Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD21,99 CHF

Symphonies - Paru le 3 mars 1998 | RCA Red Seal

Distinctions Choc du Monde de la Musique - 10 de Répertoire - 4F de Télérama
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Classique - Paru le 26 février 2021 | SFS Media

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Pour ses différents labels (Deutsche Grammophon, CBS, RCA, etc.), Michael Tilson Thomas défendit peu le répertoire de la Seconde École de Vienne. Ce nouveau programme publié par le San Francisco Symphony a donc valeur d’événement, d’autant que le chef d’orchestre américain s’illustre ici dans deux ouvrages fondateurs de la modernité du début du XXe siècle, les Trois Pièces pour orchestre (1914-1915) et le Concerto « À la mémoire d’un ange » (1935). C’est dans le triptyque orchestral des années 1910 que cet album restera précieux, tant la direction fluide de Michael Tilson Thomas établit un subtil et rare équilibre entre l’écriture fondamentalement nouvelle de Berg (dans les alliages de timbres) et le mouvement élancé des lignes encore teintées de ce Romantisme décadent hérité notamment de Gustav Mahler, et qui n’a pas encore totalement disparu dans cet opus : les musiciens extrêmement souples du San Francisco Symphony y sont impressionnants. En ouverture, Gil Shaham dans le Concerto pour violon : sa sonorité de soleil noir est un parfait compagnon dans cette œuvre guidée par l’influence de J. S. Bach. En milieu de programme, la soprano Susanna Phillips défend avec une grande ardeur les Sept Lieder de jeunesse, elle ferait merveille chez Korngold. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
CD20,49 CHF

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Carl Ruggles était connu pour ses sorties insultantes, ses opinions racistes en tout genre, et son mépris pour pratiquement tous les autres compositeurs – hormis son ami Charles Ives, soit dit en passant. Mais ses jugements les plus féroces, il les réservait à lui-même. De sorte qu’en quelque quatre-vingt-quinze ans de vie, il ne termina qu’une douzaine d’œuvres, dont la plus longue et la plus connue est le poème symphonique Sun-Treader écrit entre 1926 et 1931. Car en plus d’être autocritique, il était d’une lenteur exaspérante, pesant chaque note au milligramme avant de la confier au papier. Dommage, car Ruggles était un type génial, quels que furent ses défauts humains, et ce Sun-Treader est vraiment un chef-d’œuvre de l’époque. Curieusement, c’est à Paris que l’ouvrage fut créé en 1932, et ne fut donné aux États-Unis qu’en 1966, sous la baguette de Jean Martinon à la tête de l’Orchestre de Boston. Très tôt dans sa carrière, Michael Tilson Thomas se fit le champion de Ruggles dont il enregistra même l’intégrale des œuvres pour orchestre ; voici donc Sun-Treader par MTT. L’album se poursuit par le plus grand chef-d’œuvre de Charles Ives – encore un compositeur états-unien férocement défendu par Tilson Thomas : le phénoménal triptyque Three Places in New England, écrit vers 1911-1914 et révisé quinze ans plus tard (Ives aussi n’était pas des plus rapides !). Des trésors d’ingéniosité orchestrale, de multi-tonalités, de rythmes superposés, de thèmes entrant en collision les uns avec les autres, pour un tout pourtant d’une fantastique cohésion. L’album se referme avec la Deuxième symphonie de Walter Piston, écrite et 1944 et rapidement devenue l’un des ouvrages états-uniens les plus prisés à son époque. Beaucoup moins « moderne » qu’Ives ou Ruggles, Piston se situe plutôt dans la lignée du Copland le plus connu ou Howard Hanson. © SM/Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 23 juin 1987 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | SFS Media

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Personnalité pour le moins étrange et déroutante dans l’univers de la musique classique, Charles Ives a grandi dans le Connecticut, au milieu d’un environnement culturel d’une grande ouverture d’esprit pour la musique. Son père dirigeait une musique militaire et savourait les coïncidences musicales simultanées que la plupart trouvaient insupportables : une mélodie jouée dans une tonalité basée sur une fausse harmonie, ou sur les sons et les rythmes de différentes fanfares qui se chevauchent lors d’un défilé. L’asynchronisme qui en résultait paraissait donc logique aux oreilles du jeune Ives. Après avoir péniblement obtenu son diplôme à Yale, Ives commence à composer en dilettante, préférant le confort d’une situation stable en devenant agent d’assurances et homme d’affaires avisé. Il cesse d’écrire de la musique en 1927 à l’âge de 53 ans, dégoûté du peu d’intérêt suscité par ses œuvres. C’est précisément à cette époque que le monde musical commence à s’intéresser à lui. Souvent inspirée par les cantiques chantés dans la Nouvelle-Angleterre, sa musique mélange souvent rythmes et harmonies, rendant sa compréhension difficile. La Troisième Symphonie, sous-titrée The Camp Meeting, évoque clairement une assemblée religieuse et sociale dans l’Amérique du XIXe siècle en puisant dans les cantiques protestants. C’est ce que souligne cet album dirigé par Michael Tilson Thomas qui complète son enregistrement par une dizaine d’œuvres chorales de ce genre. Quant à la Quatrième Symphonie, elle dut attendre longtemps sa création du fait de sa grande complexité rythmique qui nécessita la présence de plusieurs chefs d’orchestre ; le vétéran Leopold Stokovski se faisant aider par deux jeunes confrères. Champion de la musique américaine, Michael Tilson Thomas a déjà consacré plusieurs monographies au génial précurseur que fut Charles Ives, notamment avec l’intégrale des symphonies avec le London Symphony Orchestra (Sony Classical). Il récidive ici à la tête de l’Orchestre symphonique de San Francisco dont il est le directeur musical depuis 1995 et qu’il s’apprête à quitter en 2020. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 30 août 1999 | RCA Red Seal

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Musique symphonique - Paru le 7 juin 1988 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
On n’a pas forcément envie de savoir quel genre de musique pourrait concocter son agent d’assurances... sauf s’il s’appelle Charles Ives et que c’est, de tous les compositeurs amateurs — et qui sont restés amateurs toute leur vie, sans jamais franchir le Rubicon professionnel ! —, le plus génial probablement. Nous vous avons déjà vanté l’extraordinaire Three Places in New England, permettez que nous vantions ici deux autres de ses chefs-d’œuvre, rassemblés sous un seul disque et sous la baguette de Michael Tilson Thomas. Central Park in the Dark, écrit en 1906, cherche à évoquer l’atmosphère nocturne et estivale du célèbre parc new-yorkais, « voici quelque trente ans avant que les moteurs à explosion et la radio n’aient monopolisé la terre et l’air », comme quoi en 1906 la pollution sonore était déjà vue d'un mauvais œil. La courte pièce adopte un format cher à Ives : une lente progression du pianissimo vers l’explosion fortissimo, suivie de quelques mesures de désinence retournant vers le néant. Le tout avec cette fabuleuse superposition de thèmes, de rythmes, de caractères si typique du compositeur. Et si l’on considère qu’on est là en 1906... la modernité de cet inclassable chef-d’œuvre saute aux yeux et aux oreilles. Tout aussi inclassable est The Unanswered Question de 1908 (avec de sérieuses révisions quelques décennies plus tard ; le CD présente les deux versions). Initialement Ives entendait coupler les deux pièces, l’une étant une contemplation légère et humaine, l’autre une contemplation sérieuse d’essence philosophique — d’où la question restant sans réponse. L’idée de base, géniale à souhait, est d’établir un immuable tapis de cordes, de simples accords parfaits, sur lesquels une trompette pose tout aussi imperturbablement la même question, à laquelle répondent quatre bois : d’abord tranquillement, puis de plus en plus énervé jusqu’à l’insulte finale. Trompette et bois obéissent à leur propre rythme, un des tout premiers exemples d’interventions aléatoires dans la musique classique écrite. L’état d’amateur, pour Ives, fut sa liberté : il écrivit, des années avant tout le monde en Europe, des choses d’une modernité ébouriffante sans avoir à en référer à personne. Le présent ajout à la Discothèque idéale fait appel à l’un des grands champions de Ives qu’est Tilson Thomas. © SM / Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 31 décembre 1995 | RCA Red Seal

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 14 mars 2005 | RCA Red Seal

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voilà une anthologie dirigée par un orfèvre en la matière et un des meilleurs interprètes de la musique du "Père de la musique américaine du XXe siècle". Refusant à jouer à l'artiste solitaire réfugié dans sa tour d'ivoire, Aaron Copland écrit une musique compréhensible au plus grand nombre et pouvant, par ses citations et son caractère souvent populaire, toucher un public au-delà de tout élitisme. Appalachian Spring (Printemps dans les Appalaches) est emblématique des buts poursuivis par Copland. C'est un ballet (chorégraphié par Martha Graham) qui raconte l'histoire des pionniers américains à l'aube du XIXe siècle, s'inspirant de la musique traditionnelle de l'époque des pionniers. Ecrit tout d'abord pour un tout petit nombre d'instrumentistes pour des raisons pratiques, il fut intégralement remanié en 1954 par le compositeur à la demande d'Eugene Ormandy pour l'orchestre plus large que Copland avait déjà sollicité dans sa suite réalisée en 1945 d'après le ballet de 1944. Michael Tilson Thomas offre ici de la version complète de 1954 une interprétation particulièrement colorée et narrative, couplée avec deux autres ballets célèbres du compositeur américain. Admirable Billy the Kid également. FH/TG
A partir de :
HI-RES24,99 CHF
CD21,49 CHF

Musique vocale profane - Paru le 19 juin 2020 | SFS Media

Hi-Res Livret
A partir de :
CD45,49 CHF

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1999 | RCA Red Seal

A partir de :
CD51,99 CHF

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Sony Classical

A partir de :
HI-RES29,99 CHF
CD25,99 CHF

Symphonies - Paru le 10 novembre 2017 | SFS Media

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 31 août 1990 | Sony Classical

A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 1 juin 2012 | Sony Classical

A partir de :
CD45,49 CHF

Classique - Paru le 12 septembre 2000 | RCA Red Seal

A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 28 janvier 2011 | Sony Classical

A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 16 janvier 2002 | RCA Red Seal

A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 1 octobre 1991 | Sony Classical

A partir de :
CD21,99 CHF

Classique - Paru le 30 septembre 1996 | RCA Red Seal

L'interprète

Michael Tilson Thomas dans le magazine
  • Le Mahler qui vient de San Francisco
    Le Mahler qui vient de San Francisco L'Orchestre Symphonique de San Francisco a enregistré quasiment tout Mahler ces dernières années, une éclatante réussite ; et vous pourrez même déguster la monumentale Troisième symphonie en concer...
  • Absolute Jest de John Adams enfin à Paris le 17 mars
    Absolute Jest de John Adams enfin à Paris le 17 mars Eh oui ! Première française pour le dernier chef-d'œuvre de l'Etats-Unien John Adams : Absolute Jest, mais ne cherchez pas l'enregistrement même sur Qobuz où il y a pourtant tout : il est encore so...
  • Ives en Concord pour San Francisco
    Ives en Concord pour San Francisco Il n'y a pas que John Adams qui a emprunté des tournures à Beethoven ; Charles Ives lui-même cite la Cinquième ! Ives et Adams à déguster "en vrai" lundi 17 mars à la Salle Pleyel avec l'Orchestre ...
  • San Francisco s’invite à Pleyel les 17 et 18 Mars 2014
    San Francisco s’invite à Pleyel les 17 et 18 Mars 2014 L’Orchestre Symphonique de San Francisco, sous la baguette de Michael Tilson Thomas, est en tournée européenne, avec passage à Paris : musique états-unienne - Ives et Adams - ainsi que Beethoven et...
  • QIBUZ / Lundi 4 juillet 2011
    QIBUZ / Lundi 4 juillet 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...
  • Michael Tilson Thomas, un Californien à Paris
    Michael Tilson Thomas, un Californien à Paris A la tête du San Francisco Symphony, le chef californien Michael Tilson Thomas dirigera des œuvres de Henry Cowell, Félix Mendelssohn, Ludwig van Beethoven et Gustav Mahler, les 30 et 31 mai à la S...
  • YouTube Symphony Orchestra, l’édition 2011
    YouTube Symphony Orchestra, l’édition 2011 Sous la direction de Michael Tilson Thomas, le YouTube Symphony Orchestra dévoile son casting pour 2011.
  • Le YouTube Symphony Orchestra is back !
    Le YouTube Symphony Orchestra is back ! Après un concert au Carnegie Hall l’an passé, le premier orchestre symphonique virtuel monté par le site YouTube revient sur le devant de la scène à l’Opéra de Sydney.
  • Obama cultive la culture
    Obama cultive la culture Le président Barack Obama a décoré de nombreuses personnalités de la culture américaine dont de nombreux musiciens parmi lesquels Bob Dylan, Michael Tilson Thomas, John Williams et Jessye Norman.
  • YTSO, késako ?
    YTSO, késako ? Vous n’étiez pas à Carnegie Hall le 15 avril pour la première du YouTube Symphony Orchestra (YTSO) ? Nous non plus… En même temps, les caméras de YouTube, elles, ne pouvaient qu’y être…