Artistes similaires

Les albums

15,99 CHF

Classique - Paru le 5 mai 2015 | OUR Recordings

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Prise de son d'exception
Considérez le public qui assista à la création, en 1945, des Trois petites liturgies de la présence divine : Honegger, Auric, Poulenc, Sauguet, Roland-Manuel, Jolivet, Jean Wiener, Georges Braque, Paul Éluard et Boulez parmi tant d’autres, c’est dire combien « les anciens » autant que l’avant-garde en herbe attendait avec avidité la nouvelle œuvre du déjà célèbre Messiaen. On y retrouve bien sur les obsessions chères au compositeurs, que sont les thèmes sacrés, les chants d’oiseau(x), les « couleurs » nées de son don de synesthésie, l’usage des ondes Martenot, les accords par blocs verticaux ; certains diront que Messiaen n’a, depuis ce temps, jamais réellement évolué puisque l’on perçoit dans ces Liturgies les mêmes choix musicaux que dans Saint-François écrit quarante ans plus tard ; d’autres diront qu’ayant très tôt trouvé son style personnel, comme il sentait bien que personne ne le copierait jamais – ce qui fut le cas –, il fallait bien qu’il aille au bout de sa quête intime. C’est ici la version originale que donne l’excellentissime Chœur de la Radio danoise sous la direction de Marcus Creed, avec accompagnement d’un petit ensemble et non d’un grand orchestre. Par contre, les messianophiles resteront très déroutés par les Cinq Rechants, car ils s’éloignent du langage que l’on pourrait croire « figé » de Messiaen. Ici, point d’allusions religieuses directes, pas d’oiseaux. Le compositeur développe sa propre interprétation de chants d’amour folkloriques du Pérou, entremêlés avec sa perception de chants de troubadours médiévaux, sur des rythmes empruntés à la tradition musicale des Indes – le tout dans une écriture qu’il est parfois difficile de lui attribuer d’emblée. Un magique ouvrage célébrant l’amour (en particulier celui de Tristan et Iseult), inclassable dans sa production, écrit en 1948 et trop rarement donné. © SM/Qobuz " [...] Les victoires glanées par Creed au Rias-Kammerchor de Berlin puis au SWR Vokalensemble de Stuttgart retentissent dans la matière pure et lumineuse de la formation de Copenhague, la maîtrise et le relief de son image sonore, la tonicité de son émission. [...] Messiaen poète et compositeur coloriste est ici fort bien servi. [...] Les mélodies sont ciselées, les polyphonies admirablement fleuries sans verser dans la saturation. Label confidentiel mais ne vous y trompez pas : disque majeur." (Diapason, juin 2015 / Benoît Fauchet)