Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD10,99 CHF

Jazz contemporain - Paru le 15 octobre 2012 | Label Bleu

Distinctions Victoire du jazz - Qobuz Référence
Troisième opus pour le jeune Thomas Enhco, 24 ans, qui signe avec ce Fireflies un album personnel, dans la veine des deux précédents : Esquisse (2006) et Someday My Prince Will Come (2009) ; à signaler qu'un album existe, sorti au Japon, Blue In Green. Pianiste, violoniste, compositeur et chef d'orchestre, le petit fils de Jean-Claude Casadesus aime la musique sans distinction de style ou de genre. Le jazz est une manière de s'exprimer en toute liberté - l'improvisation est son royaume - mais n'est pas son obsession. Ces « lucioles » (Fireflies) viennent confirmer ce musicien original sur une scène jazz déjà bien occupée par des pianistes « vingtenaires » : Tigran Hamasyan, Yaron Herman, Shaï Maestro, Paul Lay, Armel Dupas, Tony Tixier, Gregory Privat. Thomas Enhco a la culture classique affirmée. Après des années d'étude du violon et du piano (au CMDL, l'école de Didier Lockwood, son beau-père, puis au CNSMDP, Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris), Thomas Enhco se distingue par une virtuosité contenue et une grande finesse de doigté. Il dispose, et c'est un réel atout, d'un trio rodé, fidèle, soudé, constitué de Chris Jennings à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie. Le répertoire repose sur ses compositions personnelles à l'exception de la rêverie de Schumann, la Traümerei, dont il donne un joli point de vue. Avec son trio et à l'occasion de cet album, il se voit attribuer la Victoire du Jazz « Révélation 2013 » lors du festival Jazz à Vienne.
A partir de :
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 8 avril 2016 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Inouï », c’est la seule chose que l’on peut dire : car qui a déjà ouï la Sonate pour deux piano(forte)s K. 448 de Mozart jouée au piano et au marimba ? C’est ce défi insensé qu’ont relevé avec maestria le pianiste Thomas Enhco et la géniale marimbiste bulgare Vassilena Serafimova, une virtuose invraisemblable, dans une transcription qu’ils ont signée conjointement. Gageons que Mozart n’aurait certes rien eu à redire à cette transformation et que s’il avait connu Vassilena Serafimova, il lui aurait consacré des brouettes d’œuvres originales… Le plus étonnant est que Thomas Enhco vient a priori du milieu du jazz, qu’il a découvert par le truchement de son beau-père Didier Lockwood – Enhco est d’ailleurs lui-même violoniste en plus de pianiste – ; une bonne partie du programme de cet album propose des œuvres de sa plume, d’autres sont signées Serafimova, une propose une pièce commune… Un disque parfaitement inclassable dont une partie appartient au domaine classique – Bach, Mozart, Fauré –, une autre au jazz improvisé pur, une troisième au crossover. Nous invitons donc tout autant les auditeurs classiques que ceux du jazz à venir goûter ce fruit jusqu’ici parfaitement inconnu. © SM/Qobuz« Le duo que forment le pianiste Thomas Enhco et la joueuse de marimba Vassilena Serafimova constitue également une surprise. Mozart (Sonate K.448), Bach (Sonate BWV 1001), Saint-Saëns (l’Aquarium du Carnaval des animaux), les Rolling Stones (Bitter Sweet Symphony) et Fauré (Pavane) occupent l’essentiel du programme. Avec cet étonnant duo, les curieux seront comblés par la dignité et la délicatesse du traitement.» (Classica, mai 2016 / Jean-Pierre Jackson)
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD23,49 CHF

Classique - Paru le 19 mars 2021 | Masterworks

Hi-Res Livret
Aujourd’hui encore, la musique de Johann Sebastian Bach continue de résonner et d’inspirer de nouvelles générations d’artistes. Bien au-delà de l’âge baroque, religieux, qui l’a vue naître, loin du clavecin, des chorals ou de l’orgue pour lesquels elle fut composée, elle se laisse réinventer. "Bach Mirror", le second projet de Vassilena Serafimova et de Thomas Enhco pour Sony Classical, en donne une nouvelle preuve miroitante. Cette suite de treize éclats s’inspire en toute liberté de la musique du compositeur allemand, comme autant de jeux de miroirs avec les compositions originales, des miroirs aux reflets éclatés, inversés, troubles ou démultipliés. Dans Avalanche, sur laquelle s’ouvre l'album, on reconnaît l’inspiration du Prélude en ut mineur du Livre I du Clavier bien tempéré tandis que Cantata naît de la douce et célèbre aria de la cantate BWV 208, mais s’en éloigne dans un miroitement nouveau. Silence n’est pas une simple transposition mais semble provenir d’un autre monde, qui connaît Satie et Debussy, l’art des soupirs et les jeux d’eaux. D’un motif, d’une harmonie, d’une humeur, Thomas Enhco et Vassilena Serafimova tirent des créations nouvelles où le son chaud et rond du marimba danse avec celui, cristallin, du piano. Pour ces musiciens polyvalents férus de percussions et de syncopes, la musique de Johann Sebastian Bach n’est pas que contrepoints et architecture, c’est un souffle rythmique. "Bach Mirror", de bout en bout, est porté par des tempos allègres, virtuoses et vivifiants. Et par deux musiciens qui s’amusent comme des enfants sautent dans les flaques : pour le plaisir de regarder les nuages et le ciel changer dans les reflets. Et quand tout s’arrête, presque par surprise, on reste suspendu, un peu étourdi au bord d’un abîme, loin, très loin d’un simple hommage. © Sony Classical
A partir de :
HI-RES30,99 CHF
CD23,49 CHF

Classique - Paru le 15 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 9 mars 2015 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret
A 26 ans seulement, Thomas Enhco a le CV d’un vétéran. Déjà trois albums sous le bras et des collaborations avec un nombre impressionnant de confrères venus certes du jazz mais aussi du classique ou de la chanson (Mike Stern, Jack DeJohnette, Maxim Vengerov, Vadim Repin, Daniel Humair, Ibrahim Maalouf, Jane Birkin, Christophe pour n’en citer que quelques-uns), le jeune pianiste parisien ajoute une nouvelle pièce essentielle à son puzzle personnel en signant Feathers, son premier album de piano solo. Un disque en forme de véritable torrent de musique où son art de l’improvisation prend une nouvelle dimension. Dans la tradition d’un Keith Jarrett – l’une de ses idoles – brouillant les frontières entre jazz et classique, Thomas Enhco se fait ici conteur, tantôt lyrique et habité, parfois fougueux et agité mais aussi posé et en total introspection. Un superbe voyage pianistique fascinant. © MD/Qobuz
A partir de :
CD17,99 CHF

Classique - Paru le 8 avril 2016 | Universal Music Division Decca Records France

Livret
« Inouï », c’est la seule chose que l’on peut dire : car qui a déjà ouï la Sonate pour deux piano(forte)s K. 448 de Mozart jouée au piano et au marimba ? C’est ce défi insensé qu’ont relevé avec maestria le pianiste Thomas Enhco et la géniale marimbiste bulgare Vassilena Serafimova, une virtuose invraisemblable, dans une transcription qu’ils ont signée conjointement. Gageons que Mozart n’aurait certes rien eu à redire à cette transformation et que s’il avait connu Vassilena Serafimova, il lui aurait consacré des brouettes d’œuvres originales… Le plus étonnant est que Thomas Enhco vient a priori du milieu du jazz, qu’il a découvert par le truchement de son beau-père Didier Lockwood – Enhco est d’ailleurs lui-même violoniste en plus de pianiste – ; une bonne partie du programme de cet album propose des œuvres de sa plume, d’autres sont signées Serafimova, une propose une pièce commune… Un disque parfaitement inclassable dont une partie appartient au domaine classique – Bach, Mozart, Fauré –, une autre au jazz improvisé pur, une troisième au crossover. Nous invitons donc tout autant les auditeurs classiques que ceux du jazz à venir goûter ce fruit jusqu’ici parfaitement inconnu. © SM/Qobuz « Le duo que forment le pianiste Thomas Enhco et la joueuse de marimba Vassilena Serafimova constitue également une surprise. Mozart (Sonate K.448), Bach (Sonate BWV 1001), Saint-Saëns (l’Aquarium du Carnaval des animaux), les Rolling Stones (Bitter Sweet Symphony) et Fauré (Pavane) occupent l’essentiel du programme. Avec cet étonnant duo, les curieux seront comblés par la dignité et la délicatesse du traitement.» (Classica, mai 2016 / Jean-Pierre Jackson)
A partir de :
HI-RES6,49 CHF
CD5,49 CHF

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
A partir de :
CD17,99 CHF

Jazz - Paru le 9 mars 2015 | Universal Music Division Decca Records France

Livret
Bercé par la musique classique émanant d'une lignée de musiciens doués (son père n'est autre que le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus), Thomas Enhco s'est fait un nom dans le jazz contemporain avec ses trois albums précédents travaillés en trio, Esquisse (2006), Someday My Prince Will Come (2010) et Fireflies (2012). Avec ce premier opus réalisé en solitaire, l'héritage familial ressort davantage au long des huit séquences composées par le pianiste.Écrit en majeure partie à New York, Feathers évoque selon son auteur les différentes étapes d'une histoire d'amour, racontées par un piano volubile, instrument idéal pour ce qui est de transmettre toute la gamme d'émotions y afférant : la rêverie de « Watching You Sleep » que l'on croirait tirée d'un cahier de Debussy ; la passion folle de « Looking for the Moose », pièce maîtresse et savante exprimant l'enthousiasme et ses battements de coeur ; « Je voulais te dire » où la violence des sentiments laisse place à la réflexion, voire au doute ; et ainsi de suite du malicieux « Mischievous », multipliant les détours, et de « The Last Night of February », jouant sur deux tableaux (mineur et majeur).Les plumes (feathers) du recueil sont à la fois celles de la légèreté des jambes, de la tête et du coeur qui s'emballent, et les traces qu'elles laissent quand l'histoire prend fin ou mauvaise tournure, comme dans « Letting You Go ». Les sentiments laissent alors place aux souvenirs de « Sand Creek Song » et de « I'm Fine, Thank You ». En équilibre entre l'écriture et l'improvisation, Thomas Enhco démontre une nouvelle fois ses qualités de compositeur éclectique et de virtuose sensible. © ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2015
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Classique - Paru le 11 décembre 2020 | Masterworks

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 CHF
CD2,99 CHF

Techno - Paru le 18 juin 2021 | Masterworks

Hi-Res
A partir de :
HI-RES35,99 CHF
CD30,99 CHF

Classique - Paru le 17 septembre 2021 | Masterworks

Hi-Res
A partir de :
CD10,59 CHF

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Fireflies Music

L'interprète

Thomas Enhco dans le magazine