Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES23,99 CHF
CD15,99 CHF

Cantates (profanes) - Paru le 15 mars 2019 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Dans ce nouvel enregistrement dédié à Alessandro Scarlatti, La Ritirata de Josetxu Obregón montrent un art vocal et instrumental éblouissant : quatre cantates comprenant flûtes et violons, ainsi qu’une aria indépendante pour soprano, constituent un jalon de plus dans l’impressionnante série de musiques napolitaines chez Glossa. Provenant d’un catalogue d’environ 800 cantates séculaires, ces œuvres allient harmonieusement des récitatifs débordants d’imagination avec des arias expressives et dramatiques rythmées par des sinfonias et des ritornelli aux couleurs vives, formant un tout élégant et cohérent ; les textes des poèmes s’inscrivent dans l’esthétique raffinée de l’Accademia degli Arcadi, cercle littéraire actif à Rome au tournant du XVIIIe siècle. Le décor entourant la créativité du prolifique Scarlatti est brossé de main de maître par Stefano Russomanno dans l’essai accompagnant le livret. La partie vocale est confiée à trois des premiers interprètes du temps : la mezzo Giuseppina Bridelli, le contre-ténor Filippo Mineccia et la soprano Alicia Amo. Les défis instrumentaux élaborés par le maître palermitain sont relevés avec feu par les membres de longue date de La Ritirata, Tamar Lalo (flûte) et Hiro Kurosaki (violon), que rejoignent le flûtiste Michael Form et le violoniste Pablo Prieto. Avec le violoncelliste Josetxu Obregón, Lalo et Kurosaki sont aussi les protagonistes des « Concertos napolitains pour plusieurs instruments », le récent album de La Ritirata. © Glossa
HI-RES23,99 CHF
CD15,99 CHF

Musique de chambre - Paru le 19 janvier 2018 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le Baroque napolitain, précisément celui de la première moitié du XVIIIe siècle, fut une époque vibrante et vitale pour la musique instrumentale, comme le démontrent Josetxu Obregón et La Ritirata dans ce nouvel enregistrement de six concertos de ce temps et de ce lieu. L’école napolitaine – qui doit tant à Francesco Provenzale – fleurit grâce aux Francesco Mancini, Nicola Porpora, Nicola Fiorenza, Giovanni Battista Pergolesi et Alessandro Scarlatti, tous réunis dans le cadre de ce nouveau projet édité par Glossa. Les quatre grands conservatoires de la ville formèrent un creuset immensément productif et innovateur, pour les étudiants autant que pour leurs maîtres. Les compositeurs représentés dans cet enregistrement étudièrent et travaillèrent dans ces conservatoires ou à la Chapelle Royale de Naples. Le concerto napolitain avait une structure différente de celle de son homologue vénitien ou vivaldien ; il reflétait aussi l’esprit de compétition féroce qui régnait parmi les solistes, désireux de prouver leur virtuosité. Comme nous avons pu le constater dans un précédent album Glossa, Il Spiritillo Brando, les membres de La Ritirata sont les héritiers idéals de leurs prédécesseurs napolitains, du point de vue du style comme de la technique. Les solistes réunis par Obregón sont des stars du panorama musical espagnol actuel : le violoniste Hiro Kurosaki (dans un concerto de Fiorenza), Tamar Lalo qui joue de la flûte douce (Scarlatti et Mancini), Ignacio Prego et Daniel Oyarzabal au clavecin (Pergolesi) et, bien sûr, Obregón dans les concerts pour violoncelle de Fiorenza et de Porpora.© Glossa
HI-RES47,98 CHF
CD31,98 CHF

Classique - Paru le 22 mai 2020 | Glossa

Hi-Res Livret
Dans sa jeunesse à Venise (dans les années 1680/1690), Caldara s’est attiré des éloges pour son propre jeu du violoncelle, et sa compréhension de l’instrument et de ses possibilités lui est restée fidèle tout au long d’une carrière qui l’a vu s’immerger également dans les riches cultures musicales de Mantoue et de Rome avant de devenir un membre apprécié de la Hofkapelle de Vienne ; il y a travaillé pendant les vingt dernières années de sa vie, contribuant aux gloires du baroque austro-italien à la cour impériale du très musical Charles VI (que Caldara avait également servi à Barcelone). Ici, le violoncelle, allant du lyrique au virtuose, est sollicité comme soliste dans des pièces de concerto, de sinfonia et de sonate, mais cet enregistrement est encore enrichi par la présence de deux chanteuses, la soprano Eugenia Boix et la mezzo Luciana Mancini – une cantate, Porgete per pietà, pour la première, et trois arias pour la seconde. Mancini chante notamment Pompe inutile (de l’oratorio Maddalena ai piedi di Cristo), dont les ravissantes lignes vocales sont complétées par la partie de violoncelle obbligato. Josetxu Obregón a réalisé plusieurs enregistrements pour Glossa où il explore les débuts du violoncelle et, en compagnie de La Ritirata, il a également contribué à la réévaluation de cette figure majeure de l'histoire de la musique avec le programme "Caldara: The Cervantes Operas". Voici maintenant un récital vivant et varié pour commémorer les 350 ans de la naissance d’Antonio Caldara ! © Glossa
HI-RES23,99 CHF
CD15,99 CHF

Classique - Paru le 26 mai 2015 | Glossa

Hi-Res Livret
CD15,99 CHF

Classique - Paru le 17 décembre 2013 | Verso

Livret
Prokofiev : Sonate, op.119 - Cassado : Sonate "nello stile antico spagnuolo" - Requiebros - Intermezzo de la ópera Goyescas - Webern : Dos piezas - Tres piezas, op.11 / Josetxu Obregón, violoncelle - Ignacio Prego, piano