Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1972 | Universal Music Division Polydor

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Mon frère est le premier album du chanteur compositeur français Maxime le Forestier. Cet opus, en grande partie acoustique, ne fait rien pour cacher l'influence considérable de Georges Brassens, James Taylor et Bob Dylan sur son travail et sa vision du monde. On distingue, entre autres, le titre autobiographique "Parachutiste", la chanson qui porte le nom de l'album, "San Francisco", "Comme un Arbre" et "Éducation sentimentale" ; c'est avec toutes ces chansons qu'il est devenu une légende de la variété française. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1985 | Universal Music Division Polydor

Mon frère est le premier album du chanteur compositeur français Maxime le Forestier. Cet opus, en grande partie acoustique, ne fait rien pour cacher l'influence considérable de Georges Brassens, James Taylor et Bob Dylan sur son travail et sa vision du monde. On distingue, entre autres, le titre autobiographique "Parachutiste", la chanson qui porte le nom de l'album, "San Francisco", "Comme un Arbre" et "Éducation sentimentale" ; c'est avec toutes ces chansons qu'il est devenu une légende de la variété française. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 7 juin 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Pour son seizième album, Maxime Le Forestier réussit l’exploit de rester égal à lui-même, à la fois dans le fond et la forme. Son regard ironique et tendre sur le monde reste inchangé, au sein de chansons que l’intéressé qualifie de « sociétales ». Dans Les Ronds dans l’air (sur une mélodie du guitariste Manu Galvin), il vilipende le trop-plein de paroles sur la toile, tandis que dans Ça déborde, il évoque le désastre écologique de notre époque. Et dans La Vieille Dame (dont le texte a été diffusé sur Internet pendant la campagne présidentielle de 2017), il essaie de comprendre pourquoi certains citoyens se tournent vers le vote extrémiste. Mais Le Forestier peut aussi se montrer sous un jour plus introspectif, faisant le bilan de sa vie avec une remarquable sagesse (Dernier Soleil, sur une musique de Julien Clerc ; Mon Ruisseau, sur une musique de Philippe Lafontaine et en duo avec son fils Arthur Le Forestier).L’album se caractérise par une simplicité orchestrale qui se trouve à la juste hauteur du regard parfois critique mais toujours élégant et bienveillant de Maxime Le Forestier. La plupart du temps, il n’est accompagné que d’une guitare, d’une contrebasse et de percussions discrètes. Mais dans Les Filles amoureuses, le violon jazz de Fiona Monbet vient virevolter autour de la charge du chanteur contre le machisme – ou plus précisément contre la soumission intérieure de femmes s’asservissant librement : « Les filles tombent amoureuses de n’importe qui. » Et dans Paraître, c’est le piano qui vient chambouler le système orchestral dépouillé de l’album. Dans ce petit clin d’œil à Hamlet (« Paraître ou ne pas être / Ouh la la la question que voilà »), Maxime Le Forestier vient chatouiller une époque dans laquelle celui qui ne montre pas tout de lui n’existe pas. Mais toujours avec tendresse, sans jugement, et avec une légèreté musicale (d’inspiration latino en l’occurrence) qui prouve que l’interprète de San Francisco ne conçoit pas la colère dans l’agressivité mais dans la douceur. © Nicolas Magenham/Qobuz 
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
HI-RES28,99 CHF
CD20,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 29 novembre 2019 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Pour son seizième album, Maxime Le Forestier réussit l’exploit de rester égal à lui-même, à la fois dans le fond et la forme. Son regard ironique et tendre sur le monde reste inchangé, au sein de chansons que l’intéressé qualifie de « sociétales ». Dans Les Ronds dans l’air (sur une mélodie du guitariste Manu Galvin), il vilipende le trop-plein de paroles sur la toile, tandis que dans Ça déborde, il évoque le désastre écologique de notre époque. Et dans La Vieille Dame (dont le texte a été diffusé sur Internet pendant la campagne présidentielle de 2017), il essaie de comprendre pourquoi certains citoyens se tournent vers le vote extrémiste. Mais Le Forestier peut aussi se montrer sous un jour plus introspectif, faisant le bilan de sa vie avec une remarquable sagesse (Dernier Soleil, sur une musique de Julien Clerc ; Mon Ruisseau, sur une musique de Philippe Lafontaine et en duo avec son fils Arthur Le Forestier).L’album se caractérise par une simplicité orchestrale qui se trouve à la juste hauteur du regard parfois critique mais toujours élégant et bienveillant de Maxime Le Forestier. La plupart du temps, il n’est accompagné que d’une guitare, d’une contrebasse et de percussions discrètes. Mais dans Les Filles amoureuses, le violon jazz de Fiona Monbet vient virevolter autour de la charge du chanteur contre le machisme – ou plus précisément contre la soumission intérieure de femmes s’asservissant librement : « Les filles tombent amoureuses de n’importe qui. » Et dans Paraître, c’est le piano qui vient chambouler le système orchestral dépouillé de l’album. Dans ce petit clin d’œil à Hamlet (« Paraître ou ne pas être / Ouh la la la question que voilà »), Maxime Le Forestier vient chatouiller une époque dans laquelle celui qui ne montre pas tout de lui n’existe pas. Mais toujours avec tendresse, sans jugement, et avec une légèreté musicale (d’inspiration latino en l’occurrence) qui prouve que l’interprète de San Francisco ne conçoit pas la colère dans l’agressivité mais dans la douceur. © Nicolas Magenham/Qobuz
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1995 | Universal Music Division Polydor

L’exotisme lui ayant plutôt bien réussi, Maxime Le Forestier s’est s’orienté vers un répertoire world music sans trop choquer son public. Passer Ma Route, composé et sorti quatre ans après La Sagesse du Fou est un album qui a longuement mûri avant d’être compressé au format CD, et ça se sent. Calme, serein, toujours cool, Maxime Le Forestier réussit à surprendre tout en continuant à suivre sa nouvelle vocation artistique, celle de la chanson dégagée, sympathique et consensuelle. L’homme est également plein d’humour et n’hésite pas à faire sourire lorsqu’il évoque « Raymonde » ou « La Tache sur ta robe ». Album décontracté, Passer Ma Route, récompensé par une Victoire de la musique, s’avère aussi frais et sautillant que le fringant quinquagénaire qui en est l’auteur.   © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2015
A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Universal Music Division Polydor

Le steak - Février de cette année là - Parlez-moi de saison - Entre 14 et 40 Ans - Si tu étais né en mai - Dialogue - Mauve - Là où - Les lianes du temps - Autre dialogue - J'm'en fous d'la France
A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 20 octobre 2014 | Universal Music Division Polydor

Avec le temps, Maxime Leforestier est passé de l'image du "grand frère" à celle du "grand père" de la chanson française, un patriarche bien aimé, respecté, comme on s'en rend compte lors de ses interventions dans ces grands messes que sont Les Enfoirés ou autre opérations où des générations de chanteurs se croisent. Ce "live" est là pour nous rappeler combien sa voix, ses chansons, font partie de nos vies et nous accompagnent depuis bientôt 50 ans. JMP©Qobuz
A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1989 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD17,99 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD27,49 CHF

Chanson francophone - Paru le 1 septembre 1972 | Universal Music Division Polydor

Mon frère est le premier album du chanteur compositeur français Maxime le Forestier. Cet opus, en grande partie acoustique, ne fait rien pour cacher l'influence considérable de Georges Brassens, James Taylor et Bob Dylan sur son travail et sa vision du monde. On distingue, entre autres, le titre autobiographique "Parachutiste", la chanson qui porte le nom de l'album, "San Francisco", "Comme un Arbre" et "Éducation sentimentale" ; c'est avec toutes ces chansons qu'il est devenu une légende de la variété française. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1991 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 2000 | Universal Music Division Polydor

Nostalgique, Maxime Le Forestier ? Il semblerait bien que oui tant cet Echo des Etoiles rappelle musicalement ses premières compositions, celles de sa période hippie alors qu’il zonait dans sa maison bleu adossée à la colline. Implacablement, « Les Chevaux rebelles », « Petit nuage sur Amsterdam » ou « Oncle Tom » renvoient à une époque révolue où l’on manifestait contre la guerre du Vietnam entre deux conférences sur l’amour libre et une crémation de soutien-gorge sur un campus. Un album un peu facile, mais qui semble cependant sincère.   © ©Copyright Music Story Benjamin D'Alguerre 2015
A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1996 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Universal Music Division Polydor

A partir de :
CD20,49 CHF

Pop - Paru le 1 janvier 1998 | Universal Music Division Polydor

L'interprète

Maxime Le Forestier dans le magazine
  • QIBUZ / Lundi 2 mai 2011
    QIBUZ / Lundi 2 mai 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...