Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES34,49 CHF
CD24,49 CHF

Reggae - Paru le 20 avril 2018 | A&M

Hi-Res Livret Distinctions Grammy Awards
Sting et Shaggy : pas si surprenant comme tandem. En 1979, le leader de Police sortait Reggatta de Blanc, un second album sous influence jamaïcaine qui nourrissait la vague punky reggae versée par les Britanniques Clash, PIL, Ruts, Madness comme Bob Marley lui-même. Fasciné depuis toujours par les rythmes caribéens, Gordon Sumner ne s'en est finalement jamais détaché. Alors, quand son manager Martin Kierszenbaum, qui travaille avec Shaggy, lui fait écouter son prochain carton dancehall, le bassiste fait le déplacement depuis sa maison de Malibu pour chanter dessus. L'entente entre le Jamaïcain et l’ex-Police étant au zénith, le titre deviendra le single Don't Make Me Wait, et six mois plus tard, 44/876 était boucléen tandem. De Crooked Tree à Dreaming in the USA, qui redore le blason américain, les deux compères parviennent, entre reggae, dancehall et pop catchy, à un album des plus surprenants, sans jamais tomber dans le ridicule. « L'album dont le monde a besoin », selon Orville Richard Burrell alias Shaggy… © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 3 mars 1993 | A&M

Distinctions Sélection du Mercury Prize
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | A&M

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES34,49 CHF
CD24,49 CHF

Pop/Rock - Paru le 24 mai 2019 | A&M - Interscope Records

Hi-Res Livret
« Voici ma vie en chansons. Qu'elles soient reconstruites, rapiécées ou même ornées d'un nouveau cadre, elles restent très actuelles », peut-on lire dans le descriptif de ce disque qui est, par conséquent, davantage qu’une simple compilation des tubes de Sting (en solo ou avec Police). C’est en particulier la rythmique que le chanteur a voulu travailler dans cet album, afin de faire oublier l’aspect « daté » (dixit Sting lui-même) de certains morceaux. Plus percutantes qu’à l’origine, les batteries de Demolition Man, If You Love Somebody Set Them Free, Desert Rose, et même Englishman in New York surprendront plus d’un auditeur. Concernant ce célèbre hommage à l’icône gay Quentin Crisp, on retrouvera tout de même les pizzicati et le solo de sax soprano qui faisaient tout le sel de cette chanson sortie en 1988.  Quant aux autres ballades, c’est davantage au niveau des textures et des prouesses vocales du chanteur que la réinvention est la plus flagrante. Moins pure mais plus charpentée qu’auparavant, la voix de Sting apporte une nouvelle dimension à Fields of Gold et Fragile, deux chansons qui prouvent par ailleurs que le talent de mélodiste de l'Anglais n’a pas pris une ride. Même remarque pour les morceaux tirés de la période Police, en particulier Message in a Bottle et Walking on the Moon, ainsi que l’incontournable Roxanne (présentée ici dans une version live). © Nicolas Magenham/Qobuz    
CD25,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2002 | Polydor Associated Labels

CD24,49 CHF

Reggae - Paru le 20 avril 2018 | A&M

Livret
Sting et Shaggy : pas si surprenant comme tandem. En 1979, le leader de Police sortait Reggatta de Blanc, un second album sous influence jamaïcaine qui nourrissait la vague punky reggae versée par les Britanniques Clash, PIL, Ruts, Madness comme Bob Marley lui-même. Fasciné depuis toujours par les rythmes caribéens, Gordon Sumner ne s'en est finalement jamais détaché. Alors, quand son manager Martin Kierszenbaum, qui travaille avec Shaggy, lui fait écouter son prochain carton dancehall, le bassiste fait le déplacement depuis sa maison de Malibu pour chanter dessus. L'entente entre le Jamaïcain et l’ex-Police étant au zénith, le titre deviendra le single Don't Make Me Wait, et six mois plus tard, 44/876 était boucléen tandem. De Crooked Tree à Dreaming in the USA, qui redore le blason américain, les deux compères parviennent, entre reggae, dancehall et pop catchy, à un album des plus surprenants, sans jamais tomber dans le ridicule. « L'album dont le monde a besoin », selon Orville Richard Burrell alias Shaggy… © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD25,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1994 | A&M

Fields of Gold se concentre sur les singles à succès de Sting, comme le ferait n’importe quelle autre compilation de plus grands hits, mais ses chansons semblent étonnamment timorées dans ce contexte. Bien sûr, on entend ici un grand nombre de superbes chansons, suffisamment pour prouver ses talents de compositeur ou pour satisfaire ses fans occasionnels. Mais ces chansons sont tout sauf un pari risqué et partagent toutes une tranquillité similaire, d’où une certaine monotonie dans cette collection. Il n’en reste pas moins que Fields of Gold assure la mission nécessaire de présenter tous les gros titres sur un seul et même disque, ce qui suffit à le légitimer malgré ses défauts. ~ Stephen Thomas Erlewine
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1987 | A&M

CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | Sting - Classical Hits Album

Livret
Enregistré le 21 septembre 2010 alors que Sting était en pleine tournée Symphonicities, Live in Berlin, disponible sous la forme d’un ensemble CD/DVD, d’un Blu-Ray et d’un CD unique condensé, offre de nouvelles réimaginations orchestrales du répertoire de Sting, conservant un bon paquet de chansons de son album Symphonicities et parvenant à caser d’autres grands titres issus du passé, peu connus ou plus familiers. Par rapport à l’album studio, les fioritures symphoniques sont moins prédominantes, l’attention se portant sur Sting et ses chansons plutôt que sur l’orchestration, et le concert suit une cadence experte : Live in Berlin fera pendant un bon bout de temps le délice des fans de Sting. ~ Stephen Thomas Erlewine
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 24 mai 2019 | A&M - Interscope Records

Livret
« Voici ma vie en chansons. Qu'elles soient reconstruites, rapiécées ou même ornées d'un nouveau cadre, elles restent très actuelles », peut-on lire dans le descriptif de ce disque qui est, par conséquent, davantage qu’une simple compilation des tubes de Sting (en solo ou avec Police). C’est en particulier la rythmique que le chanteur a voulu travailler dans cet album, afin de faire oublier l’aspect « daté » (dixit Sting lui-même) de certains morceaux. Plus percutantes qu’à l’origine, les batteries de Demolition Man, If You Love Somebody Set Them Free, Desert Rose, et même Englishman in New York surprendront plus d’un auditeur. Concernant ce célèbre hommage à l’icône gay Quentin Crisp, on retrouvera tout de même les pizzicati et le solo de sax soprano qui faisaient tout le sel de cette chanson sortie en 1988.  Quant aux autres ballades, c’est davantage au niveau des textures et des prouesses vocales du chanteur que la réinvention est la plus flagrante. Moins pure mais plus charpentée qu’auparavant, la voix de Sting apporte une nouvelle dimension à Fields of Gold et Fragile, deux chansons qui prouvent par ailleurs que le talent de mélodiste de l'Anglais n’a pas pris une ride. Même remarque pour les morceaux tirés de la période Police, en particulier Message in a Bottle et Walking on the Moon, ainsi que l’incontournable Roxanne (présentée ici dans une version live). © Nicolas Magenham/Qobuz    
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | Sting - Winter Album

Livret
HI-RES32,49 CHF
CD23,49 CHF

Rock - Paru le 11 novembre 2016 | A&M

Hi-Res Livret
Après avoir abattu la carte jazz fusion, folklorique voire classique, Sting rentre au bercail du genre qui l’a lancé : le rock. Avec 57th & 9th, le cerveau de Police revient donc sur ses propos de 2013 lorsqu’il affirmait ne plus vouloir écrire pour ce style musical. Car le cœur de cet album qui parait en novembre 2016 est du pur guitare/basse/batterie, évoquant d’ailleurs souvent Police et ce dès I Can’t Stop Thinking About You, le titre qui ouvre le disque… Entouré de ses fidèles Dominic Miller à la guitare et Vinnie Colaiuta à la batterie, Sting s’inscrit ici dans une ligne assez classique mais d’une grande classe. Enregistré dans un studio de Manhattan situé justement à l’angle de la 57e rue et de la 9e avenue, 57th & 9th lui permet d’évoquer aussi bien la crise des migrants et de la Syrie (Inshallah) que le fait d’être un rocker vieillissant (50.000) et surtout de rappeler le grand mélodiste qu’il est. Il ravira enfin ses fans de la première heure sur des chansons bien pêchues comme Petrol Head. © CM/Qobuz
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2001 | A&M

CD20,49 CHF

Rock - Paru le 24 septembre 2013 | A&M

CD19,49 CHF

Reggae - Paru le 20 avril 2018 | A&M

Livret
Sting et Shaggy : pas si surprenant comme tandem. En 1979, le leader de Police sortait Reggatta de Blanc, un second album sous influence jamaïcaine qui nourrissait la vague punky reggae versée par les Britanniques Clash, PIL, Ruts, Madness comme Bob Marley lui-même. Fasciné depuis toujours par les rythmes caribéens, Gordon Sumner ne s'en est finalement jamais détaché. Alors, quand son manager Martin Kierszenbaum, qui travaille avec Shaggy, lui fait écouter son prochain carton dancehall, le bassiste fait le déplacement depuis sa maison de Malibu pour chanter dessus. L'entente entre le Jamaïcain et l’ex-Police étant au zénith, le titre deviendra le single Don't Make Me Wait, et six mois plus tard, 44/876 était boucléen tandem. De Crooked Tree à Dreaming in the USA, qui redore le blason américain, les deux compères parviennent, entre reggae, dancehall et pop catchy, à un album des plus surprenants, sans jamais tomber dans le ridicule. « L'album dont le monde a besoin », selon Orville Richard Burrell alias Shaggy… © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1996 | A&M

CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1999 | A&M

CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1991 | A&M

CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2010 | Sting - Classical Hits Album

Depuis quelques années, Sting semble avoir pris le parti du plaisir, celui de s’affranchir des barrières musicales et scéniques que son passé de rock star aurait pu lui imposer. C’est sur le prestigieux label allemand Deutsche Grammophon qu’on retrouve notre blond préféré avec des reprises de ses plus grands succès en solo comme avec The Police, le tout réinterprété avec de nouvelles orchestrations symphoniques.
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | A&M

L'interprète

Sting dans le magazine