Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 26 octobre 1999 | Epic - Immortal

Grâce au succès d’une poignée de singles, Make Yourself devient disque de platine en un an et fait passer Incubus en première catégorie des groupes de rock alternatifs américains. Prisé sur MTV, l’ingénieux clip de « Drive » leur a offert une exposition idéale et une image lissée : celle d’un groupe énergique, à l’attitude saine, basée sur un message clair « croyez en vous, devenez acteurs de votre vie, profitez de chaque opportunité… ». C’est grâce à un heureux virage acoustique et un nouveau producteur que ce lifting a lieu.En effet, le groupe a joué une version acoustique de « Pardon Me » pour une émission de radio, qui a fait circuler le « buzz » jusqu’aux antennes des grandes radios américaines, ouvrant la voie à la ballade pop-rock « Drive », titre de l’album comportant le moins de samples, de sons électroniques ou de riffs de guitares électriques. Elle devient « le » tube de leur carrière. Sur le plan musical, malheureusement, malgré le talent du producteur Scott Litt pour polir le son du groupe, l’ennui guette. Le potentiel de chaque chanson n’a clairement pas été exploité jusqu’au bout. Un sentiment regrettable quand on sait de quoi sont capables Dirk Lance, Brandon Boyd, Chris Kilmore, Jose Pasillas, et Mike Einziger, lorsqu’ils mettent leur éclectisme en commun. Make Yourself est une transition trop simple entre le bouillonnant S.C.I.E.N.C.E., dont semble être issue « Battlestar Scralatchtica », bataille de scratches et de funk, et Morning View, sur lequel « I Miss You » aurait eu toute sa place.Cependant, cet album est intéressant car il est l’un des derniers représentants de l’ère du disque des années 1990, où les ventes et le succès de groupes de rock alternatifs devenus superstars (Nirvana, R.E.M., Red Hot Chili Peppers, Smashing Pumpkins) surclassaient le rock « mainstream », ou grand public, entretenant parfois une confusion entre les deux genres. © ©Copyright Music Story Anne Yven 2017
A partir de :
CD21,99 CHF

Rock - Paru le 23 octobre 2001 | Epic - Immortal

« Wish You Were Here », premier single extrait de l’album, donne le ton : « en ce moment précis, je suis heureux ». Même si le titre est une nouvelle démonstration de l’énergie du groupe, Brandon Boyd, semble désormais prendre plaisir à chanter, sans forcer. Il en donne l’exemple en ouverture du titre « Just a Phase ».Un an après « Drive », le quintet réapplique la recette du succès. Du rock toujours nerveux (« Nice to Know You », « Blood on the Ground ») avec un thème global plus introspectif mais toujours fédérateur : Boyd y fait le bilan d’histoires d’amour ou d’amitié. Les scratches et tous les ingrédients de Make Yourself sont là, mais le travail va dans une même direction et le résultat s’en ressent.« Relaxés, relaxante » qui aurait pu évoquer ainsi les compositeurs de S.C.I.E.N.C.E. et leur musique, quatre ans auparavant ? C’est pourtant le mot qui vient en tête à l’écoute du titre le plus surprenant et novateur d’Incubus, « Aqueous Transmission »,  duo entre un luth pipa (guitare traditionnelle chinoise) et une flute en bambou. Il clôt l’album sur une note de paradis oriental.L’environnement direct du studio (une propriété surplombant l’océan Pacifique, où ont résidé les musiciens et le producteur Scott Litt pendant quatre mois) a eu une influence bénéfique sur tout le processus de création. Muris, en confiance, Incubus laisse sur le bord de la route sa rage de jeunesse et poursuit son ascension avec un très bel album de rock construit comme une découverte : l’excitation, la ferveur le questionnement et l’apaisement.Publié juste avant le 11 septembre 2001, Morning View clôt la période insouciante d’Incubus. Les années 2000 verront grandir des tensions au sein et autour du groupe, dans une industrie du disque en déclin. Tensions qui nécessiteront une pause, que l’on espère salvatrice. © ©Copyright Music Story Anne Yven 2017
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 9 septembre 1997 | Immortal Records

Vitaminé, tel est l’adjectif qui qualifie ce cocktail de funk, métal, hip-hop et jazz concocté par Incubus en 1997, dans une sorte d’euphorie communicative. Le groupe fait encore partie des espoirs de la famille métal-fusion mais vient de signer sur le label Immortal Records. Une étape importante pour ces musiciens issus de la scène universitaire californienne.Leurs détracteurs n’ont vu chez Incubus que des continuateurs des Red Hot Chili Peppers et Faith No More. Certes on sent, du premier titre « Redefine » au dernier cri de « Calgone », l’influence des ainés. Mais une musique est toujours inspirée d’une autre et Brandon Boyd ne cache pas son admiration pour Mike Patton et Anthony Kiedis. C’est donc avec maîtrise que ses textes malins, sa voix tantôt « rappée », tantôt posée, tantôt éraillée, soufflent le froid et surtout le chaud sur nos platines.  Car, antithèses de groupes et postulats grunges, ces californiens ont un message positif et progressiste. « A Certain Shade of Green » implore la jeunesse de ne pas tomber dans la procrastination, de rester éveillée. Les guitares qui hoquètent sur « Calgone » illustrent ce qu’ils fustigent : la peur d’agir. Avec « Summer Romance – Antigravity Love song », Incubus s’octroie une pause jazz grâce au saxophoniste Jeremy Wasser. Enfin, pour sa dernière collaboration avec le groupe, électro-dub et trip-hop sont distillés par Gavin Koppell (alias DJ Lyfe) aux platines et samples, et concentrés sur « Glass » et « Magic Medicine ».Exubérant et courageux, cet album a le défaut des premières œuvres dans lesquelles on veut tout dire, trop dire, au risque de s’éparpiller. S.C.I.E.N.C.E. est peut-être imparfait, mais possède un groove et une énergie irrésistibles. En manipulant les ingrédients dans leur laboratoire, les démons d’Incubus se sont approchés de la formule de l’élixir de jouvence. © ©Copyright Music Story Anne Yven 2017
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 28 novembre 2006 | Epic - Immortal

A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 3 février 2004 | Epic - Immortal

At the beginning of their career, Incubus was rightly lumped in with the legions of post-Korn alt metal/rap-rock bands swarming America in the latter days of the 20th century. But by their third album, 1999's Make Yourself, they had separated from the pack, as indicated by the presence of producer Scott Litt, best-known for his work with R.E.M.. It signaled that the band was serious, and they began expanding their rap-metal template on that album and its follow-up, 2001's Morning View, completing their transition from juvenelia to maturity with 2003's Crow Left of the Murder. Switching from Litt to producer Brendan O'Brien, a man who has been with Pearl Jam longer than any of their drummers, Incubus has opted for a clean, crisp yet heavy sound which allows them to aggressively switch from crunching metallic riffs to jazzy prog interludes. It's an expansive musical vision charged with some righteous anger; although vocalist Brandon Boyd doesn't write explicit protests, there sure are enough allusions to social turbulence to make this the first politically aware alt metal album in many a year. This maturation is even more evident in the music, how the band actually swings on "Zee Deveel," or how guitarist Michael Einzinger's jazz-influenced solos seem both carefully constructed and casually tossed off, or how Boyd's voice shifts from song to song (or during a song, as on the opening "Megalomaniac," which sounds like a bizarre blend of Mr. Mister's Richard Page and John Lydon). All this maturation does mean that Incubus may shed some older fans, since the naked ambitions on this record are far removed from the earnest, angst-ridden earlier records, but so be it -- A Crow Left of the Murder... is far more interesting than any of their other records, or their peers'. At times, they may stretch themselves a little too far here, but the ambition is admirable and the achievements are tangible -- a real breakthrough for the band. [A Crow Left of the Murder was also released in a limited-edition set with a bonus DVD containing a 26-minute documentary featuring footage from the band's Lollapalooza and Bridge Benefit performances, and of Boyd's injury.] © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD30,99 CHF

Rock - Paru le 30 octobre 2012 | Epic - Legacy

A partir de :
CD8,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 17 avril 2020 | Incubus

A partir de :
HI-RES25,49 CHF
CD17,99 CHF
8

Alternatif et Indé - Paru le 21 avril 2017 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Hi-Res
Près d’un quart de siècle après sa naissance, Incubus semble avancer comme si le temps s’était figé. Figé au cœur des années 90 lorsque le gang californien emmené par Brandon Boyd rafla les suffrages avec son rock infusé au funk et au metal. L’heure était alors au règne des groupes bombant le torse. Une (très) vaste famille allant de Faith No More aux Red Hot Chili Peppers, en passant par Rage Against The Machine et autres Soundgarden… Un esprit 90’s qui suinte de ce huitième album blindé de rythmiques bodybuildées, de solos de guitares virtuoses et de refrains 100% stade. Rien de très novateur donc pour cette cuvée 2017. Juste qu’Incubus maîtrise toujours aussi bien ses fondamentaux, ce qui ravira ses fans de la première heure… © CM/Qobuz
A partir de :
CD30,99 CHF

Rock - Paru le 16 juin 2009 | Epic - Immortal

A partir de :
CD10,49 CHF

Pop/Rock - Paru le 22 août 2000 | Epic - Immortal

A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 12 juillet 2011 | Epic - Immortal

Voilà, nous y sommes. Chaque année, il est un album catastrophe qui, au moment de sa sortie déclenche une vague de commentaires acerbes et de critiques assassines. Incubus pourrait bien décrocher la palme en ce qui concerne l’année 2011. Dire que l’on est surpris serait mentir. A vrai dire, on s’y attendait depuis un bon moment. Elle est loin, très loin l’époque de S.C.I.E.N.C.E au cours de laquelle on a découvert la parfaite synthèse entre metal, funk, hip hop et musique progressive, le tout exécuté avec un esprit pop redoutable et intelligent rendant toutes les chansons accessibles. Incubus a évolué. Plus les albums ont avancé, plus son penchant pour les ballades sirupeuses a pris de l’ampleur. Simple ramollissement dû à l’âge ou véritable calcul effectué dans le but de vendre plus de disques ? Qu’importe, le résultat est là. On ralentit le tempo, on se fait plus doux… mais avec un certain talent malgré tout. Des albums comme Morning View ou Light Grenades possèdent chacun quelques jolis moments aussi calmes soient-ils. Seulement, avec ce nouveau disque, on atteint le fond en matière d’inspiration et d’accomplissement artistique. Onze titres dont dix ballades franchement soporifiques à la longue. Seul « Switch Blade », un morceau au tempo plus enlevé tente de briser la monotonie installée en débarquant en fin d’album. Pour le reste, de « If Not Now, When ? » à «Tomorrow’s Food », rien ne semble faire décoller un disque qui s’enlise dans le slow calibré pour illustrer tout ce que Hollywood pourra livrer en matière de teen movies et autres séries pour jeunes filles en fleurs. Le pire, c’est que ça va sûrement marcher. Incubus réussit à faire rajeunir son public alors que les membres du groupe ont depuis longtemps dépassé la trentaine. Plutôt bien joué. If not Now, When ? Jamais, merci bien !  © ©Copyright Music Story Guillaume Ley 2017
A partir de :
HI-RES35,99 CHF
CD30,99 CHF

Pop - Paru le 1 juillet 2012 | Legacy Recordings

Hi-Res
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 3 février 2004 | Epic

At the beginning of their career, Incubus was rightly lumped in with the legions of post-Korn alt metal/rap-rock bands swarming America in the latter days of the 20th century. But by their third album, 1999's Make Yourself, they had separated from the pack, as indicated by the presence of producer Scott Litt, best-known for his work with R.E.M.. It signaled that the band was serious, and they began expanding their rap-metal template on that album and its follow-up, 2001's Morning View, completing their transition from juvenelia to maturity with 2003's Crow Left of the Murder. Switching from Litt to producer Brendan O'Brien, a man who has been with Pearl Jam longer than any of their drummers, Incubus has opted for a clean, crisp yet heavy sound which allows them to aggressively switch from crunching metallic riffs to jazzy prog interludes. It's an expansive musical vision charged with some righteous anger; although vocalist Brandon Boyd doesn't write explicit protests, there sure are enough allusions to social turbulence to make this the first politically aware alt metal album in many a year. This maturation is even more evident in the music, how the band actually swings on "Zee Deveel," or how guitarist Michael Einzinger's jazz-influenced solos seem both carefully constructed and casually tossed off, or how Boyd's voice shifts from song to song (or during a song, as on the opening "Megalomaniac," which sounds like a bizarre blend of Mr. Mister's Richard Page and John Lydon). All this maturation does mean that Incubus may shed some older fans, since the naked ambitions on this record are far removed from the earnest, angst-ridden earlier records, but so be it -- A Crow Left of the Murder... is far more interesting than any of their other records, or their peers'. At times, they may stretch themselves a little too far here, but the ambition is admirable and the achievements are tangible -- a real breakthrough for the band. [A Crow Left of the Murder was also released in a limited-edition set with a bonus DVD containing a 26-minute documentary featuring footage from the band's Lollapalooza and Bridge Benefit performances, and of Boyd's injury.] © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
HI-RES2,99 CHF
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 26 juin 2020 | Incubus

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,99 CHF
CD2,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 31 janvier 2020 | Incubus

Hi-Res
A partir de :
CD6,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 22 février 2000 | Epic - Legacy

A partir de :
HI-RES8,99 CHF
CD6,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 mars 2015 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Hi-Res
The first of (at least) two planned EPs to be released in 2015 from the hard-hitting, multi-platinum-selling, West Coast alt-metal unit, Trust Fall (Side A) is Incubus' first set of new songs since their 2011, chart-topping seventh studio album If Not Now, When?. Built around the propulsive single "Absolution Calling," the four-track EP also includes "Make Out Party," "Dance Like You're Dumb," and the meaty title cut. © James Christopher Monger /TiVo
A partir de :
CD21,99 CHF

Pop/Rock - Paru le 7 janvier 1997 | Immortal - Epic

A partir de :
CD8,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 20 novembre 2000 | Epic - Legacy

A partir de :
CD23,49 CHF

Pop/Rock - Paru le 1 juillet 2012 | Legacy Recordings