Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 CHF
CD11,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 25 septembre 2020 | Partisan Records

Hi-Res
Comme une habitude qui s’installe, Idles achève l’été avec Ultra Mono. Depuis le brûlot Brutalism, le quintet punk emmenés par Joe Talbot a performé à l’automne 2018 avec le très salué Joy As An Act Of Resistance qui les a placés en haut des charts et fait baptiser “meilleur groupe punk d’Angleterre” par le Guardian. Louanges et punk ne rimant pas, les inimitiés ont afflué côté pairs. Jason Williamson des radicaux Sleaford Mods, appuyés par Fat White Family, les ainsi ont vite accusé de s’approprier la classe ouvrière. Ce à quoi Talbot répond illico qu’il s’agit de ses convictions intérieures. Illégitimes ou non, avec Ultra Mono, les Britanniques frappent très fort. Ultra court, ultra fort, ultra violent, ultra rapide, ultra tout, l’opus offre au genre ses meilleurs superlatifs. Et dès War, son ouverture, la pression monte crescendo avec ce refrain “Whaching! That’s the sound of the sword going in!” hurlé sur une batterie martiale. Lignes de basse appuyées magistrales (Anxiety, Reigns), guitares débraillées pour un post-punk radical, laissent parfois place à l’accalmie (Kill Them With  Kindness avec Jamie Cullum et David Yow de Jesus Lizard, Carcinogenic) d’un rock plus édulcoré (Model Village, Ne touche pas moi avec Jehnny Beth) évitant ainsi l'écueil de la mauvaise surenchère. Continuant sa prose sur les maux qui dévorent Albion, en déversant des lignes sur l’immigration ou encore le patriarcat, Talbot appelle à faire front commun en choisissant l’amour pour épilogue (“Fuck You, I’m A Lover, I’m a Soul singer”). Sans débat possible, Idles offre ici sa meilleure proposition. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD7,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 31 août 2018 | Partisan Records

Rentrée des classes pour Idles. Six mois après la digestion du pavé Brutalism, les cinq rejetons de Bristol, étendards d’un revival punk sans additif, crachent Joy as an of Resistance. Ici encore, la clique de Joe Talbot formule bien. Références aux anciens (Love Song, Television), maux de l’Angleterre – immigration sur Danny Nedelko qui fera penser à la satire sociale Danny Darko, islamophobie sur Great ou masculinité sur Samaritans, Idles gueule un monde moderne plutôt dégueulasse, sans équivoque. Un (auto)portrait porté par l’amour, lui aussi moderne. Et surtout, la joie. Ici, pas de respiration, ni de tragique Slow Savage (« Cause I’m the worst lover you’ll ever have ») mais des « I fucking love you ». Ou plus criant encore, une géniale reprise du Cry to Me de Solomon Burke, qui vaut son pesant d’or. Même addition que Brutalism, basse grosse, batterie déglinguée sur dégueulis vocaux, guitares au placard, ce second opus confirme le génie brut d’Idles comme un certain malaise anglais rapporté par le punk blasé mais bien frais d’Eagulls, Fat White Family, Insecure Men, Shame, Sleaford Mods et bien d’autres. © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD6,99 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 6 décembre 2019 | Partisan Records

CD12,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 février 2018 | Partisan Records

Divide & Conquer – possible écho au troisième opus des Sleaford Mods – Stendhal Syndrom ou encore Heel/Heal, on peut dire qu’Idles a le sens de la formule. De la métaphore aussi. Brutalism, nom de baptême de ce premier né, en réfère au béton qui farde l’Europe depuis les Trente Glorieuses. Joe Talbot est du genre direct lorsqu’il s’agit de gratter. Et sur le moche, il en a des tonnes. Sa mère crevée au labeur, l’Angleterre plus crade qu’une peau d’adolescent sous Brexit, la bourgeoisie pourrie. Le fond rejoignant la forme, section rythmique prédominante et guitares reléguées en toile de fond, les treize pistes de l’opus déjà à maturité ravagent autant. Le cerveau, l’estomac. Tout une faune aussi. Car sur les scènes d’Europe, les Bristoliens débarquent enfin. Les cinq prolos claquent un punk sans additif à la Eagulls le plus clair du temps, lyrise la tension parfois. En témoignent les lentes lamentations de Slow Savage. Du carnage en état de grâce. © CS/Qobuz
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 19 novembre 2019 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 19 mai 2020 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 14 juillet 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 17 octobre 2019 | Partisan Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 juin 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD4,79 CHF

Rock - Paru le 30 octobre 2015 | Balley Records

HI-RES1,99 CHF
CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 11 août 2020 | Partisan Records

Hi-Res
CD1,49 CHF

Rock - Paru le 7 mai 2019 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Rock - Paru le 2 août 2019 | Partisan Records

CD1,59 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 16 août 2019 | False Idols

CD4,79 CHF

Rock - Paru le 4 août 2012 | Balley Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 5 juin 2018 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 15 août 2018 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 30 mai 2018 | Partisan Records

CD1,49 CHF

Alternatif et Indé - Paru le 27 juillet 2018 | Partisan Records

CD2,39 CHF

Hip-Hop/Rap - Paru le 22 octobre 2012 | Filter Label

L'interprète

Idles dans le magazine