Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jethro Tull

Les Anglais de Jethro Tull émergent à la fin des années 60 et occupent une place bien particulière dans le paysage musical international. Mené par le charismatique Ian Anderson, le groupe est caractérisé par un style unique mélangeant du rock progressif avec du blues, du hard rock et des mélodies folk. Les textes des chansons sont particulièrement profonds et réfléchis et font de Jethro Tull, l’une des formations les plus sophistiquées ayant atteint une telle popularité.

A la fin des années 60, le blues anglais est dans son âge d’or. C’est à cette période-là, dans la ville de Blackpool, que le flûtiste/chanteur Ian Anderson forme son premier groupe intitulé The Blades aux côtés de Michael Stephens à la guitare, Jeffrey Hammond-Hammond à la basse et John Evans à la batterie. La jeune formation fait ses premières armes dans des clubs locaux et, en 1967, Hammond-Hammond se fait remplacer par Glenn Cornick. Le groupe prend ensuite la décision de déménager à Luton pour se rapprocher de Londres, là où la scène musicale est la plus active dans le pays. Cette migration sonne la fin de la formation qui ne tarde pas à se désagréger. En effet, à Luton, Anderson et Cornick rencontrent Mick Abrahams et Clive Bunker et décident ; en 1967, de monter un nouveau groupe avec ces derniers. Après de nombreux changement de noms, c’est celui de Jethro Tull qui est retenu par les quatre musiciens.

En 1968, le groupe sort son premier single aux fortes sonorités pop/folk intitulé Sunshine Day. Le single ne rencontre aucun succès mais permet à Jethro Tull de décrocher une place en tant que performeur régulier au sein du Marquee Club de Londres. C’est à cet endroit qu’ils se bâtiront une grande popularité. Les managers du groupe, ne regardent alors pas d’un bon œil Ian Anderson et sa flûte, préférant mettre en avant Mick Abrahams et son jeu de guitare bluesy, bien plus en vogue à l’époque. Mais c’est justement le fameux instrument à vent d’Anderson et l’attitude subversive de ce dernier qui donne à Jethro Tull un caractère particulier et leur permet de se démarquer de la concurrence.

C’est ainsi qu’en 1968, le groupe fait la première partie de Pink Floyd et signe ensuite chez Island Records. Son premier album, This Was, est publié la même année. Peu à peu, Ian Anderson devient le membre le plus proéminent du groupe et Abrahams décide alors de quitter la formation. C’est Martin Barre qui est alors choisi pour le remplacer. Avec leur deuxième album Stand Up, sorti en 1969, les Jethro Tull sont propulsés en tête des ventes anglaises. Benefit est ensuite publié en 1970 et constitue le dernier disque blues du groupe. Il marque aussi l’arrivée de l’ami d’enfance d’Anderson, John Evan, au clavier, et permet à Jethro Tull de dépasser les frontières et de se faire un nom aux Etats-Unis où une tournée est mise en place. Suite à cette série de concert, Cornick décide de quitter le groupe et est là encore remplacé par un vieil ami d’Anderson : Jeffrey Hammond-Hammond.

1971 est une année charnière pour Jethro Tull, marquant la sortie de son album le plus emblématique et le plus populaire : Aqualung. Le talent de composition d’Anderson est alors à son paroxysme et ses textes se révèlent être plus profonds et sérieux, traitant de sujet comme la religion ou la relation entre l’Homme et Dieu. Le blues est mis de côté pour laisser place à un rock progressif teintée de hard rock et de folk. Aqualung est un immense succès et la tournée américaine qui s’ensuit est aussi une réussite. Suite à cet engouement, Clive Bunker annonce son départ pour se consacrer à son mariage et se fait remplacer par Barriemore Barlow. L’album suivant Thick as a Brick (1972) se révèle être encore plus ambitieux que son prédécesseur et confirme les talents de songwriter d’Anderson. Le disque est le premier du groupe à rencontrer plus de succès aux Etats-Unis qu’au Royaume-Uni.

Pour le prochain opus, A Passion Play (1973), le groupe doit essuyer de nombreuses critiques. L’album est attaqué pour sa longueur et ses textes jugés trop sombres. Cela n’empêche pas Jethro Tull de se retrouver une fois de plus en tête des ventes américaines et de remplir des salles de concert. L’album suivant War Child semble marqué par le thème de la violence et par les nombreuses orchestrations de David Palmer. Le succès est de nouveau au rendez-vous. Pendant cette même période, Anderson produit un album du groupe folk/rock Steeleye Span. La musique de cette formation a une grande influence sur lui et change sa façon de composer. Cela se ressent sur Minstrel in the Gallery sorti en 1975 qui ne rencontre pas le même succès que ses prédécesseurs. Hammond-Hammond décide de quitter le groupe et est alors remplacé par John Glascock qui rejoint Jethro Tull pour l’enregistrement de Too Old to Rock ‘n’ Roll, Too Young to Die (1976). David Palmer, qui a déjà collaboré avec Jethro Tull de nombreuses fois pour leurs parties orchestrales, devient officiellement membre du groupe en 1977.

La passion d’Anderson pour la folk anglaise est particulièrement palpable sur l’opus suivant paru en 1978 et intitulé Song From the Wood. A la fin des années 70, Jethro Tull qui peut déjà se vanter de connaitre une certaine longévité commence à souffrir de l’invasion du punk qui accapare alors toute l’attention des critiques et du public. C’est ainsi que le prochain album Heavy Horses (1978) a du mal à décoller dans les charts. en 1979, John Glascock meurt cinq semaines après la sortie de Stormwatch. Jethro Tull demande alors à Dave Pegg de le remplacer. La tournée qui s’ensuit permet au groupe de renouer avec le succès. Chamboulé par la disparition de Glascock, Anderson se met à composer un album solo intitulé A. Le disque sort finalement sous le nom de Jethro Tull en 1980 et se voit marqué par les départs de Barlow, Evan et Palmer.

Jethro Tull se voit alors forcé d’adopter un nouveau visage et de former un nouveau lineup composé de Barre, Pegg, Gerry Conway (batterie) et Peter-John Vettesse (clavier). Cette nouvelle équipe publie The Broadsword and the Beast en 1982, caractérisé par de lourds passages hard rock et un synthétiseur plus présent que dans les sons habituels du groupe. Le plus grand échec commercial de Jethro Tull voit le jour en 1984 sous le nom de Under Wraps, à cette période Anderson souffre de problèmes de gorge l’empêchant de chanter convenablement. Une pause de trois ans s’impose alors avant la parution de Crest of a Knave en 1987 qui redore un peu l’image du groupe

Pour fêter ses vingt ans d’existence, Jethro Tull entame une grande tournée américaine en 1988. En 1989, le groupe remporte un Grammy Award pour Crest of a Knave, et l’équipe d’Anderson récupère son statut de star. Rock Island sort la même année suivi par Catfish Rising en 1990. Bien que les ventes continuent à chuter petit à petit, Jethro Tull parvient toujours à réunir beaucoup de monde pour ses tournées. Roots to Branches et Tull.Dot.Com sortis respectivement en 1995 et 1999 comportent de grandes influences worldbeat. C’est ensuite au tour de Jethro Tull Christmas Album d’être publié en 2003, comprenant une collection de chansons de Noël et constituant le dernier album du groupe en date. En effet, en 2014, Ian Anderson annonce que toutes ses futures compositions ne sortiront plus que sous son propre nom.  LG/Qobuz

Lire plus

Discographie

93 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 5
1 sur 5

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums