Artistes similaires

Les albums

30,99 CHF
21,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 25 mai 2018 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les deux principaux compositeurs ici illustrés sont Johann Hermann Schein et Melchior Franck, des représentants fondamentaux du premier baroque allemand. Schein et Franck furent presque exactement contemporains l’un de l’autre, déroulèrent leurs carrières respectives à une cinquantaine de lieues l’un de l’autre – Cobourg pour Franck, Leipzig pour Schein dont on rappellera ici qu’il fut prédécesseur de Bach au titre de Cantor de Saint-Thomas – mais semblent ne jamais s’être croisés. Il faut dire qu’en pleine Guerre de Trente Ans, les voyages n’étaient pas de mise et on se préoccupait surtout de ne pas finir étripé, pestiféré ou affamé plutôt que de se promener d’une ville à l’autre. On s’étonne d’ailleurs que tant de leurs œuvres nous sont quand même parvenues, dont en particulier le Hohelied Salomos de 1608 – les « Cantiques de Salomon » – de Franck, et de Schein les recueils Musica boscareggia de 1621/28 et les Diletti pastorali de 1628, dont plusieurs motets amoureux nous sont ici présentés par l’ensemble vocal et instrumental Voces suaves de Jörg-Andreas Bötticher. En guise de référence historique, on pourra entendre deux pièces de Palestrina – sachant que le baroque allemand a très largement bénéficié de l’influence madrigalesque italienne – données en leur version instrumentale telle qu’ornementée par deux célèbres cornettistes de l’époque, Luigi Zenobi et Antonio Bassanio qui nous ont laissé de nombreux témoignages de l’art de la variation et de l’ornementation instrumentale telle qu’ils la pratiquaient. © SM/Qobuz
16,49 CHF
10,99 CHF

Musique vocale sacrée - Paru le 13 octobre 2017 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Moins célèbre – du moins aujourd’hui – que son collègue, « concurrent » et quasi-exact contemporain Giovanni Gabrieli, Giovanni Croce travailla lui aussi à Venise, mais écrivit moins dans le style polychoral sacré et plus dans le domaine madrigalesque à quatre ou cinq voix (souvent profane, insouciant et joyeux) que Gabrieli. Cela dit, voici quelques-unes de ses œuvres à huit voix – donc souvent polychorales – publiées à Venise en 1596 pour les motets, 1605 pour les Sacrae Cantiones, témoignages de son art consommé de la mélodie et de l’harmonie. En guise de comparaison, les ensembles Voces Suaves – vocal – et Concerto Scirocco – instrumental – ont choisi d’inclure quelques œuvres des deux Gabrieli, Andrea et son neveu Giovanni, Guami et Merulo, tous des contemporains dans un mouchoir de poche allant du milieu du XVIe siècle jusqu’au début du suivant. Cornets, sacqueboutes, violes, douçaines et orgue (celui, construit en 1565, de l’église de Mantoue, dans lequel est d’ailleurs enregistré l’album) répondent aux voix dans la richissime et pourtant intime sonorité du lieu. © SM/Qobuz
16,49 CHF
10,99 CHF

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Ambronay Éditions

Hi-Res Livret
3,99 CHF
2,99 CHF

Classique - Paru le 27 avril 2018 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res