Artistes similaires

Les albums

18,99 CHF
13,49 CHF

Jazz - Paru le 4 mai 2018 | Motema

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Bon courage à Joey Alexander pour que la prose le concernant ne rappelle pas ad vitam aeternam son très jeune âge… Ce troisième album studio du pianiste paraît donc l’année de ses… 15 ans ! Né en 2003 à Bali, Alexander a vécu à Djakarta entre 8 et 10 ans avant de déménager à New York en 2014, où il a connu l’une des progressions de carrière les plus fulgurantes jamais observées dans l’histoire du jazz. Adoubé par des parrains nommés Herbie Hancock et Wynton Marsalis, le prodige indonésien revisite des standards comme Lush Life, Round Midnight, I Mean You ou bien encore It Might as Well Be Spring sur son premier enregistrement studio paru en 2015, My Favorite Things, en duo et en trio avec notamment Larry Grenadier, l’excellent contrebassiste de Brad Mehldau… L’année suivante, il franchit un nouveau cap en signant la plupart des compositions de son deuxième opus, Countdown, avec à nouveau Grenadier mais aussi le contrebassiste Dan Chmielinski, le batteur Ulysses Owens Jr. et le saxophoniste Chris Potter. Avec Eclipse, Joey Alexander coupe à nouveau le souffle car il n’abat jamais la carte de l’esbroufe technique ou de la virtuosité gratuite. Jamais ! Son piano est profond. Jason Olaine, producteur aux manettes de cette cuvée 2018, confirme cet emballement : « Joey est un jeune musicien au talent incroyable mais qui n’oublie pas de véritablement créer et de chercher à s’amuser en jouant. Il ne cherche vraiment pas les récompenses ou les applaudissements. Eclipse démontre à quel point il est engagé dans une aventure incroyable. » Inspiré par l’éclipse totale du Soleil du 21 août 2017, ce disque propose six compositions originales interprétées avec le contrebassiste Reuben Rogers, le batteur Eric Harland et, sur trois titres, le saxophoniste Joshua Redman. Alexander reprend également des pièces de choix comme Blackbird des Beatles, Moment's Notice de John Coltrane, Time Remembered de Bill Evans et le standard de Ray Noble The Very Thought of You. Mais quelle que soit l’œuvre abordée, sa détermination, son sens de la note juste et la délicatesse avec laquelle il intègre de l’espace à sa musique laissent sans voix. © Clotilde Maréchal/Qobuz
18,99 CHF
13,49 CHF

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Motema

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
7,99 CHF
5,99 CHF

Ambiance - Paru le 2 novembre 2018 | Motema

Hi-Res
17,49 CHF
12,49 CHF

Jazz - Paru le 16 septembre 2016 | Motema

Hi-Res
Pour son deuxième album, Joey Alexander n’est pas beaucoup plus âgé puisque le pianiste indonésien n’a QUE 13 ans ! Adoubé par des parrains nommés Herbie Hancock et Wynton Marsalis, le prodige franchit même un nouveau cap ici en signant la plupart des compositions de Countdown ! Après avoir superbement revisité des standards comme Lush Life, Round Midnight, I Mean You ou bien encore It Might As Well Be Spring sur son premier enregistrement, My Favorite Things, en duo et en trio avec notamment Larry Grenadier, l’excellent contrebassiste de Brad Mehldau, Joey Alexander offre ici la grande tenue de sa plume portée notamment à nouveau par Grenadier mais aussi par le contrebassiste Dan Chmielinski, le batteur Ulysses Owens, Jr. et le saxophoniste Chris Potter. Une fois encore ses improvisations impressionnent par leur fluidité et surtout par l’espace qu’il n’oublie jamais d’intégrer à sa musique. Ce deuxième album coupe le souffle car il n’abat jamais la carte de l’esbroufe technique ou de la virtuosité gratuite. Jamais ! Le piano d’Alexander est profond et risque de s’installer sur le devant de la scène pour encore de nombreuses années… © MD/Qobuz
12,49 CHF

Jazz - Paru le 5 décembre 2015 | Motema

Totalement impossible de ne pas abattre le mot « phénomène » à l’évocation de ce Joey Alexander. Onze ans ! Oui onze années seulement passées sur terre pour ce pianiste indonésien tombé du berceau qui signe avec My Favorite Things son premier album. A se demander si aucune expérience biologico-chimico-nucléaire n’avait pas été tentée dans le ventre de sa mère pour que le garçon aborde son instrument avec autant de virtuosité à un âge si précoce… Mais au-delà du côté « enfant prodige », c’est le naturel enveloppant cet opus qui bluffe le plus. Découvert par un certain Wynton Marsalis, Joey Alexander évolue ici en duo et en trio avec notamment Larry Grenadier, l’excellent contrebassiste de Brad Mehldau, et apporte une touche personnelle à des standards géniaux mais mille fois interprétés comme Lush Life, Round Midnight, I Mean You, My Favorite Things ou bien encore It Might As Well Be Spring. Les trois musiciens développent surtout une conversation dense. Comme des échanges complices et virtuoses entre vieux routiers. Jamais téléphonées, les improvisations d’Alexander impressionnent par leur grand naturel et surtout par l’espace que le jeune pianiste n’oublie jamais d’intégrer. Imposer autant de vision dès son premier album et à cet âge-là ! Une sacrée découverte. © MD/Qobuz
1,49 CHF

Jazz - Paru le 9 mars 2018 | Motema

1,99 CHF
1,49 CHF

Ambiance - Paru le 24 octobre 2018 | Motema

Hi-Res
1,49 CHF

Jazz - Paru le 20 avril 2018 | Motema

L'interprète

Joey Alexander dans le magazine