Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

CD38,99 CHF

Classique - À paraître le 12 février 2021 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
HI-RES54,49 CHF
CD38,99 CHF

Classique - À paraître le 12 février 2021 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
CD20,49 CHF

Pop - À paraître le 4 décembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Pop - À paraître le 4 décembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES12,99 CHF
CD8,99 CHF

Classique - À paraître le 27 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD11,99 CHF

Classique - À paraître le 27 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES54,49 CHF
CD38,99 CHF

Classique - À paraître le 27 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD38,99 CHF

Classique - À paraître le 27 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES8,99 CHF
CD6,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD14,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES8,99 CHF
CD6,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD6,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

CD6,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

CD20,49 CHF

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
"L'art de la mandoline" est le premier album d’Avi Avital composé exclusivement d’oeuvres écrites à l’origine pour la mandoline. À travers le meilleur répertoire existant pour la mandoline, Avi Avital explore le spectre le plus complet du potentiel expressif de cet instrument. Ce projet représente un retour au cœur de l'instrument après un très long voyage, qui a fait voyager Avi et sa mandoline sur le terrain du violon, du clavecin, de la flûte… On retrouve ainsi sur cet album des œuvres allant du Concerto pour deux mandolines en sol majeur, RV 532 de Vivaldi à l’Adagio en mi bémol majeur de Beethoven, plus rarement joué, ainsi que des pièces contemporaines commandées ces dernières années par Avi lui-même. Le répertoire traverse donc les époques et les continents, avec des œuvres d’Antonio Vivaldi, Domenico Scarlatti, Ludwig van Beethoven, Paul Ben- Haim, David Bruce, Giovanni Sollima, Hans Werner Henze. C'est maintenant le moment de rentrer chez soi, riche de ces multiples expériences, et de présenter des pièces écrites pour mandoline. Parmi les partenaires musicaux qui l’accompagnent on retrouve l’Orchestre Baroque de Venise, Anneleen Lenaerts (harpe), Sean Shibe (guitare), Yizhar Karshon (clavecin), Ophira Zakai (théorbe). © Deutsche Grammophon
CD20,49 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES3,99 CHF
CD2,99 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
CD14,49 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

CD2,99 CHF

Classique - Paru le 13 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES36,49 CHF
CD25,99 CHF

Classique - Paru le 6 novembre 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Daniil Trifonov propose ici un itinéraire passionnant, mêlant piano solo et concertant à travers un programme exigeant. Aujourd’hui en pleine maturité, Trifonov entend démontrer la modernité des compositeurs russes à la charnière des XIXe et XXe siècles, une époque qualifiée en Russie d’« Âge d’argent » correspondant au modernisme « fin de siècle ». Ce terme recouvre l’ensemble des Beaux-Arts, ainsi que la haute couture, le design et, bien sûr, la musique et le ballet. Cependant, la majeure partie du copieux programme proposé est le fruit de deux compositeurs dont la modernité a vu le jour hors de la Russie. Stravinski, longtemps considéré comme dissident, est aujourd’hui récupéré en force par les interprètes russes, mais aucune de ses œuvres (à l’exception de celles d’extrême jeunesse) n’ont été écrites ni même jouées à l’époque dans son pays d’origine. Ayant perdu la partition de son Concerto n° 2 dans la tourmente de la Révolution de 1917, Prokofiev l’a réécrit plus tard à Paris dans un style totalement novateur. Quant au mysticisme de Scriabine dont parle Daniil Trifonov sur le commentaire de la pochette, il n’est pas encore présent à l’époque de son Concerto pour piano, œuvre de jeunesse très romantique et encore assez académique, écrite dans le sillage de Chopin qui était l’idole du jeune Scriabine. Ce programme d’un grand intérêt historique vaut surtout par le piano expressif de feu et d’acier du jeu de Trifonov dans les pièces en solo enregistrées à la Princeton University, dans le New Jersey, comme dans les deux concertos que dirige ici un Valery Gergiev ardent à la tête de son Orchestre du Mariinsky de Saint-Pétersbourg. © François Hudry/Qobuz

Le label

Deutsche Grammophon (DG) dans le magazine