Artistes similaires

Les albums

30,99 CHF

Symphonies - Paru le 20 janvier 2017 | Sony Classical

Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Bien qu’il soit surtout (mé)connu pour ses quelque cent dix sonates pour le piano, Muzio Clementi composa probablement quelque vingt symphonies. Hélas, seules deux nous sont parvenues « en entier », le reste n’existant que sous formes diverses, allant de l’esquisse à des mouvements entiers, le tout éparpillés à travers les bibliothèques de la planète. La musicologie moderne a réussi le tour de force de reconstituer quatre symphonies complètes, dont on pense que le matériau a été écrit entre 1818 et 1828. Et là, surprises en nombre : Clementi était un superbe symphoniste ! Certes, coincé entre Haydn et Mozart d’un côté, Beethoven et Schubert de l’autre, il eut un peu de mal à se trouver une niche personnelle, mais il n’en reste pas moins que ces symphonies, numérotées 1 & 2, offrent une richesse orchestrale et musicale de tout premier plan. Une sorte de « chaînon manquant » entre Haydn et Schubert, en quelque sorte… Oui, oui, le coup du « chaînon manquant » est souvent utilisé pour caractériser des compositeurs un peu mineurs. Et en effet, Clementi n’était pas le génie du siècle, mais sa musique vaut largement autant que celle d’autres musiciens de tout poil qui, eux, on droit aux feux de la rampe pour seule raison qu’à leur époque, il n’y avait pas tant de concurrence. Injustice réparée par cet album signé d’Ivor Bolton à la tête du Mozarteum de Salzbourg. © SM/Qobuz
30,99 CHF
21,99 CHF

Musique vocale profane - Paru le 10 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Si Le Secret est bien le titre d’une mélodie que Gabriel Fauré composa sur un poème assez mièvre d’Armand Silvestre, il ne semble pas qu’elle ait inspiré le titre du présent album intitulé « The Secret Fauré », pris plutôt dans une acception de rareté et d’intimité. Ivor Bolton, à la tête de l’Orchestre Symphonique de Bâle dont il est le directeur artistique, propose un choix très subtil constitué d’extraits de musiques de scène ou pour la scène : Caligula, Pénélope, Shylock, Pelléas et Mélisande, mélangées à quelques mélodies orchestrées par Fauré ou plus probablement par ses amis, tel Charles Koechlin. La soprano russe Olga Peretyatko, nouvelle reine internationale du bel canto, prête sa voix à l’art si discret de Fauré. Oubliées ses nombreuses Traviata de Berlin, du MET ou de Vienne, au profit d’un chant d’une pudique limpidité. À ses côtés, le ténor Benjamin Bruns et le chœur de femmes Balthasar Neumann complètent ce disque qui consacre un certain esprit français vu d’ailleurs, fait d’un mélange d’insouciance, d’élégance discrète et d’un je-ne-sais-quoi de futilité. © François Hudry/Qobuz
14,49 CHF

Classique - Paru le 29 mai 2007 | Warner Classics International

30,99 CHF

Classique - Paru le 20 janvier 2017 | Sony Classical

Livret
Bien qu’il soit surtout (mé)connu pour ses quelque cent dix sonates pour le piano, Muzio Clementi composa probablement quelque vingt symphonies. Hélas, seules deux nous sont parvenues « en entier », le reste n’existant que sous formes diverses, allant de l’esquisse à des mouvements entiers, le tout éparpillés à travers les bibliothèques de la planète. La musicologie moderne a réussi le tour de force de reconstituer quatre symphonies complètes, dont on pense que le matériau a été écrit entre 1818 et 1828. Et là, surprises en nombre : Clementi était un superbe symphoniste ! Certes, coincé entre Haydn et Mozart d’un côté, Beethoven et Schubert de l’autre, il eut un peu de mal à se trouver une niche personnelle, mais il n’en reste pas moins que ces symphonies, numérotées 1 & 2, offrent une richesse orchestrale et musicale de tout premier plan. Une sorte de « chaînon manquant » entre Haydn et Schubert, en quelque sorte… Oui, oui, le coup du « chaînon manquant » est souvent utilisé pour caractériser des compositeurs un peu mineurs. Et en effet, Clementi n’était pas le génie du siècle, mais sa musique vaut largement autant que celle d’autres musiciens de tout poil qui, eux, on droit aux feux de la rampe pour seule raison qu’à leur époque, il n’y avait pas tant de concurrence. Injustice réparée par cet album signé d’Ivor Bolton à la tête du Mozarteum de Salzbourg. © SM/Qobuz
9,54 CHF

Classique - Paru le 1 septembre 2008 | Documents

15,99 CHF

Musique symphonique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

Après les Symphonies n°3, 5, 7 et 9, la suite des aventures brucknériennes d'Ivor Bolton à Salzbourg avec la Huitième dans la version de 1890.
15,99 CHF

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

Livret
15,99 CHF

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Oehms Classics

15,99 CHF

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

15,99 CHF

Musique symphonique - Paru le 6 mars 2012 | Oehms Classics

Livret
La Symphonie n°4 "Romantique" de Bruckner, créée en 1881 à Vienne par Hans Richter, est peut-être sa plus populaire. Ohems classics présente un enregistrement live de 2008 au Grand Festival Hall de Salzbourg, par l'Anton Mozarteumorchester Salzburg dirigé par Ivor Bolton.
15,99 CHF

Classique - Paru le 6 septembre 2011 | Oehms Classics

Livret
La Symphonie n° 6 en quatre mouvements est souvent considérée comme une oeuvre à part dans le corpus symphonique de Bruckner. Elle est interprétée ici par le Mozarteum Orchester Salzburg, l'un des meilleurs orchestres autrichiens, sous la direction d'Ivor Bolton.
15,99 CHF

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

15,99 CHF

Musique symphonique - Paru le 30 juin 2009 | Oehms Classics

17,99 CHF

Classique - Paru le 1 janvier 1990 | Decca (UMO)