Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES19,99 CHF
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 août 2019 | Human Season Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime
Dublin, épicentre d’un nouveau séisme post-punk. Après Fontaines D.C.  et Girl Band, avec qui ils ont partagé un espace de répétition, voici les cinq Irlandais de The Murder Capital et leurs angoisses claustro-urbaines. Ils sont postapocalyptiques, 80’s, tendres, furieux, émus et émouvants. Reprenant les codes de Joy Division, The Cure ou encore Fugazi, leur premier album s’intitule When I Have Fears d’après un poème de John Keats. Choix éloquent que le frontman James McGovern résume ainsi : « Ce serait trop facile d’écrire un album de 10 chansons de punk à 170 BPM […], ça doit être une réflexion de ce qui est dans nos têtes et il est impossible de rester énervé aussi longtemps ». À la source de ce manifeste de la nuance, partagé entre romantisme sulfureux et sursauts de rage déchaînée, les revendications sociopolitiques du chanteur, qui attribue l’origine de son projet à un évènement traumatique, le suicide d’un ami proche. « Nous voulions refléter la négligence à l’égard de la santé mentale en Irlande », affirme-t-il. La plume du baryton ténébreux puise dans l’héritage littéraire de l’île d’Emeraude pour dresser le tableau cinglant d’une jeunesse en pleine errance, dont les communautés fracturées sont marquées par l’alcoolisme et les drogues dures. Ses propos sont soulignés par des arrangements aiguisés, dépouillés au maximum pour communiquer un sentiment d’urgence des plus sinistres. Néanmoins, la batterie fracassante de Diarmuid Brennan – quel jeu de charley ! – dans Don’t Cling to Life, ainsi que le piano et les murmures fantomatiques de How the Streets Adore Me Now, démontrent que l’ensemble est capable de s’affranchir du cadre formel du post-punk des années 2000, en ce qu’il avait de binaire et de restrictif. When I Have Fears est 100 % dublinois, sublimant la misère et le froid sans jamais céder en sincérité et en puissance. Un Qobuzissime aussi fulgurant que sensible. © Alexis Renaudat/Qobuz
HI-RES4,99 CHF
CD4,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 6 mai 2020 | Human Season Records

Hi-Res
CD16,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 août 2019 | Human Season Records

Originaire de Dublin, en Irlande, The Murder Capital est une formation post-punk qui n’est pas sans rappeler ses aînés de Fontains D.C., Shame ou par certains aspects Joy Division. C’est principalement grâce à ses shows énergiques que la formation a commencé à faire parler d’elle sur les réseaux sociaux, notamment YouTube, où le puissant « More Is Less » a commencé à forger leur solide réputation de groupe de scène sans concession.   Pourtant, aucun single, aucun EP n’avait alors été enregistré et il a fallu attendre cette année pour que cette sensation virale se matérialise par la sortie de deux simples explosifs, « Feeling Fades » et « Green Blue », annonçant la sortie imminente de When I Have Fears, premier opus très attendu de The Murder Capital. Avec leurs déluges de guitares, une section rythmique lourde à souhait portée par une basse vrombissante et un chant habité, ces deux premières salves portaient l’empreinte marquante de Flood, vu notamment aux côtés de PJ Harvey, Nick Cave & The Bad Seeds ou plus récemment Foals. Mais il ne faut pas se laisser piéger par les étiquettes, et The Murder Capital a beau porter les espoirs du rock irlandais, son univers musical se révèle peu à peu beaucoup plus large à l’écoute de When I Have Fears. Il existe une véritable noirceur, une intensité et une profondeur rares dans cet opus roboratif et cathartique pour le groupe, qui a dû affronter le suicide d’un proche, expliquant sans aucun doute cette sensation impalpable que la mort rôde partout et que leur musique est un combat acharné contre elle. Extraordinairement charismatique, le chant de James McGovern prend toute son ampleur sur des titres tels que « More Is Less », le magnifique et sobre « On Twisted Ground », entorse à l’une des règles du post-punk qui voudrait que l’émotion vienne avec le bruit. Mais le plus beau morceau de l’album demeure « Don’t Cling To Life », dont l’urgence se manifeste sur un pont obsédant. © ©Copyright Music Story Olivier Roubin 2019
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 avril 2019 | Human Season Records

CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 janvier 2019 | Human Season Records

CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 avril 2019 | Human Season Records

CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 9 juillet 2019 | Human Season Records

CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 13 août 2019 | Human Season Records

L'interprète

The Murder Capital dans le magazine
  • The Murder Capital : les nouveaux Dubliners
    The Murder Capital : les nouveaux Dubliners Dublin, épicentre d’un nouveau séisme post-punk. Après Fontaines D.C et Girl Band, découvrez les cinq Irlandais de The Murder Capital et leurs angoisses claustro-urbaines. Un Qobuzissime dont la no...