Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Jazz - Paru le 25 janvier 2019 | ECM

Hi-Res Livret
Pour son entrée sur le label ECM, Yonathan Avishai débute son Joys and Solitudes par Mood Indigo. En mettant ainsi en exergue le chef-d’œuvre d’Ellington, le pianiste franco-israélien révélé aux côtés du contrebassiste Omer Avital et du trompettiste Avishai Cohen a sans doute voulu rappeler d’où il venait. Ce musicien raffiné s’inscrit dans une certaine tradition pianistique éloignée de l’habituel axe Bill Evans/Keith Jarrett tant influent chez ses confrères de sa génération. Yonathan Avishai, en plus du Duke, avance sur les brisées de John Lewis, Ahmad Jamal et Bobby Timmons, de grands aînés dont il ne plagie jamais le toucher. « Ellington demeure un pianiste et un compositeur d’une incroyable modernité. Sa façon de toujours raconter une histoire en jouant m’a beaucoup influencé et Mood Indigo est un morceau que j’aime depuis longtemps. »Avec sa fidèle rythmique très impliquée (Yoni Zelnik, contrebassiste israélien installé à Paris, et Donald Kontomanou, batteur français riche d’un double héritage, guinéen et grec), Avishai rappelle également l’impressionnant compositeur qu’il est aussi. Sept pièces originales aux mélodies pures, sans gras, remplies de blues et de swing, mais aussi de silences et d’espaces… « Je me sens profondément enraciné dans la tradition. Avant tout, j’adore l’histoire et les perspectives qu’elle ouvre quand on l’étudie. Je suis particulièrement intéressé par l’histoire du jazz – de Louis Armstrong à Cecil Taylor et au-delà. » Vraiment au-delà : sur Les Pianos de Brazzaville, Yonathan Avishai évoque ses voyages en République du Congo et en Centrafrique. Le thème Tango est une réponse à l’album Ojos Negros de Dino Saluzzi et Anja Lechner. Quant à When Things Fall Apart, il emprunte son titre au livre de la bouddhiste américaine Pema Chödrön mais s’inspire de la musique d’Avishai Cohen, comme une réponse à la composition du trompettiste, Into the Silence. A l’arrivée, toute cette matière nourrit un album plein de grâce et renforce la conviction de tenir en Yonathan Avishai un très grand pianiste de jazz contemporain. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,99 CHF
CD15,99 CHF

Jazz - Paru le 23 février 2015 | jazz&people

Hi-Res Livret
Révélé au sein du groupe du contrebassiste Omer Avital, le pianiste franco-israélien signe ici un premier album en trio qui renoue avec la grande tradition des grands pianistes. En plus d’être un instrumentiste raffiné, Yonathan Avishai montre aussi son talent de compositeur avec des thèmes sans gras ni superflu, beaux dans leur épure et leur proposition mélodique. Marqué par l'influence des géniaux John Lewis, Duke Ellington, Ahmad Jamal et Bobby Timmons, il revient aux fondements et à l'essence du trio avec le contrebassiste Yoni Zelnik et le batteur Donald Kontomanou et développe une réflexion sur les cycles, le son et le jeu de la musique, qui lui sert à élaborer un univers riche en émotions et en couleurs. A découvrir d’urgence. © CM/Qobuz
CD2,99 CHF
Lya

Jazz - Paru le 4 janvier 2019 | ECM

CD12,99 CHF

Jazz - Paru le 11 août 2011 | Fresh Sound Records

HI-RES21,99 CHF
CD15,99 CHF

Jazz - Paru le 18 novembre 2016 | jazz&people

Hi-Res Livret
CD20,49 CHF

Jazz - Paru le 25 janvier 2019 | ECM

Livret
Pour son entrée sur le label ECM, Yonathan Avishai débute son Joys and Solltudes par Mood Indigo. En mettant ainsi en exergue le chef-d’œuvre d’Ellington, le pianiste franco-israélien révélé aux côtés du contrebassiste Omer Avital et du trompettiste Avishai Cohen a sans doute voulu rappeler d’où il venait. Ce musicien raffiné s’inscrit dans une certaine tradition pianistique éloignée de l’habituel axe Bill Evans/Keith Jarrett tant influent chez ses confrères de sa génération. Yonathan Avishai, en plus du Duke, avance sur les brisées de John Lewis, Ahmad Jamal et Bobby Timmons, de grands aînés dont il ne plagie jamais le toucher. « Ellington demeure un pianiste et un compositeur d’une incroyable modernité. Sa façon de toujours raconter une histoire en jouant m’a beaucoup influencé et Mood Indigo est un morceau que j’aime depuis longtemps. »Avec sa fidèle rythmique très impliquée (Yoni Zelnik, contrebassiste israélien installé à Paris, et Donald Kontomanou, batteur français riche d’un double héritage, guinéen et grec), Avishai rappelle également l’impressionnant compositeur qu’il est aussi. Sept pièces originales aux mélodies pures, sans gras, remplies de blues et de swing, mais aussi de silences et d’espaces… « Je me sens profondément enraciné dans la tradition. Avant tout, j’adore l’histoire et les perspectives qu’elle ouvre quand on l’étudie. Je suis particulièrement intéressé par l’histoire du jazz – de Louis Armstrong à Cecil Taylor et au-delà. » Vraiment au-delà : sur Les Pianos de Brazzaville, Yonathan Avishai évoque ses voyages en République du Congo et en Centrafrique. Le thème Tango est une réponse à l’album Ojos Negros de Dino Saluzzi et Anja Lechner. Quant à When Things Fall Apart, il emprunte son titre au livre de la bouddhiste américaine Pema Chödrön mais s’inspire de la musique d’Avishai Cohen, comme une réponse à la composition du trompettiste, Into the Silence. A l’arrivée, toute cette matière nourrit un album plein de grâce et renforce la conviction de tenir en Yonathan Avishai un très grand pianiste de jazz contemporain. © Marc Zisman/Qobuz

L'interprète

Yonathan Avishai dans le magazine
  • Yonathan Avishai | One Cover One Word
    Yonathan Avishai | One Cover One Word Rencontre avec le pianiste israélien pour la sortie de "Playing the Room", son album en duo avec le trompettiste Avishai Cohen. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Avishai Cohen | One Cover One Word
    Avishai Cohen | One Cover One Word Rencontre avec le trompettiste israélien pour la sortie de "Playing the Room", son album en duo avec le pianiste Yonathan Avishai. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.