Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES32,49 CHF
CD23,49 CHF

Rap - Paru le 6 septembre 2019 | Republic Records

Hi-Res
Le nouveau blockbuster de Post Malone arrive un an et demi après le mastodonte Beerbongs & Bentleys, porté par le mégatube Rockstar. Et la formule est sensiblement la même : un dosage savant entre le meilleur de la trap du XXIe siècle – celle qui a été fomentée dans des coins louches d'Atlanta et de Chicago avant d'envahir la pop – et de ce rock alternatif mélodique qui fait encore se soulever les festivaliers du monde entier. Du rap de stade en somme, avec des riffs imparables et des beats écrasants, qui brasse large et emporte tout sur son passage. Mais si Post Malone est devenu l'une des grandes popstars de son temps, c'est aussi parce qu'il est un interprète hors pair, qui n'a pas besoin de ses copains rappeurs très célèbres pour briller (ils sont pourtant tous là – de Future à Swae Lee en passant par Young Thug). Chacun des morceaux de Hollywood's Bleeding est un tube en puissance et c'est d'abord grâce aux prouesses mélodiques de ce natif de Syracuse, dans l'État de New York, biberonné à la country et au heavy metal, qui a avalé et recrache des décennies de musique populaire américaine. Post Malone surnage sur On the Road, pourtant challengé par deux des rappeurs les plus en verve du game, Meek Mill et Lil Baby. Il s'éclate sur la bizarrerie pop-rock 80's Allergic. Il met Ozzy Osbourne et Travis Scott dans le même studio pour voir ce que ça donne (Take What You Want) et s'offre un énième hit de club rap avec Wow. Le tout avec un flegme et une insolence invraisemblables. © Damien Besançon/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 27 avril 2018 | Universal Records

Hi-Res
Post Malone est arrivé en trombe en 2015 avec ses succès automatiques White Iverson et Too Young, mélangeant trap sautillante et country folk hérité de son Texas chéri. Depuis, le rappeur oscille entre stoner rock à batterie synthétique et ballade R&B chargée de guitare blues, terminant le genre avec son plus grand hit, Congratulations. Toujours inclassable, il représente aisément toutes les contradictions de l’Amérique actuelle, entre passion pour les armes à feu, dépression de masse, imagerie de catch professionnel, autodestruction joviale et immersion dans les jeux vidéo en ligne.Après l’ouragan Rockstar en compagnie de 21 Savage s’ouvre la page du deuxième album pour Post Malone. Documentant à sa manière les excès en tout genre de sa génération, Beerbongs & Bentleys sonne comme un lendemain de soirée trop chargée. Le réveil est dur dans le fond mais à la fois tout en douceur avec des voix entremêlées de Swae Lee, G-Eazy ou Ty Dolla Sign. La force de Post Malone réside toujours dans ces mélodies évidentes à la croisée des chemins, comme si Justin Bieber faisait un bœuf avec les musiciens de Lynyrd Skynyrd. Cette sensation rock FM des années 70 permet à Post Malone de tester d’autres terrains et de repousser encore les frontières des genres par exemple sur Blame It on Me ou le psychédélique Jonestown (interlude). Pourtant, sur la longueur de ces 18 titres, c’est plutôt l’efficacité calibrée qui permet à l’artiste de tenir la barre haute sans flancher avec Over Now construit pour les stades ou le retour réussi de London On tha Track sur la production de 92 Explorer par exemple. Continuant son épopée unique, Post Malone propose un deuxième album dense et gorgé de tubes en puissance qui l’installe plus profondément sur son trône fait sur mesure. © Aurélien Chapuis/Qobuz
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF

Rap - Paru le 9 décembre 2016 | Universal Records

Hi-Res
CD24,49 CHF

Rap - Paru le 6 septembre 2019 | Republic Records

Le nouveau blockbuster de Post Malone arrive un an et demi après le mastodonte Beerbongs & Bentleys, porté par le mégatube Rockstar. Et la formule est sensiblement la même : un dosage savant entre le meilleur de la trap du XXIe siècle – celle qui a été fomentée dans des coins louches d'Atlanta et de Chicago avant d'envahir la pop – et de ce rock alternatif mélodique qui fait encore se soulever les festivaliers du monde entier. Du rap de stade en somme, avec des riffs imparables et des beats écrasants, qui brasse large et emporte tout sur son passage. Mais si Post Malone est devenu l'une des grandes popstars de son temps, c'est aussi parce qu'il est un interprète hors pair, qui n'a pas besoin de ses copains rappeurs très célèbres pour briller (ils sont pourtant tous là – de Future à Swae Lee en passant par Young Thug). Chacun des morceaux de Hollywood's Bleeding est un tube en puissance et c'est d'abord grâce aux prouesses mélodiques de ce natif de Syracuse, dans l'État de New York, biberonné à la country et au heavy metal, qui a avalé et recrache des décennies de musique populaire américaine. Post Malone surnage sur On the Road, pourtant challengé par deux des rappeurs les plus en verve du game, Meek Mill et Lil Baby. Il s'éclate sur la bizarrerie pop-rock 80's Allergic. Il met Ozzy Osbourne et Travis Scott dans le même studio pour voir ce que ça donne (Take What You Want) et s'offre un énième hit de club rap avec Wow. Le tout avec un flegme et une insolence invraisemblables. © Damien Besançon/Qobuz
CD2,99 CHF

Rap - Paru le 5 juillet 2019 | Republic Records

CD2,99 CHF

Rap - Paru le 30 août 2019 | Republic Records

CD2,99 CHF

Rap - Paru le 24 décembre 2018 | Republic Records

CD24,49 CHF

Rap - Paru le 27 avril 2018 | Republic Records

Dans l'année et demie suivant la parution Stoney, son premier effort plusieurs fois platine, le rappeur-chanteur américain Post Malone ne s'est nullement arrêté dans son ascension vers la célébrité, battant le fer encore chaud avec les hits "rockstar" et un "Psycho", annonciateurs de beerbongs & Bentleys, son second effort de 2018. Appuyé par une équipe de producteurs parmi lesquels Louis Bell, PartyNextDoor, Scott Torch et London on da Track, l'album bénéficie d'une plus large palette musicale que son prédécesseur tout en entretenant l'image d'hédoniste de son auteur sur des titres comme "Zack and Codeine", "Takin' Shots", "rockstar" ou un "Same Bitches" évoluant sur les terres musicales d'un YG invité au micro avec G-Eazy. Surpassant Stoney commercialement, beerbongs & Bentleys décroche notamment la première place des charts américains à sa sortie. © Olivier Duboc /TiVo
HI-RES32,49 CHF
CD23,49 CHF

Rap - Paru le 6 septembre 2019 | Republic Records

Hi-Res
Un an et demi après Beerbongs & Bentleys (2018), qui s'est hissé au sommet des ventes tous genres confondus, Post Malone n'est plus un inconnu pour le public qui en a fait l'un des rappeurs les plus plébiscités, tout autant que les professionnels qui ont sélectionné l'album en question à la 61e cérémonie des Grammy Awards, dans la catégorie hautement concurrentielle de « l'album de l'année » (remporté par Kacey Musgraves et son Golden Hour). Troisième recueil propulsé également à la première place de nombreux classements (Billboard 200 et rap plus rap/R&B aux États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Australie), Hollywood's Bleeding marque un tournant plus pop dans son parcours et bénéficie d'une production calibrée pour la réussite de chaque piste.D'une approche facilitée par son chant mélodique, à contre-courant de la frange dure du rap, Hollywood's Bleeding tend plus ouvertement vers la pop et le R&B avec le succès en amont du duo « Sunflower » avec la chanteuse Swae Lee, déjà remarqué sur la bande originale du film Spider-Man: Into the Spider Verse. Nombre des dix-sept titres de la sélection s'orientent dans la même direction, avec leur lot de motifs reconnaissables, mémorisables après seulement une écoute. Il en va ainsi de l'excellent titre solo « Circles » (classé n°4), sans doute le meilleur moment du disque avec son introduction acoustique montante et sa basse omniprésente, comme d'un autre hit certifié, le duo « Goodbyes » (n°3), avec Young Thug montant dans les aigus.Ailleurs, le jeune Austin Richard Post (24 ans) appuie sur cet aspect le plus lisse et sentimental, sans se départir de ses idées sombres, surtout dans la première moitié de l'album, sur « Hollywood's Bleeding », « Saint-Tropez » ou « Allergic » (en solo), comme sur les duos « Ennemies » avec DaBaby, « Die for Me » avec Future et Halsey et « On the Road », avec Meek Mill et Lil Baby. Il en est tout autrement du rap-rock de « Take What You Want », qui associe de façon surprenante le chanteur de metal Ozzy Osbourne (ancien fer de lance de Black Sabbath) et Travis Scott, avec la présence de Chad Smith, batteur de Red Hot Chili Peppers.Adapté à tous les publics et même les non-amateurs de rap, Hollywood's Bleeding a de quoi séduire, avec de tels arguments et un duo lumineux comme celui de « Staring at the Sun », avec SZA. Sans sacrifier à des moments plus introspectifs en solo, ce troisième album est produit et taillé pour la reconnaissance mondiale du rappeur new-yorkais. © Loïc Picaud / Music-Story
CD24,49 CHF

Rap - Paru le 6 septembre 2019 | Republic Records

Le nouveau blockbuster de Post Malone arrive un an et demi après le mastodonte Beerbongs & Bentleys, porté par le mégatube Rockstar. Et la formule est sensiblement la même : un dosage savant entre le meilleur de la trap du XXIe siècle – celle qui a été fomentée dans des coins louches d'Atlanta et de Chicago avant d'envahir la pop – et de ce rock alternatif mélodique qui fait encore se soulever les festivaliers du monde entier. Du rap de stade en somme, avec des riffs imparables et des beats écrasants, qui brasse large et emporte tout sur son passage. Mais si Post Malone est devenu l'une des grandes popstars de son temps, c'est aussi parce qu'il est un interprète hors pair, qui n'a pas besoin de ses copains rappeurs très célèbres pour briller (ils sont pourtant tous là – de Future à Swae Lee en passant par Young Thug). Chacun des morceaux de Hollywood's Bleeding est un tube en puissance et c'est d'abord grâce aux prouesses mélodiques de ce natif de Syracuse, dans l'État de New York, biberonné à la country et au heavy metal, qui a avalé et recrache des décennies de musique populaire américaine. Post Malone surnage sur On the Road, pourtant challengé par deux des rappeurs les plus en verve du game, Meek Mill et Lil Baby. Il s'éclate sur la bizarrerie pop-rock 80's Allergic. Il met Ozzy Osbourne et Travis Scott dans le même studio pour voir ce que ça donne (Take What You Want) et s'offre un énième hit de club rap avec Wow. Le tout avec un flegme et une insolence invraisemblables. © Damien Besançon/Qobuz
HI-RES17,99 CHF
CD12,99 CHF

Rap - Paru le 9 décembre 2016 | Universal Records

Hi-Res
Publié en 2016 dans le sillon du succès rencontré par son single "White Iverson" de 2015, Stoney constitue le premier effort studio officiel du rappeur-chanteur américain Austin Richard Post, alias Post Malone. Proposant une recette trap aux accents cloud rap et R&B, l'album voit le MC livrer une collection de quatorze titres bénéficiant notamment des featurings de Justin Bieber ("Deja Vu"), Kehlani ("Feel") et Quavo sur le single "Congratulations" et décrochant des entrées remarquées dans quantités de classements internationaux dont une quatrième place à domicile. © TiVo
CD2,99 CHF

Rap - Paru le 15 mars 2019 | Republic Records

CD2,99 CHF

Rap - Paru le 8 décembre 2017 | Universal Records

CD2,99 CHF

Rap - Paru le 16 juin 2017 | Universal Records

CD17,99 CHF

Rap - Paru le 9 décembre 2016 | Universal Records

Publié en 2016 dans le sillon du succès rencontré par son single "White Iverson" de 2015, Stoney constitue le premier effort studio officiel du rappeur-chanteur américain Austin Richard Post, alias Post Malone. Proposant une recette trap aux accents cloud rap et R&B, l'album voit le MC livrer une collection de quatorze titres bénéficiant notamment des featurings de Justin Bieber ("Deja Vu"), Kehlani ("Feel") et Quavo sur le single "Congratulations" et décrochant des entrées remarquées dans quantités de classements internationaux dont une quatrième place à domicile. © TiVo
CD2,99 CHF

Rap - Paru le 4 septembre 2019 | Republic Records

CD12,99 CHF

Rap - Paru le 9 décembre 2016 | Universal Records

Publié en 2016 dans le sillon du succès rencontré par son single "White Iverson" de 2015, Stoney constitue le premier effort studio officiel du rappeur-chanteur américain Austin Richard Post, alias Post Malone. Proposant une recette trap aux accents cloud rap et R&B, l'album voit le MC livrer une collection de quatorze titres bénéficiant notamment des featurings de Justin Bieber ("Deja Vu"), Kehlani ("Feel") et Quavo sur le single "Congratulations" et décrochant des entrées remarquées dans quantités de classements internationaux dont une quatrième place à domicile. © TiVo
CD2,99 CHF

Rap - Paru le 14 mars 2019 | Republic Records