Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 27 novembre 2020 | There's A Dead Skunk Records

Hi-Res
Lui aussi y va de son album confiné. Comme tant d’autres artistes, Seasick Steve profite, contraint et forcé, de la pandémie pour s’enregistrer. Et comme le bonhomme fait dans le blues le plus viscéral, l’exercice lui va comme un gant. Surtout que comme son titre l’indique, Blues in Mono met l’accent sur les bases du genre en rendant hommage à ce blues acoustique, le country blues, de la première moitié du XXe siècle en enquillant les reprises des maîtres Mississippi Fred McDowell (Fred's Worried Blues), Charlie Patton (Moon Going Down), Willie Dixon (My Babe), Mississippi Joe Callicott (Laughing to Keep From Crying), K.C. Douglas (Whisky Headed Woman), Lightnin’ Hopkins (Buddy Brown) et, plus près de nous, R.L. Burnside (Goin' Down South et Miss Maybell). Dans le lot, Steve glisse tout de même quatre nouvelles compositions originales assez fortes comme Well, Well, Well, histoire de ravir ses fans… Dénuement, dépouillement, solitude, aucun artifice ne vient flouter la conversation qu’il a avec sa guitare, portée par sa voix toujours aussi burinée. Un disque back to the roots joliment capté par un vieux micro des années 40, histoire de rendre l’affaire encore plus réelle. Du cru, du brutal, du sans surprise mais qui a le mérite de réchauffer l’âme et le cœur. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 24 juillet 2020 | Contagious

Hi-Res
Chacune de ses orgies de blues garage bien cradingues, à défaut d’être surprenante voire originale, est toujours un trip jouissif. Car derrière sa nonchalance de troubadour hobo septuagénaire qui a tout vu, tout entendu, tout vécu, Seasick Steve maîtrise son art mêlant blues électrique, riffs rock’n’roll et americana boueuse sur le bout de ses ongles en deuil. Et Love & Peace mêle justement blues électrique, riffs rock’n’roll et americana boueuse. Avec cette fois la particularité de se concentrer sur des compositions un brin plus lentes. Entre déambulations électriques sous forme de ballades et séances de relaxation à la slide, le bonhomme a enregistré cet opus à Los Angeles (Studio 606 et East West Studio 3) et complété par quelques prises de son dans sa propre grange. Entouré de son vieux complice batteur Dan Magnusson alias Crazy Dan et, sur certains titres, du guitariste Luther Dickinson des North Mississippi Allstars et de l’harmoniciste Malcolm Arison, il déroule sa B.O. qui fait taper du pied et donne envie de tout plaquer pour prendre la route sans s’arrêter. © Max Dembo/Qobuz
A partir de :
CD15,99 CHF

Blues - Paru le 23 mars 2015 | There's A Dead Skunk Records

A l'instar d'un John Lee Hooker toujours à la recherche du boogie parfait, transcendant les modalités d'écriture et les limites de la composition blues, Seasick Steve vogue encore et toujours sur son océan, gardant fermement le cap et faisant preuve d'une énergie et d'une dévotion impressionnantes pour un homme en âge de prendre sa retraite. Mais la comparaison avec le maître du boogie s'arrête à cette opiniâtreté, Seasick Steve livrant une palette plus variée bien que redondante dans son approche faisant de ce nouvel opus, Sonic Soul Surfer une valeur sûre pour ses fans. © TiVo
A partir de :
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 14 avril 2017 | There's A Dead Skunk Records

A partir de :
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 28 septembre 2018 | BMG Rights Management (UK) Limited

C’est d’une grande soupière où mijotent tout un tas d’ingrédients que Seasick Steve sort son neuvième album, Can U Cook ?. En cuisine, Dan Magnusson à la batterie et Luther Dickinson (fils du grand Jim Dickinson) à la guitare, accompagnent ce troubadour sexagénaire sur ces confections culinaires extravagantes. Un déjeuner en treize plats, produit et composé par Steve et qui aurait sa place dans un diner isolé des routes américaines. Chaque portion a sa propre saveur. Entre blues électrique, riffs rock’n’roll et country boueuse, Can U Cook ? est un mélange de styles tout à fait moderne. Un disque de bluesman bien terreux. Dès les premières bouchées, le groove s’implante dans le corps et suscite une terrible addiction. Le titre éponyme de l’album est certainement la pièce maîtresse de ce papy hobo décalé. Un morceau blues-rock entraînant, qui fait taper des pieds sur la table et manger avec les doigts. C’est à se demander si Seasick Steve n’a pas vendu son âme au diable pour ce repas fatal. © Clara Bismuth/Qobuz
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 7 octobre 2016 | There's A Dead Skunk Records

Hi-Res
A partir de :
CD25,99 CHF

Blues - Paru le 15 juillet 2008 | WM UK

Ce type a des choses à raconter. Et il se trouve qu le meilleur moyen de mettre ses frasques et ses joies de jeunesse sur la table reste le blues, et le folk. Ce deuxième album solo au titre imprononçable a fait de Seasick Steve une vraie petite star. La soixantaine passée, ce fils de pianiste a erré des années durant partout dans le monde, a rencontré les meilleurs (John Lee Hooker et Lightnin’, Modest Mouse, Nirvana, Pearl Jam) avant de se « mettre à son compte ». Et le vieux vagabond californien a bien fait. Ente blues, folk, et même country rock, Seasick Steve est loin de nous donner le mal de mer. Au contraire, sa musique est plutôt équilibrée, pensée, et servie comme un bon plat. Parfois mélancolique, souvent bien rythmée, la musique de Seasick Steve a ce petit quelque chose d’original qui fait qu’on ne peut rester indifférent. Et quand le bluesman aux bretelles se met à titiller non pas la six cordes mais la trois cordes, la potion magique agit instantanément sur le cerveau. Qu’il soit romantique (« Fly by Night »), énergique (« Chiggers ») ou nostalgique (« My Youth »), ce vieux briscard de Seasick Steve reste éternellement jeune et fringuant. KT Tunstall ne s’y est pas trompée. On peut entendre la rythmique de sa guitare sur le titre « Prospect Lane ». Un disque curieux, délicieusement improbable, et surtout très réussi. © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2016
A partir de :
CD22,99 CHF

Blues - Paru le 16 octobre 2009 | Atlantic Records UK

A partir de :
CD20,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | Polydor Records

Hubcap Music est le sixième album du bluesman américain Seasick Steve, succédant à Can't Teach an Old Dog New Tricks paru en 2011. Creusant le sillon entamé sur ses efforts précédents, Steve livre un nouvelle collection de boogie blues avec l'appui de Jack White et John Paul Jones (Led Zeppelin). © TiVo
A partir de :
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 8 octobre 2006 | There's A Dead Skunk Records

A partir de :
CD12,99 CHF

Blues - Paru le 19 octobre 2009 | WM UK

A partir de :
CD21,49 CHF

Blues - Paru le 7 octobre 2016 | There's A Dead Skunk Records

A partir de :
CD4,99 CHF

Blues - Paru le 17 juin 2007 | There's A Dead Skunk Records

A partir de :
CD2,49 CHF

Blues - Paru le 30 janvier 2009 | WM UK

A partir de :
CD2,99 CHF

Blues - Paru le 14 septembre 2018 | BMG Rights Management (UK) Limited

A partir de :
CD2,49 CHF

Blues - Paru le 15 août 2018 | BMG Rights Management (UK) Limited

A partir de :
HI-RES2,99 CHF
CD2,99 CHF

Blues - Paru le 16 décembre 2016 | There's A Dead Skunk Records

Hi-Res
A partir de :
CD3,99 CHF

Rock - Paru le 17 juin 2007 | Bronzerat

A partir de :
CD2,99 CHF

Blues - Paru le 8 août 2018 | BMG Rights Management (UK) Limited

A partir de :
CD2,99 CHF

Blues - Paru le 16 décembre 2016 | There's A Dead Skunk Records

L'interprète

Seasick Steve dans le magazine
  • Seasick Steve débranche tout
    Seasick Steve débranche tout Avec "Blues in Mono", le barbu abandonne ses guitares salaces, sa rythmique préhistorique et sa voix qui fleure bon l'haleine de chacal pour un bel hommage au blues acoustique des grands anciens...
  • Seasick Steve a toujours le blues
    Seasick Steve a toujours le blues Guitares salaces, rythmique préhistorique et voix qui fleure bon l'haleine de chacal, le blues du vieux Californien reste le meilleur remède à la morosité...
  • Seasick Steve, hobo ou pipeau ?
    Seasick Steve, hobo ou pipeau ? Le 8e album d'un bluesman... qui cache bien son jeu ?