Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Michel Petrucciani

Michel Petrucciani était un être hors-normes. Sa taille, son combat contre la maladie (dites des « os de verre », ostéogenèse imparfaite), son énergie à repousser les limites du possible, son talent, son travail acharné, son charisme, le placent parmi les êtres qui marquèrent profondément leur époque, dépassant largement le cadre des amateurs de la musique qu’il revendiquait : le jazz. Lui-même était particulièrement conscient que son handicap lui permettait de franchir des étapes. « Quand on m’a vu une fois à la télévision, on ne m’oublie pas ». En dehors de son aspect, c’est l’artiste, l’homme, le battant, le pianiste, le mélodiste que l’on retiendra.

Son art au piano a pu être rapproché de ceux de Bill Evans ou Keith Jarrett pour son lyrisme et Oscar Peterson pour sa virtuosité, mais très vite, ce musicien a su imposer son propre style, un jeu tout en force et en articulation, reposant sur un sens aigu du swing et de la dramatisation. Michel pouvait tout jouer, faisant pleinement sonner l’intégralité du clavier, s’appuyant sur les effets des pédales que, malgré ses courtes jambes, il faisant fonctionner à merveille. « Je ne crois pas au génie » disait-il, « je crois seulement au travail acharné. J’ai toujours su depuis mon enfance ce que je voulais faire et j’ai travaillé durement pour atteindre mon objectif. Je ne veux pas être intellectuel à propos de ma musique. Ma philosophie est simple, trop d’intellectualisme est ennuyeux, trop de comédie est ennuyeux, trop de n’importe quoi est ennuyeux. On doit tous savoir où ne pas aller trop loin, connaître ses limites et savoir s’arrêter ».


Michel était un être entier, passionné, un soliste extraverti cherchant à lever le public. Et il y réussissait très souvent, n’économisant ni sa fougue ni son énergie, au point de se casser régulièrement les os des doigts de la main sans pour autant interrompre ses concerts. Michel souhaitait toucher son public avec son instrument tel un chanteur le ferait, avec simplicité et émotion. Il se consacra à l’harmonie et aux arrangements mais plaçait la mélodie en priorité : « Quand je joue, je joue avec mon cœur, ma tête et mon esprit… Je ne joue pas pour les têtes mais pour les cœurs ». Très rapidement, Michel Petrucciani est devenu un héros national et ses disques comptèrent parmi les meilleures ventes en France et en Europe. Le président Jacques Chirac fut parmi les très nombreuses personnalités qui saluèrent cet artiste hors-normes, louant son habilité à « renouveler le jazz, se livrant à son art avec passion, courage et faisant preuve de génie musical » le qualifiant d’ « exemple pour tout le monde ».


Son œuvre est à envisager en fonction des trois principaux producteurs qui l’accueillir au sein de leurs labels et qui, chacun, marquèrent une époque un style dans l’œuvre du pianiste : OWL Records pour les débuts glorieux et son lyrisme désarmant, Blue Note pour la conquête des Etats-Unis et son rayonnement international puis Dreyfus Jazz pour les années de la maturité. Michel Petrucciani, un artiste qu’on est pas près d’oublier.

Lire plus

Discographie

48 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 3
1 sur 3

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums