Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 mai 1989 | Sony Music UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme tous les groupes trop fortement assimilés à un mouvement précis, The Stone Roses ne figure dans les encyclopédies du rock qu’au détour de quelques lignes situant le contexte (« Madchester », la redite du « Summer of Love » en 1989...), n’évoquant le groupe lui-même que par le biais d’une poignée de symboles d’ordre visuel (les pantalons « baggy », les bobs de Reni, les pochettes de disques d’un John Squire sous influence Pollock...) et / ou d’une description purement analytique de sa musique (une écriture pop au classicisme éprouvé, tentée par le psychédélisme et lorgnant sur le groove funk et house). En revanche, ce qui est plus rarement évoqué, c’est que le premier album de The Stone Roses incarne à lui seul la jeunesse dans ce qu’elle a de plus bouleversant (« Made of Stone »), de plus délicieusement arrogant (« I Wanna Be Adored »), de plus irrésistible (« She Bangs The Drums ») et de plus mystérieux (« Elizabeth My Dear », écho insondable du « Scarborough Fair » de Simon & Garfunkel). Magnétique et insaisissable, à l’image de la pulsation vitale qui anime « I Am The Resurrection », époustouflant morceau final qui s’envole vers les cieux, ce disque ne pouvait pas avoir de successeur : les seules alternatives offertes à la jeunesse étant de vieillir ou de mourir, le destin du groupe était scellé au moment même où sortait l’album. The Stone Roses est donc mort ; mais The Stone Roses – le plus beau cadeau fait au rock anglais dans cette décennie – lui, est éternel. © ©Copyright Music Story 2021
A partir de :
CD17,99 CHF

Rock - Paru le 1 janvier 1994 | Geffen

Pour qui avait adoré le premier album de The Stone Roses, Second Coming fut une déception immense et totale. Rien d'étonnant à cela : la séparation du groupe approchait alors à grands pas, mais elle est déjà patente sur ce disque, où les musiciens, peu concernés, déroulent de longues jams informes (« Breaking Into Heaven », « Daybreak »), ou laissent libre cours à leurs penchants les plus douteux (l'ambiance patchouli de « Tightrope », les gros riffs de « Driving South » ou « Love Spreads »...). Il ne faut donc pas apprécier cet album pour ce qu'il rappelle des splendeurs passées (la pop des débuts n'apparaît plus ici que par intermittence, sur « How Do You Sleep » ou « Ten Storey Love Song »), mais pour ce qu'il laisse entrevoir de la route que suivra chacun des musiciens après la rupture. Ainsi, « Good Times » est un exercice britpop à la Oasis, comme en délivreront à la chaîne The Seahorses, futur groupe de John Squire ; « Your Star Will Shine » habille une composition très classique d'une production subtile et travaillée, à l'image des oeuvres futures de Ian Brown ; « Begging You » donne un excellent avant-goût des lignes de basse telluriques que développera Mani au sein de Primal Scream ; et même les plages de silence à la fin du disque semblent préfigurer le retrait de Reni du circuit musical. A l'image (toutes proportions gardées) du Double Blanc des Beatles, Second Coming est donc moins un album qu'un puzzle. Forcément monstrueux, c'est là l'oeuvre d'un groupe qui a déjà implosé. © ©Copyright Music Story Thibaut Losson 2021
A partir de :
CD45,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 mars 1989 | Silvertone

Comme tous les groupes trop fortement assimilés à un mouvement précis, The Stone Roses ne figure dans les encyclopédies du rock qu’au détour de quelques lignes situant le contexte (« Madchester », la redite du « Summer of Love » en 1989...), n’évoquant le groupe lui-même que par le biais d’une poignée de symboles d’ordre visuel (les pantalons « baggy », les bobs de Reni, les pochettes de disques d’un John Squire sous influence Pollock...) et / ou d’une description purement analytique de sa musique (une écriture pop au classicisme éprouvé, tentée par le psychédélisme et lorgnant sur le groove funk et house). En revanche, ce qui est plus rarement évoqué, c’est que le premier album de The Stone Roses incarne à lui seul la jeunesse dans ce qu’elle a de plus bouleversant (« Made of Stone »), de plus délicieusement arrogant (« I Wanna Be Adored »), de plus irrésistible (« She Bangs The Drums ») et de plus mystérieux (« Elizabeth My Dear », écho insondable du « Scarborough Fair » de Simon & Garfunkel). Magnétique et insaisissable, à l’image de la pulsation vitale qui anime « I Am The Resurrection », époustouflant morceau final qui s’envole vers les cieux, ce disque ne pouvait pas avoir de successeur : les seules alternatives offertes à la jeunesse étant de vieillir ou de mourir, le destin du groupe était scellé au moment même où sortait l’album. The Stone Roses est donc mort ; mais The Stone Roses – le plus beau cadeau fait au rock anglais dans cette décennie – lui, est éternel. © ©Copyright Music Story 2021
A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 juin 2012 | Sony Music UK

A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 juillet 1992 | Sony Music UK

Peu attirant de prime abord, Turns Into Stone, par sa nature même (une compilation de titres uniquement publiés en singles), est le genre d'album que l'on s'empresse habituellement de classer dans la catégorie « Pour fans uniquement ». A l'exception dans le cas présent, et à la différence de l'autre compilation sortie du vivant du groupe (The Complete Stone Roses), le tracklisting se limite à la période où The Stone Roses était en état de grâce (1988-1990, soit après les débuts hésitants et avant le ravage des drogues), ainsi qu'aux morceaux absents du premier album ; de plus, un tri minutieux a été effectué parmi les morceaux en question (pas de trace du fatiguant collage « Full Fathom Five », par exemple), et les pièces majeures sont présentées dans leur intégralité (ah, les dix minutes hallucinées de « Fools Gold »...). Le résultat, d'une surprenante cohérence, s'écoute exactement comme s'il s'agissait d'un véritable album studio, restituant à merveille l'équilibre subtil qui faisait tout le prix de la musique du groupe à cette époque, entre candeur juvénile et groove canaille. Oubliez Second Coming ; le vrai deuxième album de The Stone Roses, c'est celui-ci. © ©Copyright Music Story Thibaut Losson 2021
A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 6 mai 1995 | Silvertone

A partir de :
CD30,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 7 août 2009 | Silvertone

Comme tous les groupes trop fortement assimilés à un mouvement précis, The Stone Roses ne figure dans les encyclopédies du rock qu’au détour de quelques lignes situant le contexte (« Madchester », la redite du « Summer of Love » en 1989...), n’évoquant le groupe lui-même que par le biais d’une poignée de symboles d’ordre visuel (les pantalons « baggy », les bobs de Reni, les pochettes de disques d’un John Squire sous influence Pollock...) et / ou d’une description purement analytique de sa musique (une écriture pop au classicisme éprouvé, tentée par le psychédélisme et lorgnant sur le groove funk et house). En revanche, ce qui est plus rarement évoqué, c’est que le premier album de The Stone Roses incarne à lui seul la jeunesse dans ce qu’elle a de plus bouleversant (« Made of Stone »), de plus délicieusement arrogant (« I Wanna Be Adored »), de plus irrésistible (« She Bangs The Drums ») et de plus mystérieux (« Elizabeth My Dear », écho insondable du « Scarborough Fair » de Simon & Garfunkel). Magnétique et insaisissable, à l’image de la pulsation vitale qui anime « I Am The Resurrection », époustouflant morceau final qui s’envole vers les cieux, ce disque ne pouvait pas avoir de successeur : les seules alternatives offertes à la jeunesse étant de vieillir ou de mourir, le destin du groupe était scellé au moment même où sortait l’album. The Stone Roses est donc mort ; mais The Stone Roses – le plus beau cadeau fait au rock anglais dans cette décennie – lui, est éternel. © ©Copyright Music Story 2021
A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 3 décembre 2002 | Silvertone

Given the glut of Stone Roses compilations, it's easy to assume that there's already been a collection called The Very Best of the Stone Roses prior to this 2002 release, or at least one that does something similar to its career-spanning overview. No, this is the first disc to run from "Sally Cinnamon" to "Ten Storey Love Song," the first to sketch the band's great promise, glory days, and bewildering downfall. Though there are album versions of songs instead of singles on occasion on this collection, there's nothing rare and nothing that any Stone Roses fan doesn't already have. Nor does it shine as brightly as their debut. That said, the song selection can't be faulted, and the non-chronological sequencing proves that the Roses' lambasted second album did, in fact, have several excellent moments (all of which can be found here) that fit well next to the best of the debut. For that reason, it may be worthwhile for the hardcore, but this is truly for those that want all the singles on one, nicely packaged disc. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop - Paru le 30 octobre 2000 | Silvertone

A partir de :
CD4,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 24 juillet 2009 | Sony Music UK

A partir de :
CD4,79 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2017 | Black Records

A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 août 2010 | Sony Music UK

A partir de :
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 27 octobre 1992 | Silvertone

Peu attirant de prime abord, Turns Into Stone, par sa nature même (une compilation de titres uniquement publiés en singles), est le genre d'album que l'on s'empresse habituellement de classer dans la catégorie « Pour fans uniquement ». A l'exception dans le cas présent, et à la différence de l'autre compilation sortie du vivant du groupe (The Complete Stone Roses), le tracklisting se limite à la période où The Stone Roses était en état de grâce (1988-1990, soit après les débuts hésitants et avant le ravage des drogues), ainsi qu'aux morceaux absents du premier album ; de plus, un tri minutieux a été effectué parmi les morceaux en question (pas de trace du fatiguant collage « Full Fathom Five », par exemple), et les pièces majeures sont présentées dans leur intégralité (ah, les dix minutes hallucinées de « Fools Gold »...). Le résultat, d'une surprenante cohérence, s'écoute exactement comme s'il s'agissait d'un véritable album studio, restituant à merveille l'équilibre subtil qui faisait tout le prix de la musique du groupe à cette époque, entre candeur juvénile et groove canaille. Oubliez Second Coming ; le vrai deuxième album de The Stone Roses, c'est celui-ci. © ©Copyright Music Story Thibaut Losson 2021
A partir de :
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 10 juin 2016 | EMI

A partir de :
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 12 mai 2016 | EMI

A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 juin 1995 | Silvertone

The title's a bit of a misnomer. The Complete Stone Roses concentrates on the band's first album, compiling the A- and B-sides of the group's hits from "Elephant Stone" to "One Love." In addition to the familiar material, the disc includes rare, early singles like "So Young" and "Sally Cinnamon" for the first time on compact disc, giving their classic material some context. The loud guitars of "So Young" are clearly the work of a hesitant band, while "Sally Cinnamon" is the first indication of John Squire's gift for ringing, melodic guitar hooks. However, their inclusion -- as well as the appearance of the B-sides, which lack the consistent brilliance of "I Wanna Be Adored," "She Bangs the Drums," "Elephant Stone," "Waterfall," etc. -- make The Complete Stone Roses a flawed introduction to the band. Nevertheless, there's a fair amount of classic pop here, and the rarities are necessary for dedicated fans. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD21,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 juillet 2008 | Sony BMG Music UK

A partir de :
CD4,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 17 juillet 2009 | Sony Music UK

A partir de :
CD4,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 31 juillet 2009 | Sony Music UK

A partir de :
CD4,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 8 juillet 2009 | Sony Music UK

L'interprète

The Stone Roses dans le magazine
  • QIBUZ / Lundi 24 octobre 2011
    QIBUZ / Lundi 24 octobre 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...