Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES57,99 CHF
CD49,99 CHF

Rock - Paru le 9 octobre 2020 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
Après Dead Man’s Pop, magnifique coffret consacré à leur sixième album Don’t Tell a Soul, le label Rhino propose la Deluxe Edition de Pleased to Meet Me, LE grand chef d’œuvre des Replacements. Originaires de Minneapolis, les Mats – comme les surnommaient leurs fans – furent sans aucun doute l’un des groupes les plus essentiels du rock indé d’Outre-Atlantique. Dans ce périmètre, ces chouchous des campus sauveront même la décennie 80. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande d’énervés plus barges les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Replacements avaient inventé une version viscéralement punk du rock’n’roll à la Rolling Stones sur des textes narrant, au fil des ans et des albums, plus la frustration que la révolte… Paru en avril 1987, Pleased to Meet Me est d’abord marqué par l’absence de Bob Stinson, viré pour sa surconsommation de drogue et d’alcool. Derrière la console, la bande (réduite) de Westerberg a surtout engagé Jim Dickinson, pianiste/producteur haut en couleurs sur le CV duquel on croise le nom d’Aretha Franklin, Bob Dylan, Big Star, Rolling Stones, Ry Cooder, Cramps, Screamin' Jay Hawkins, Flamin' Groovies ou bien encore Primal Scream. Lieu du crime : les mythiques studios Ardent de Memphis, là même où Big Star, le groupe d’Alex Chilton, idole ultime de Paul Westerberg, a enregistré ses trois albums dont Third/Sister Lovers, produit par Dickinson justement. La boucle est bouclée quand on sait que la seconde chanson de Pleased to Meet Me s’intitule justement Alex Chilton.Avec ce cinquième album, grâce notamment à Dickinson, le punk rock s’estompe dans l’ADN des Mats pour laisser place à davantage de diversité, qu’elle soit soul, folk ou rock, et des instruments inhabituels chez eux (le saxophone sur I Don't Know et Nightclub Jitters, une section de cuivres sur Can't Hardly Wait). Mais le point d’orgue de ce cinquième opus restent les chansons de Westerberg qui fusionnent à la perfection l’énergie juvénile et brute du rock’n’roll, ses thématiques éternelles (frustration ado, rejet de l’establishment, addictions, anxiété et amours déçus) sans tomber dans les clichés, le tout rehaussé par un sens aigu de la mélodie qui tue. Cette Deluxe Edition propose en plus d’une salvatrice remastérisation une vingtaine d’inédits dont des démos enregistrées à Minneapolis avant le renvoi de Bob Stinson, des rough mix, faces B et autres alternative takes. Indispensable ! © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES65,99 CHF
CD57,99 CHF

Rock - Paru le 27 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Best New Reissue
Les Replacements, c’est cet essentiel groupe de rock indé américain qui sauva la décennie 80 sans jamais réussir à réellement percer en France. Une formation née à Minneapolis et dont les albums Let It Be (1984) et Pleased To Meet Me (1987) résonneront alors bien fort sur les campus universitaires. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande de musiciens énervés plus azimutés les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Mats – comme les surnommaient leurs fans – offraient une version viscéralement punk du rock’n’roll à la Rolling Stones sur des textes narrant, au fil des ans et des albums, plus la frustration que la rébellion…Centré autour de Don’t Tell a Soul, leur sixième album pourtant loin d’être un chef d’œuvre, ce coffret Dead Man’s Pop réunit 60 titres sur 4 CD. Même si le disque paru en février 1989 fut leur plus grosse vente, Westerberg et ses amis en critiqueront le son, le mix et la production. Ce coffret qui paraît trente ans plus tard propose de rétablir leur vérité rêvée, bien moins bodybuildée, lissée et maquillée qu’à l’époque, avec un mix plus brut du producteur Matt Wallace basé sur son Paisley Park mix de 1988 (Don’t Tell A Soul Redux). En prime, des wagons d’inédits comme une session avec Tom Waits (We Know The Night: Rare & Unreleased) et un concert mythique enregistré en juin 1989 à l’University of Wisconsin-Milwaukee (The Complete Inconcerated Live). Une somme assez maousse pour régaler les fans des Mats et permettre aux novices de découvrir un groupe majeur des années 80. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2008 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
Pour beaucoup, Pleased to Meet Me est LE grand chef d’œuvre des Replacements. Originaires de Minneapolis, les Mats – comme les surnommaient leurs fans – furent sans aucun doute l’un des groupes les plus essentiels du rock indé d’Outre-Atlantique. Dans ce périmètre, ces chouchous des campus sauveront même la décennie 80. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande d’énervés plus barges les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Replacements avaient inventé une version viscéralement punk du rock’n’roll à la Rolling Stones sur des textes narrant, au fil des ans et des albums, plus la frustration que la révolte… Paru en avril 1987, Pleased to Meet Me est d’abord marqué par l’absence de Bob Stinson, viré pour sa surconsommation de drogue et d’alcool. Derrière la console, la bande (réduite) de Westerberg a surtout engagé Jim Dickinson, pianiste/producteur haut en couleurs sur le CV duquel on croise le nom d’Aretha Franklin, Bob Dylan, Big Star, Rolling Stones, Ry Cooder, Cramps, Screamin' Jay Hawkins, Flamin' Groovies ou bien encore Primal Scream. Lieu du crime : les mythiques studios Ardent de Memphis, là même où Big Star, le groupe d’Alex Chilton, idole ultime de Paul Westerberg, a enregistré ses trois albums dont Third/Sister Lovers, produit par Dickinson justement. La boucle est bouclée quand on sait que la seconde chanson de Pleased to Meet Me s’intitule justement Alex Chilton.Avec ce cinquième album, grâce notamment à Dickinson, le punk rock s’estompe dans l’ADN des Mats pour laisser place à davantage de diversité, qu’elle soit soul, folk ou rock, et des instruments inhabituels chez eux (le saxophone sur I Don't Know et Nightclub Jitters, une section de cuivres sur Can't Hardly Wait). Mais le point d’orgue de ce cinquième opus restent les chansons de Westerberg qui fusionnent à la perfection l’énergie juvénile et brute du rock’n’roll, ses thématiques éternelles (frustration ado, rejet de l’establishment, addictions, anxiété et amours déçus) sans tomber dans les clichés, le tout rehaussé par un sens aigu de la mélodie qui tue. Indispensable ! © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 2 octobre 1984 | Ryko - Rhino

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 2008 | Ryko - Rhino

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD25,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 6 octobre 2017 | Rhino - Warner Records

Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Les Replacements furent cet essentiel groupe de rock’n’roll américain qui sauva la décennie 80 sans jamais réussir à percer en France. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – l’immense Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande de musiciens pêchus plus azimutés les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Mats (comme les surnommaient leurs fans) offraient une version viscéralement punk du rock à la Stones. Du basic toujours impeccablement écrit et dont l'art est ici offert en live sur la petite scène de Maxwell's à Hoboken, face à Manhattan. Un concert coup de poing inédit de février 1986 alors que les Mats avaient déjà publié Sorry Ma, Forgot To Take Out The Trash (1981), Stink (1982), Hootenanny (1983), Let It Be (1984) et Tim (1985) et s’apprêtaient à sortir Pleased To Meet Me, l’année suivante. © MZ/Qobuz
A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2008 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 23 septembre 2008 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
A partir de :
CD32,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 octobre 2010 | Warner Records

A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 septembre 2008 | Rhino - Warner Records

A partir de :
CD21,49 CHF

Rock - Paru le 3 mars 1987 | Sire

Pour beaucoup, Pleased to Meet Me est LE grand chef d’œuvre des Replacements. Originaires de Minneapolis, les Mats – comme les surnommaient leurs fans – furent sans aucun doute l’un des groupes les plus essentiels du rock indé d’Outre-Atlantique. Dans ce périmètre, ces chouchous des campus sauveront même la décennie 80. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande d’énervés plus barges les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Replacements avaient inventé une version viscéralement punk du rock’n’roll à la Rolling Stones sur des textes narrant, au fil des ans et des albums, plus la frustration que la révolte… Paru en avril 1987, Pleased to Meet Me est d’abord marqué par l’absence de Bob Stinson, viré pour sa surconsommation de drogue et d’alcool. Derrière la console, la bande (réduite) de Westerberg a surtout engagé Jim Dickinson, pianiste/producteur haut en couleurs sur le CV duquel on croise le nom d’Aretha Franklin, Bob Dylan, Big Star, Rolling Stones, Ry Cooder, Cramps, Screamin' Jay Hawkins, Flamin' Groovies ou bien encore Primal Scream. Lieu du crime : les mythiques studios Ardent de Memphis, là même où Big Star, le groupe d’Alex Chilton, idole ultime de Paul Westerberg, a enregistré ses trois albums dont Third/Sister Lovers, produit par Dickinson justement. La boucle est bouclée quand on sait que la seconde chanson de Pleased to Meet Me s’intitule justement Alex Chilton.Avec ce cinquième album, grâce notamment à Dickinson, le punk rock s’estompe dans l’ADN des Mats pour laisser place à davantage de diversité, qu’elle soit soul, folk ou rock, et des instruments inhabituels chez eux (le saxophone sur I Don't Know et Nightclub Jitters, une section de cuivres sur Can't Hardly Wait). Mais le point d’orgue de ce cinquième opus restent les chansons de Westerberg qui fusionnent à la perfection l’énergie juvénile et brute du rock’n’roll, ses thématiques éternelles (frustration ado, rejet de l’establishment, addictions, anxiété et amours déçus) sans tomber dans les clichés, le tout rehaussé par un sens aigu de la mélodie qui tue. Indispensable ! © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 21 septembre 1990 | Sire

A partir de :
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 29 avril 1983 | Ryko - Rhino

A partir de :
CD21,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 23 septembre 2008 | Rhino - Warner Records

A partir de :
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 janvier 1989 | Sire

A partir de :
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 avril 2008 | Ryko - Rhino

A partir de :
HI-RES2,99 CHF
CD2,99 CHF

Rock - Paru le 16 juillet 2020 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
A partir de :
CD16,99 CHF

Rock - Paru le 25 août 1981 | Ryko - Rhino

A partir de :
CD21,49 CHF
Tim

Alternatif et Indé - Paru le 16 octobre 1985 | Sire

A partir de :
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 septembre 2017 | Rhino - Warner Records

L'interprète

The Replacements dans le magazine
  • Une p'tite pièce pour Slim !
    Une p'tite pièce pour Slim ! Parution d'un superbe album caritatif pour aider l'ancien guitariste des Replacements, Slim Dunlap...
  • QIBUZ / Lundi 19 août 2013
    QIBUZ / Lundi 19 août 2013 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non?
  • QIBUZ / Lundi 8 octobre 2012
    QIBUZ / Lundi 8 octobre 2012 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...