sont nombreux, entre le marathon hypnotique d’Ezio, avec ce sample de Diana Ross qui vous ramène sur Terre par moments, Les Ondes, qui démarre avec un interminable kick techno avant de se groovifier en avançant, le break tout en écho de Neptune, qui emprunte cette fois à Sun Ra, le brouillardeux hommage à Pharcyde (Pariscyde) ou l’impeccable track d’after Genius. Un de ces disques qui s’écoutent d’une traite avant de presser repeat. © Smaël Bouaici/Qobuz